Partagez | 

 L'Euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas

Pour ou contre la légalisation de l'euthanasie ?
Pour
100%
 100% [ 9 ]
Contre
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 9
 

AuteurMessage

avatar

Killy
Iznogood

Messages : 1362
Masculin Inscrit le : 22/03/2010

MessageL'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 11:35

L'euthanasie consiste à donner la mort à une personne consentante. Pensez vous qu'elle doit être un droit accessible à chacun d'entre nous ? Si oui, dans quel cas ? Si non, pourquoi ?
N'hésitez pas à venir exprimer votre avis en même temps que votre vote ici.

_________________________________________________
Cauchemar de la dictatrice è_é
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://shinigami-note.actifforum.com/

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 11:48

Tiens donc, Killy lance encore un débat c'est étonnant^^

Donc moi j'ai mis pour (à noter que je suis aussi pour le suicide). Si une personne est très malade, sans aucun espoir de guérison, je vois pas pourquoi on la laisserait souffrir au nom de grands principes moraux qui se veulent humains parce qu'au final moi je trouve ça inhumain de regarder quelqu'un mourir à petit feu, sachant qu'on peut rien faire, que cette personne ne peut plus profiter de sa vie et qu'elle ne demande qu'à être soulagée.
Dans ce cas je pense que la famille doit savoir mettre son égoïsme de côté. Ok la personne va manquer, mais c'est sans doute mieux de la savoir libérer que de la voir agoniser. Et puis, chaque personne doit pouvoir rester maître de sa vie. En France on a un droit à la vie, mais pas un droit à la mort alors que dans certains cas, ce serait amplement justifié.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Hamtaro
Bettapouale

Messages : 2356
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : Hamtaro
Localisation : Sur le Trône de fer


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 12:40

Je suis également pour.

Il n'y a pas que les maladies graves, il y a aussi par exemple les paralysies totales. Je trouve absolument aberrant de laisser vivre une personne dans un tel état. Il devrait y avoir une carte comme pour le don d'organe : "Je souhaite être euthanasié" dans le cas où ce serait la dernière et/ou seule solution.

Après, il faut faire attention aux abus, l'euthanasie, ce n'est pas du "suicide assisté", même si on utilise cette expression. L'euthanasie doit se décider dans un cadre médical, à mon sens, le suicide laisse penser un état latent de dépression ou de pensées morbides qui n'ont pas forcément à voir avec un état physique grave, mais plutôt psychologique. Mais ça c'est mon avis.

Et puis, on euthanasie bien les animaux pour abréger leurs souffrances. Pourquoi refuser cette pratique sur les êtres humains ? Pourquoi serait-on plus "humain" envers les animaux et si "barbare" envers les hommes ? (là c'est une question qui mériterait une autre débat...) Notre espèce qui se croit si supérieure aux autres serait plus clémente avec elles plutôt qu'avec ses propres congénères ? C'est tellement illogique... L'Homme est un paradoxe vivant... mais je m'égare.

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/1378297/

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 13:04

Ah bah j'étais tenté de lancer le sujet, merci d'avoir pris les devants, Killy

Moi je suis clairement et à 100% pour, du moment qu'il y a un minimum d'encadrement de la pratique. Il faut pouvoir distinguer euthanasie et suicide, car si dans le deuxième il y a un acte de violence envers soi-même, la première n'est ni plus ni moins qu'une envie de délivrance la plus douce possible.

