Partagez | 

 Commentaire sur Le royaume des Glaces (Roman Original)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

Judith Crevette
Tache d'encre

Messages : 1
Inscrit le : 02/05/2013

MessageCommentaire sur Le royaume des Glaces (Roman Original)   Publié le : Jeu 2 Mai 2013 - 0:42

Le royaume des glaces













Je m’appelle Ilia. Ilia Stenckenfort. J’en ai bavé avec ce nom de famille. Vous n’imaginez pas le nombre de fois où je me suis trompé en l’écrivant. Et ceux qui l’écorchent affreusement !
Cela va du « Pekenford » au « Tenckenfort » ! Donc je m’appelle Ilia Stenckenfort, j’habite à Paris et, le plus important, je suis orpheline. Ne vous apitoyer pas sur mon sort comme l’on fait les 22 postulants pour m’adopter. Oui, je suis blonde aux yeux verts et j’ai une frimousse absolument magnifique, ce qui a attiré les couples voulant une jolie petite fille gnangnan. Ils se sont trompés de personne. C’est clair…

Ilia


1. Stenckenfort ?

La porte s’ouvrit sur une minuscule femme rondouillette et à l’air bienveillante. Ne jamais se fier aux apparences. Ses yeux bleus arctique me regardent froidement sous ses lunettes aux montures d’écailles. Elle a sûrement dans les quarante cinq ans. Je pouffe, normal qu’on lui donne du « Mlle », aucun homme ne voudrait d’elle ! Elle est si boudinée dans son tailleur rouge et dans sa jupe crayon que j’ai l’impression que les coutures vont craquer d’une minute à l’autre. Elle avance vers moi à petits pas prudents. De peur de tomber de ses échasses, sûrement. Elle porte toujours des talons d’au moins dix cm, afin de paraître plus grande. Peine perdue, évidemment. Elle s’approche lentement et je me tasse sur mon lit, jusqu’à toucher le mur derrière moi. Je n’ai pas envie qu’elle me parle, cette sorcière ! Elle me déteste et c’est réciproque. Elle ouvre la bouche et commence de sa voix stridente qui t’enlève quinze pour cents de l’audition à chaque fois qu’elle parle.

- Mlle Tenckenford, vous êtes attendue par Mr Follow. Habillez-vous en vitesse, s’il vous plaît.
- Oui, Mlle Smag. Et c’est Stenckenfort, Mlle.
- Parfait, dit-elle en ignorant impeccablement ma remarque. Je vous attends devant votre porte dans exactement dix minutes, continue-t-elle en refermant la porte derrière elle.

La politesse n’était que de circonstance et nous savions, elle et moi, qu’elle ne durera pas. Je suis dans cet orphelinat que depuis deux jours et je dois maintenant voir Mrs Follow, le directeur de l’établissement pour finaliser mon inscription dans sa liste d’enfants perdus et ballotés d’un orphelinat à l’autre. Je me précipite vers la petite salle de bains que contient ma chambre froide et impersonnelle. Je brosse soigneusement mes cheveux que tout le monde appelle « or liquide », j’applique une crème nourrissante sur ma peau et m’habille rapidement. Je me regarde dans la glace plus grande que moi. Une peau blanche, de longs cheveux blonds, des yeux verts et une robe blanche qui me serre à la taille mais qui s’évase doucement jusqu’aux genoux. Mes yeux se voilent de tristesse. C’est le seul souvenir qu’il me reste de ma mère. Elle était si douce, si compréhensible. Quand elle s’est enfuie avec mon père, j’avais trois ans, mais il me reste quelques souvenirs doux de ma vie d’avant. Il paraît que mes parents m’ont déposé à l’orphelinat Baudelaire, le premier que j’ai eu. J’avais une petite valise contenant un livre genre fantastique que j’ai dévoré, cette robe et une petite clé en or, je ne sais pas ce qu’elle ouvre, mais je la porte toujours en collier. Je me retourne brusquement. Mlle Smag crie, elle veut que je sorte… Les dix minutes pile sont passés. Encore une fois, elle m’a gâché mon beau souvenir. Je sors et je suis Mlle Smag dans l’orphelinat. C’est laid et triste. Je n’ai pas envie de vous le décrire, ça vous déprimerai. Des murs gris et des couloirs sans fins, voilà ce que c’est. Nous arrivons devant une belle porte ouvragée, ça doit être le bureau du directeur. Les motifs représentent des chérubins buvant, dansant, jouant et je me dis tout de suite que cette porte ne concorde pas du tout avec le décor de l’orphelinat. Mlle Smag hésite avant de frapper doucement à la porte et je remarque qu’elle tremble légèrement et que ses yeux d’habitude si froids sont apeurés. Moi aussi, j’ai peur… Une goutte de sueur glaciale me coule le long du dos. Qui est ce directeur pour impressionner autant Mlle Smag ?

