Partagez | 

 Je hais l'univers ! [G]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageJe hais l'univers ! [G]   Publié le : Jeu 2 Fév 2012 - 8:42

oO° Je hais l'univers °Oo

Suite à un conseil de Bellusagi, jai récemment découvert ce fandom et je dois dire qu'il m'inspire assez. J'ai donc eu l'idée d'une série d'OS sur les malheurs de Dresden tout en essayant de garder un peu le style de Jim Butcher (m'enfin pas trop non plus hein ).
Dans l'ensemble, je ne crois pas que le rating excèdera G.

N'hésitez pas à me laisser vos impressions.
Bonne lecture




oO°INDEXE°Oo


_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Jeu 2 Fév 2012 - 11:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Je hais l'univers ! [G]   Publié le : Jeu 2 Fév 2012 - 8:47

Ce premier OS est une préquelle à la série, j'étais assez amusée à l'idée d'écrire la rencontre de deux personnages .

_________-oO•*°*°*•Oo-_________

Je hais les journalistes (G)

D'un geste rageur, je froissai le journal que je lisais une minute plus tôt pour le jeter dédaigneusement au sol. Les Arcanes de Chicago. En arrivant à mon bureau ce matin là, je l'avais trouvé posé devant ma porte, accompagné d'un simple mot « Merci pour votre collaboration ». Je l'avais ramassé d'abord avec l'intention de le jeter, toutefois, les titres m'avaient assez interpelé pour que je commence à parcourir la une. Je n'avais pas l'habitude de lire ce genre de bêtises ; les articles sur des prétendus enlèvements extraterrestres ou bien sur des maisons hantées qui n'avaient rien à envier à celle de Disney Land ne m'intéressaient guère. Ce quotidien se voulait comme référence en matière de surnaturel, mais jusqu'ici, ils n'avaient fait qu'alimenter les superstitions idiotes et les délires paranoïaques des maniaques de la magie.

Pourtant, aujourd'hui, voilà que je me retrouvais en première page de leur torchon. « Justice Magique » annonçaient les caractères gras qui s'étalaient à la une. L'article reprenait l'ensemble de mon implication dans l'arrestation d'un tueur en série qui sacrifiait des adolescentes au cours de rituel pour accroitre ses pouvoirs. La police municipale avait une nouvelle fois fait appel à moi pour éclaircir le mystère après avoir retrouvé la première victime baignant dans son sang sur ce qui semblait être un cercle de sorcellerie. Mes talents avaient bien sûr permis d'arrêter le coupable de ces abominations qui allait être condamné pour meurtre. J'aimais assez l'idée que mon travail soit reconnu, pourtant, mon contrat en tant que consultant spécial pour les forces de l'ordre comprenait une clause de confidentialité, impliquant donc que je devais garder le silence sur notre collaboration. Ce qui sous-entendait également qu'il serait mal venu que la presse, quelle qu'elle soit, en vienne à publier le récit de mes exploits.

Je jetai un coup d'œil perplexe à la boule de papier qui gisait à présent au sol ; peu de gens accordaient de crédit aux Arcanes, et il s'agissait surtout de déséquilibrés mentaux auxquels on ne prêtait guère d'attention. Ce n'était pas ce qu'on pouvait appeler un journal sérieux. Avec de la chance, cette histoire serait vite oubliée. D'un côté, cet article était plutôt avantageux pour moi, il me faisait une bonne publicité, et je devais avouer que j'en avais bien besoin puisque je venais d'ouvrir mon affaire. Pour moi, les choses n'étaient pas si mal, mais la police n'était déjà pas très fière de notre association, je doutais donc qu'elle prendrait la chose avec bonne humeur. Le journaliste qui avait osé pondre ces lignes aurait certainement des ennuis.

À cette pensée, je récupérai mon journal pour jeter un œil au bas des colonnes relatant ma grandiose victoire sur un démon de l'Outremonde et son maître maléfique.

Susan Rodriguez.

Je fronçai les sourcils à la vue de ce nom, retenant un juron. La s*$#°♫ !

Avec une montée de rage, je me remémorai comment, quelques jours auparavant, une magnifique jeune femme à la peau mâte et aux yeux noirs irrésistibles était entrée dans mon bureau en se présentant sous ce nom. Alors qu'elle était assise en face de moi, j'avais surtout été hypnotisé par ses longues jambes, dévoilées par une jupe fendue, qui ne l'était peut-être pas assez à mon goût. Elle m'avait d'abord observé quelques instants et j'avais eu l'impression qu'elle m'étudiait, comme si elle s'appliquait à examiner chaque détail de mon apparence. Ce que je n'avais guère apprécié, bien sûr, mais avant que j'ai pu ouvrir la bouche, elle lâcha sa réplique avec un sourire enjôleur.

