Partagez | 

 Fiction : L'évasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

sysmica
Tache d'encre

Messages : 36
Féminin Inscrit le : 13/11/2013

MessageFiction : L'évasion   Publié le : Mar 25 Mar 2014 - 16:57

Bonjour, alors tout d'abord merci d'avoir cliqué aha, cette histoire sort tout droit de ma petite tête, les personnages et l'histoire sont totalement originaux.
Je vous présente mon premier chapitre et j'aurais besoin de vos avis, savoir si cela vous plaît si j'ai des choses à améliorer, si l'idée est intéressante ou si VRAIMENT FAUT QUE J'ARRETES DE SUITE DE VOUS TORTURER ! 
Donc des commentaires (ici --> http://www.phoenixfictions-forum.com/t1289-commentaire-fiction-l-evasion ) seraient les bienvenus avec évidemment des critiques constructives, merci par avance et bonne lecture !


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Chapitre 1 – Prologue

- Comment font-ils les autres ?
- Quels autres ? répondit Ella, sa splendide chevelure noire de jais voletant face à la légère brise d'automne.
Louise ne répondit pas. Elle s’était perdu dans la contemplation des feuilles mortes au pied du grand chêne centenaire de la ville sous lequel les deux amies avaient décidé de s'installer.


Louise aimait et détestait à la fois l'automne. Cette saison était parfaite pour faire des photos, une de ses grandes passion ; les lumières semblaient danser au gré de son objectif et révélaient une beauté rare et saisissante. Mais c'était aussi la saison qui succédait à cette grande fête perpétuelle qu'est l'été et qui paraissait bien fade à côté, elle détestait l'image de passivité que cette saison donnait, les feuilles mortes qui tombent sans un bruit, qui se laissent piétiner et qui vagabondent, impuissantes face aux humeurs tumultueuses du vent, parce que oui, ici a Greyfolks le vent était le maître régnant.



Ella la rappela à l'ordre :
- Lou ? Louise ?! Eho tu t’es encore égarée je ne sais où, reviens sur Terre.
Louise émergea en secouant la tête
- Désolée Ella, tu disais ?
- Je te demandais de qui tu parlais quand tu disais « les autres » ?
- Oh, euh, aucune importance déclara-t-elle avec un large sourire. Ne m'en veux pas je dois y aller, j'ai promis à ma mère d'aller chercher Yann à l'école.
- Pas de soucis, un bisous au petit monstre cria Ella alors que Louise s'éloignait, quittant le parc.
Cette dernière se contenta d'un sourire accompagné d'un clin d’œil comme ultime réponse.
Louise marchait d'un pas vif, elle n'était pas en retard mas elle ne supportait pas ces gens qui marchait comme lors d'une course contre des escargots qu'il ne fallait surtout pas gagner. Elle gagna rapidement l'école de son jeune frère et attendit près de cinq minutes sa sortie. Il avait à peine sept ans, et ne ressemblait en rien à sa sœur. Il avait des cheveux noir ébouriffés et tenait comme héritage de son père de grands yeux en amande d'une couleur indéscriptiblement remarquable. Une cavalerie de gris, bleu, jaune et vert semblait se disputer pour conquérir son iris. Seules leurs fossettes de chaque côté de leurs bouches semblaient prouver le lien de parenté qui l'unissait à Louise.
Yann était en CP mais savait déjà parfaitement lire, hors de question pour Louise, véritable rat de bibliothèque, que ce soit une vulgaire étrangère qui lui apprennes à lire plutôt que sa propre sœur. C'est pourquoi Yann avait subi un entraînement intensif durant cet été avec l'aide de plusieurs anciens livres Disney et de comptines que Louise avait précieusement gardé.



Lorsque Louise arriva chez elle, elle entreprit de faire goûter son petit frère, puis le laissa faire ses devoirs et monta dans sa chambre s'isoler. Sa mère n'arriverait que vers huit heures ce soir là, depuis qu'elle et le père de Louise s'étaient séparés, elle passait plus de temps au travail, obligeant Louise à s'occuper de son petit frère souvent à son propre détriment. Louise enfonça ses écouteurs dans ses oreilles et mit le volume au maximum. Elle s'affala sur son lit avec lourdeur et tourna la tête sur sa droite. Un énorme miroir coupé par une barre en bois s'étendait sur tout le mur. Loin d'elle le fait d'être narcissique, c'était juste la chambre la plus isolée de la maison, mais avant d'être aménagée, cette pièce était en fait utilisée par les anciens propriétaires comme salle de danse. Louise détestait ce miroir, même dans sa propre chambre, son sanctuaire, elle ne pouvait pas échapper à son reflet.
Elle se releva et se planta face à elle-même. C'était toujours le même reflet, tous les jours, sans surprise ; des cheveux d'une couleur inexacte tirant sur le marron vaguement ondulés, des yeux en amandes marrons d'une banalité affligeante, des lèvres fines voire inexistantes, un corps disgracieusement proportionné. C'était sa perception, son jugement sur elle-même. Non, décidément, Louise ne s'aimait pas du tout. Elle retomba sur son lit et ferma les yeux. Se repassant sur l'écran noir de ses paupières closes sa journée, elle se rappela d'un article qu'elle avait lu un jour dans un magazine d'une sale d'attente stérile et lugubre. L'article parlait d'une sorte de technique ancienne chinoise qui enseignait que lorsque l'on ne se sentait pas bien dans son monde, son univers, on pouvait créer un lieu parallèle dans notre tête ou nous serions maître de tout événement et où chaque objet comporterais un souvenir, ce monde imaginaire rien qu'à nous serait une échappatoire de la réalité, un lieu reculé ou rien ne pouvait la faire souffrir à part si elle-même le désirait. Louise se rassit alors sur son lit inspira un grand coup et ferma ses yeux se laissant tenter par cette promesse d'évasion. Ce n'était pas chose facile, comment choisir le lieu ? Une plage ? Trop de sable, ça pique et bonjour pour nettoyer par la suite. Il lui fallait une endroit paisible et singulier.
Et c'est ainsi que tout commença. Louise se mit en quête de l'endroit parfait pour le commencement de sa nouvelle vie imaginaire car il était bien sur hors de question de commencer sans trouver l'endroit idéal ! C'était comme sauter une étape, comme mettre son pantalon avant son slip comme disait sa prof d'espagnol. Très étrange comme prof soit dit en passant. Vous connaissez cette sensation d'illumination soudaine, ce regard qui s'éveille et ce sourire qui se dessine ? C'est ce qui se passa dans la chambre au miroir du 6B Privet Garden.

Louise avait trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://iminlovewithamuggle.tumblr.com
 

Fiction : L'évasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiction : pour l'évasion ?
» Vos personnages de fiction préférés
» [Fiction originale] Androïdes
» Comment publier une fiction ?
» QUE SERA LA TERRE APRES LES HUMAINS De la fiction ? Pas si sûr !...
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Publications :: Fictions Originales :: Fictions :: SF / Fantastique / Fantasy-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015