- Entrez ! crie une voix rauque.

Mlle Smag ouvre la porte dans un grincement. Il serait temps de mettre un peu d’huile sur les gonds, histoire d’arrêter de terroriser de pauv’ gens ! Elle me fait avancer dans la pièce enfumée par une poussée brusque et ferme vite la porte derrière elle. Ok, le dirlo’ est un monstre, ou quoi ? Cette pensée m’arrache presque un demi-sourire, avant de me flanquer la peur de ma vie. Après tout, c’est peut-être vrai ? Non, voyons Ilia, tout ce baratin n’existe pas ! Donc, pas pressée pour deux sous, je m’avance.
- BOUH !
- AAAh !
Je crie de toutes mes forces. Un rire sonore (et assez sadique) se fait entendre et un homme sort de la brume de la pièce. Oh mon dieu ! Il est juste… Trop beau !! Il est brun aux yeux verts et est habillé avec classe d’un beau costard qui fait groom des beaux hôtels. Il doit avoir dans les quinze ans. Un peu jeune pour faire ce genre de boulot, non ?!
« Désolé, Mlle. J’adore faire ça aux nouveaux pensionnaires. »
Avec ce physique, tout est pardonné ! J’ai carrément envie de toucher ses beaux cheveux qui ont l’air si doux. Et ses yeux… Mon dieu !
« Au… Aucun problème, je marmonne. »
Il me sourit gentiment, il doit avoir l’habitude de ce genre de balbutiements !
« Avancez jusqu’au fond de la pièce, mon… le directeur est là. Je vous accompagne. »
Je marche donc, lentement, de peur de croiser encore un psychopathe voulant faire une blague de mauvais goût ! Un vieil homme, courbé par l’âge est assis derrière un bureau en bois d’acajou. Il me regarde et j’ai soudain l’impression de me faire passez aux rayons x par ses yeux verts et calculateurs. Je m’assois sur le fauteuil que me présente le… groom et me tasse dessus, voulant presque disparaître sous terre. Le beau garçon me regarde d’un air compatissant. Le directeur (si c’est bien lui) fume une pipe des années soixante-dix dans la bouche, ce qui explique cette fumée malodorante. Je plisse le nez, dégoutée.
- Mlle Stenckenford, commence-t-il de suite. Vous allez bien avoir quinze ans dans deux jours, une heure et quarante et une minutes ?
- Euuuh, sûrement, je réponds, impressionnée (il en sait sûrement plus que moi sur ma vie) et surprise par sa rapidité
- Très bien. Et, Ilia, si tu permets que je t’appelle par ton prénom et que je te tutoie, tu es bien née à Paris, le 10 juin 1998 ? Tes parents s’appelaient bien Magdala et Julien Stenckenford ?
- Je… Je ne savais pas le nom de mes parents, Mrs, je murmure, abasourdie.
Je suis dégoûtée, salie. Jamais personne ne me la dit, et lui, il sait, ce qui confirme le fait qu’il connaît toute ma vie. Je sens les larmes affluer. J’ai un petit problème avec mon canal lacrymal, je pleure quand je suis en colère et je peux vous dire que les gens ne prennent pas au sérieux, une jeune fille qui veux vous engueuler mais qui à la place pleure toute les larmes de son corps ! Je refoule ses larmes amères, cela ne sert à rien de se lamenter.
- Bien, continue le directeur. Je vais vous lire le compte rendu de votre dernier orphelinat, vous répondrez à mes questions ensuite :
De Mme Smith, directrice de l’orphelinat Saint Pierre:
« Mlle Tenckenford a été exemplaire durant tout son séjour ici. Néanmoins, elle ne veut pas se faire adopter. Pourquoi ? Je laisse à vous, Mr, le soin de s’occuper de cette question. Elle a donc craché sur le premier postulant, a dit à un autre qu’elle était affreuse et si laide, je cite, « que tu ferais peur à Dracula » et pour les autres, elle leurs à simplement donnés un énorme coup dans les parties sensibles, diront nous.
Elle a la tête remplie de ses débilités qu’elle lit à longueur de journée ! Du Fantastique, je crois. Libre à vous de la questionnez pour savoir le fameux « Pourquoi ».
Cordialement et avec mes salutations distinguées.
Bonne chance ! »