« Je ne vous imaginais pas aussi séduisant. »

Déstabilisé par cet aveu pour le moins inattendu, je n'avais su quoi lui répondre. De plus, j'avais rendez-vous avec l'agent Murphy à peine quelques minutes plus tard pour lui faire part de mes conclusions, et elle ne supportait pas le moindre retard. Autant vous dire que j'étais assez pressé. La jeune femme ne se défit pas de son sourire alors qu'elle m'annonça n'être venue que par curiosité, elle voulait me rencontrer. Après tout, j'étais le seul magicien de l'annuaire. Je m'étais senti comme une espèce de curiosité locale, un genre d'attraction pour mortels en manque de distraction. J'allais lui demander de bien vouloir me laisser quand elle reprit la parole. Je m'attendais à l'habituelle question « Êtes-vous un vrai magicien ou un charlatan ? », mais elle ne me fit pas cet affront.

En réalité, elle semblait même plutôt bien renseignée au sujet de la magie. De ce fait, j'appréciai d'autant moins ses tentatives d'accrocher mon regard. Je n'étais pas timide, loin de là, mais je ne pouvais permettre à n'importe qui de découvrir mon âme. Lire dans la sienne m'aurait sans doute aidé à découvrir ce qu'elle me voulait, mais je ne pouvais le faire sans m'exposer. Je ne pouvais contrôler ce qu'elle verrait aussi préférai-je éviter de mettre mon âme à nu.

« Voulez-vous bien arrêter ? Ordonnai-je.
- Alors c'est vrai ? Quand on regarde un magicien dans les yeux on peut lire en lui ?
- Et lui en vous. Ce n'est pas ce que vous voulez ?
- Ça m'est égal M. Dresden, je n'ai rien à cacher. »

J'ouvris la bouche pour répliquer, mais encore une fois, rien de ne me vint. Quelque part, je me sentais attaqué par cette réponse. J'avais l'intuition qu'elle cherchait à découvrir ce que je pourrais avoir à cacher. Elle n'était tout de même pas venue ici pour connaitre mes secrets ? Mon instinct paranoïaque démesuré ne put s'empêcher de me crier qu'elle avait peut-être été engagée par l'un de mes ennemis pour m'approcher. Je l'observais alors qu'elle feuillait avec attention chacun des prospectus que je mettais à disposition des clients. Elle semblait véritablement passionnée par leur contenu, à tel point qu'elle ne remarqua pas que je laissais mes yeux aller à leur guise tout en l'invitant à conserver les brochures qui l'intéressaient. Toutes. Je la laissai donc constituer sa collection, perplexe de voir une maniaque à ce point fascinée par la magie.

Je me décrispai doucement, voyant qu'elle ne cherchait plus à plonger mon regard dans ses beaux yeux sombres, cette fille n'était peut-être finalement qu'une curieuse dont j'allais devoir réfréner les ardeurs. Je sursautai néanmoins dès qu'elle reprit la parole, ne m'étant pas attendu à une telle demande ; mon nom complet. Je la dévisageai un instant, me demandant bien ce qu'elle comptait en faire. Si elle avait possédé le moindre pouvoir magique, je l'aurais senti, elle ne pouvait donc pas espérer me jeter un sort elle-même, mais, ces quelques minutes passées en sa compagnie me laissais croire qu'elle était tout à fait le genre à s'en servir de monnaie d'échange contre je ne sais quelle information. Toujours se méfier des belles inconnues un peu trop curieuses.

« Ça aussi c'est vrai alors ? »

Je relevai si vivement la tête que je faillis croiser son regard. Cette fille se foutait de moi ma parole ! À croire qu'elle n'était venue que pour tester ses connaissances sur la magie. Évidemment, en m'affichant dans le bottin, j'étais sans doute devenu le pigeon idéal. Elle haussa les épaules alors que je refusais de répondre. Après un silence gêné, elle m'avoua qu'elle avait entendu parler de mon implication dans des enquêtes de police. Nous y étions. Je gardai obstinément le silence avant de me lever pour faire mine de partir. Qu'elle n'espère pas me soutirer la moindre information à ce sujet. La plupart des agents ne croyaient pas au surnaturel et seraient certainement ravis de voir notre collaboration s'arrêter, ce qui arriverait forcément si je ne respectais pas mon engagement. De plus, pour l'instant, ce travail étant ma principale source de revenus, je ne pouvais me permettre de le perdre.

« Si vous permettez, mademoiselle Rodriguez, j'ai un rendez-vous important dans quinze minutes et je n'ai plus de temps à vous accorder. »

Tout en enfilant mon miteux manteau noir, je me félicitais d'avoir su rester diplomate alors que je n'aspirais qu'à la mettre dehors le plus vite possible.

« Votre petite-amie ? Questionna-t-elle avec un air innocent. »

Main sur la poignée, prêt à ouvrir la porte, je lui lançai un regard à la fois ébahi et contrarié. Qui diable était cette Susan à la fin ? Elle ne manquait pas d'air ; venir jusque dans mon bureau pour me poser ces questions !Voyant que je ne répondais toujours pas, elle tenta une autre approche.