Le court paragraphe détaillant mon ancienne vie à l’orphelinat m’avait requinqué. M’avait redonné du courage pour poursuivre ma quête impossible que je m’étais donnée… Retrouver, enfin, mes parents.
L’expression de Mrs Follow était indéchiffrable ! Pas de sourire, ni d’éclat dans les yeux indiquant un quelconque intérêt. J’essaye vainement de réfléchir à tout ça, mais ma tête est complètement vide.
« Pourquoi ? »
Ces quelques mots prononcés par le directeur me tirèrent de ma torpeur. Pas besoin d’être Einstein pour deviner de quoi voulait-il parler. Je ne suis pas étiqueté jeune effrontée pour rien et je le regarde froidement, genre, jamais vous ne me ferez parler ! Le beau groom me jeta un regard amusé et approbateur. Mrs Follow, par contre, ne semblait pas affecté.
« Très bien, Mlle. Nous nous reverrons bientôt et cette fois-ci vous me direz tout, dit-il avec un demi-sourire glacial. »
Je comprends Mlle Smag, maintenant ! Il fait vraiment froid dans le dos ! Le groom me suivit jusqu’à la porte.
- Alors, comme ça, tu vas avoir quinze ans ?demande-t-il.
- Oui et toi ? Tu t’appelle comment ?
- J’ai eu quinze ans il y a deux mois et je suis Dake, pour vous servir, princesse, dit-il en faisant une révérence digne d’un gentleman avec une lady.
Je rie doucement.
- Tu fais le boulot de groom ?je le questionne ensuite.
- Je gagne de l’argent pour… ma famille.
- Oh.
Nous savons tout les deux qu’il ment. Maintenant, il est gêné. Je n’aurais jamais dû dire ça !
- Je vais peut-être un peu vite, mais… Tu pourrais me rejoindre dans une heure derrière le bâtiment dans la petite cour cachée, je sais que tu la connais…
- Euh ? Ok.
- Merci, j’essayerai de te raconter tout.
Il recule dans la fumée avec un clin d’œil et je sors de la pièce, chamboulée. En quelques minutes, je viens d’en apprendre plus sur ma vie que durant toute celle-ci !



Je sais que c’est mal… J’ai volé un livre dans le bureau du directeur. Il était par terre, tout seul. Ca m’a fait de la peine. Il avait l’air si intéressant ! C’était comme si il m’appelait ! C’est une espèce de dictionnaire fantastique. Avec pleins de noms bizarres et leurs définitions. C’est trop bien. C’est un peu comme inventer toutes sortes de choses imaginaires. Promis, j’en écrirai quelques unes,dans ce journal.

I.S




2. Rendez-vous dans la cour cachée

J’étais déjà allée dans cette cour. Le premier jour. Le ciel était bleu et j’avais enfin échappé à l’attention de Mlle Smag. J’étais si contente. Je m’étais caché près d’un saule du jardin. Il y avait un mur de lierre derrière moi et je m’y étais enfoncée. Jusqu’à toucher une grille rouillée. C’était une aubaine ! Apparemment, vu l’état de cette grille, personne ne l’avait ouverte depuis longtemps ! J’ai sauté par-dessus et je suis arrivée dans un magnifique jardin. Toutes ces couleurs douces, pastel ou colorés m’ont apaisé et je me suis assise sur un banc pour admirer le paysage. Cette cour cachée est située derrière l’orphelinat et peut aussi être regardé par les appartements nord de Mrs Follow. C’est là que j’ai remarqué que quelqu’un m’observait. J’ai levé la tête vers les fenêtres du directeur et j’ai réussi à voir une tête brune avant qu’elle ne disparaisse brusquement. J’ai pris peur et je suis vite ressorti de ce jardin pour retrouver, ça sera bien la première et la dernière fois, Mlle Smag.
Je suis assise sur mon lit. Vais-je poser un lapin au groom ? Peut-être. Néanmoins, je lui dois bien ça. Il a été si gentil avec moi. Et puis je repartirai vite. Juste le temps qu’il me dise ce qui l’a à dire. Je me regarde une nouvelle fois dans la glace. Je suis… présentable, même jolie avec ma belle robe blanche et mes sandales. J’hésite à attacher mes cheveux. Ils me gênent un peu. Ils sont trop longs et m’arrivent jusqu'à la taille. Je finis par me faire un chignon assez compliqué et me précipite dehors. On est dimanche donc pas de collège (heureusement) ! Je suis très bonne à l’école pourtant je ne fous rien.
Je cours vers la grille cachée en priant pour que personne ne me voie. J’entre dans le petit jardin et me dirige de suite vers mon banc favori.

- Salut, princesse ! m’appele une voix derrière moi.
- Oh ! T’as le chic pour me surprendre, toi !dis-je en me retournant vers le groom.
Oh la la, il est toujours aussi beau. Il a néanmoins changé de tenue et a troqué son costard pour une chemise blanche moulant parfaitement ses magnifiques abdos et un pantalon noir. Je m’étonne qu’il soit déjà aussi musclé à quinze ans. Il fait de la gonflette ou quoi ?
- Hum, cachons nous là, dit-il en m’entraînant vers un arbre.
- Pourquoi ?
- Je ne veux pas que mon… grand-père nous voient, me répondit-il, les yeux brillants d’inquiétude.
Je reste bouche-bée. Sa famille vit ici, l’avais-je déjà vue ?
- C’est son jardin, continue-t-il en ne voyant aucune réaction.
- Mais… Mais… Il ne peut pas être à lui, il est à Mrs Fol… balbutie-je.
La connexion se fait dans ma tête. Je comprends enfin.
- Tu veux dire que ton grand-père, c’est le directeur ?!
- Oui, dit-il, les joues rougissantes.
- Je parle avec son petit-fils, là !?
Il ne répond pas, mais me fixe étrangement. Au bout d’interminables secondes, il me dit enfin :
« Je ne veux pas trop parler de ma famille. La tienne doit être plus intéressante. »
Je suis gêné. Que pourrai-je lui dire ?

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur
 

Commentaire sur Le royaume des Glaces (Roman Original)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Texte court] - Le Royaume de glace - G
» [Montherlant, Henry (de)] Les jeunes filles
» Commentaires pour l'avocat du diable
» Prénoms en folie!
» [Camus, David] 1) Les Chevaliers du Royaume 2) Morgennes 3) Le Roman de la CroiX - Crucifère
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Publications :: Fictions Originales :: Commentaires :: SF / Fantastique / Fantasy-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015