« Si l'inspecteur Murphy a besoin de vous si vite, on pourrait se retrouver un peu plus tard pour dîner. »

Mais c'est qu'elle me draguait maintenant ! Je la regardai l'air suspicieux ; elle n'aurait tout de même pas eu besoin d'un prétexte pour m'approcher ? Non. Et puis, si ce n'était que ça, elle m'aurait épargné son interrogatoire. Il fallait absolument que je m'éloigne d'elle, la manière qu'elle avait de me déstabiliser me mettait de plus en plus mal à l'aise. Et puis surtout, j'allais finir par perdre patience si elle ne me laissait pas un peu tranquille.

« Il y a eu une nouvelle série de meurtres récemment, n'est-ce pas ? C'est à ce sujet ? »

Quoi ? Non mais elle cherchait à me soutirer des informations confidentielles ma parole ! Et elle connaissait l'agent Murphy du bureau des enquêtes spéciales par dessus le marché ! Je grimaçai à l'idée que cette fuite ne me retombe sur le coin du nez, avec ma chance, Karrin allait certainement m'accuser d'avoir voulu me faire mousser devant cette belle brune. Elle n'était pas venue par curiosité pour rencontrer un vrai magicien, elle voulait seulement mettre son nez dans les affaires de la police. À cet instant, j'aurais dû me douter que cette curieuse ne pouvait être qu'une journaliste en manque de faits divers.

Je refusai le rendez-vous en répliquant que je ne savais pas combien de temps mon rendez-vous me prendrait, inutile donc qu'elle m'attende ici comme elle le suggérait. Cette proposition faillit d'ailleurs me faire bondir et je commençais déjà l'imaginer se permettre de fouiller partout. Ma nature chevaleresque avait tendance à me pousser à faire confiance aux femmes, mais, étrangement, je n'avais aucun mal à me méfier d'elle.
J'ouvris la porte pour la faire sortir avant qu'elle ne me pose une nouvelle question. Cependant, si elle avait compris le message, elle ne semblait pas disposée à s'en aller. Je lui rappelai que j'étais pressé, ce à quoi elle me répondit d'une moue ennuyée.

« Je peux peut-être vous accompagner, tenta-t-elle.
- Non ! »

J'avais presque hurlé, agacé par sa détermination. Je pris une profonde inspiration pour m'empêcher de la saisir par le bras et la jeter dans le couloir, il faut savoir rester courtois. Elle lâcha un « Tant pis » assez peu déçu avant de franchir le seuil de mon bureau m'assurant d'un ton mielleux qu'elle ne voudrait pas me mettre en retard. Je l'avais regardée disparaître dans l'ascenseur en passant avoir réussi à me débarrasser d'elle, mais à présent, il me paraissait évident que cette folle m'avait suivi.

Je m'étais donc rendu au bureau des enquêtes spéciales sans me douter de rien. J'étais d'ailleurs arrivé avec deux petites minutes de retard, ce qui m'avait valu une remarque de Murphy qui avait autre chose à faire qu'attendre que je daigne me présenter à son bureau. En rassemblant nos conclusions, nous avions décidé d'une mission d'intervention au domicile de notre suspect qui s'était avéré être le coupable. Et maintenant, tous les détails de l'arrestation se trouvait dans le journal.

Les Arcanes du jour levaient donc le voile sur les véritables raisons de l'arrestation d'un homme sans histoire et il n'en faudrait pas plus aux curieux pour essayer de creuser un peu tout ça. Elle racontait même comment j'avais neutralisé les pouvoirs du sorcier. Elle avait donc assister à la scène. Fort heureusement, aucune photo n'accompagnait l'article. Elle avait beau m’encenser comme un prestigieux défenseur des « forces du bien », ça ne me plaisait guère d'imaginer une civil me coller au train lors des interventions. Il fallait bien qu'elle soit inconsciente pour risquer sa vie pour un article, surtout dans un journal de si mauvaise réputation.

Je découvrais donc que ma visiteuse était une nouvelle venue sur la scène du journalisme, et elle semblait avoir jeté son dévolu sur le surnaturel pour se faire une place. J'allais devoir me méfier de cette femme, si elle pouvait se faire si discrète que je ne la remarquais pas, elle pourrait me filer n'importe où. Comme si je n'avais pas assez à faire avec les démons. Avec un soupir d'agacement, je me dis que j'allais certainement être amené à la revoir.

Décidément, je hais les journalistes.


_________-oO•*°*°*•Oo-_________
>>Commentaires<<
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/
 

Je hais l'univers ! [G]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je hais l'univers ! [G]
» Des dessins uniquement sur l'univers Castlevania
» Personnage de l'univers d'albator : libre inspiration
» Tamagotchi Le Film La Plus Belle Histoire de l'Univers
» l univers de poupée de ma puce ...
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Publications :: Livres/Romans :: Fanfictions :: Les dossiers Dresden-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015