Le film Mar adentro relate un fait divers réel, l'histoire de Ramon Sampedro qui à la suite d'un accident de plongée s'est retrouvé tétraplégique. Après 30 ans à ne plus vraiment avoir de vie, et des démarches qui n'ont jamais aboutis il s'est donné lui-même la mort avec l'aide de personnes de son entourage, chacune ayant effectué une petite partie de la préparation de la solution létale afin qu'aucune ne puisse être poursuivie en justice.
Alors même si on ne légalise pas l'euthanasie, les gens trouveront le moyen d'arriver à leur fin, mais au prix de longs et pénibles plans qui ne font qu'alourdir leur peine et celle de leur entourage.
Pourquoi ne pas directement accepter que certains ont de vraies raisons de ne plus vouloir vivre ? Quel sens peut avoir la vie de quelqu'un qui ne peut plus vivre que dans son imaginaire ?
Justement parce que le politiquement correct sacralise la vie humaine à outrance, allant jusqu'à un résultat contraire à tout ce qu'on considèrerait naturellement comme éthique : on fait souffrir volontairement les gens en leur refusant ce droit.

Je vois en le refus de la légalisation de l'euthanasie une forme d'hypocrisie se voulant bien pensante : on n'a pas le droit de tuer quelqu'un, parce que la vie est sacrée, et tout le tralala.
Pourquoi ne pas faire preuve d'un minimum d'empathie à l'égard de ces demandes ? Quand on se retrouve en service de soins palliatifs, on sait très bien que le patient en a tout au plus pour trois mois à vivre et parfois les derniers instants sont empreints d'une énorme souffrance, tant physique que psychologique, sans compter la peine et la douleur pour les familles de voir un être cher se dégrader jusqu'à des états incroyables... Certains patients d'en accommodent très bien et finissent leurs jours naturellement, mais si on prend le cas récent de Chantal Sébire, qui souffrait le martyre et qui en plus n'était pas écoutée, franchement je ne sais pas ce qu'il faut de plus.
Pourquoi vouloir à tout prix maintenir une vie "organique" à quelqu'un qui de toute évidence ne veut plus qu'une chose : qu'on le laisse partir en paix, et avec un minimum de calme et de dignité, sans avoir à supporter des souffrances parfois intolérables (parce que là je n'hésite pas à dire qu'on torture physiquement et psychologiquement ces gens, qui s'empêtrent dans des démarches qui ne finissent jamais, qui se dégradent et n'attendent plus qu'une chose : mourir le plus vite possible pour en finir enfin).

Et puis, il ne faut pas se leurrer : l'euthanasie en milieu médical est bien plus courante qu'on ne le pense. Beaucoup de praticiens admettent sans honte (et ils ont bien raison) avoir "aidé" leurs patients à mourir lorsque la demande était parfaitement légitimée.

En clair, je résume vite fait : avec un bon encadrement on offrirait à des patients dont la demande est "légitime" le droit d'avoir une fin de vie digne et douce, refuser ce droit ne sert à rien si ce n'est rajouter à la souffrance des gens et de leur entourage, en leur "prouvant" en plus que leur peine n'a rien de légitime et qu'ils sont stupides et fous de vouloir mourir, les gens finissent toujours par avoir un recours illégal, mais souvent c'est la justice qui tombe sur le dos des aidants (voir le cas de Vincent Humbert)...

Alors voilà, je reviendrais sans doute approfondir ma pensée sur ce sujet qui me touche beaucoup et sur lequel j'aimerais dire plus (mais là je n'en ai pas le temps).
Il faut juste se rappeler d'une chose : "euthanasie" signifie littéralement "bonne mort".

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hamtaro
Bettapouale

Messages : 2356
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : Hamtaro
Localisation : Sur le Trône de fer


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 13:10

"Bonne mort", bonne dans le sens "bien, vrai", non ? Pas dans le sens douce ou agréable.

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://www.fanfiction.net/u/1378297/

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 13:11

Une mort "souhaitable", dirons-nous...

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 13:32

En japonais euthanasie s'écrit avec les kanjis de la paix, de la gaité et de la mort. Bon la gaité c'est discutable hein, mais pour la paix je trouve ça très juste.
(Pour info: anrakushi : 安楽死)

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 23 Avr 2010 - 13:44

Tiens il me semble que ce sont exactement les mêmes termes en mandarin (je vérifierais, c'est intéressant)...
Je ne comprends pas que la Justice continue à se borner à associer "meurtre" et "euthanasie", la différence est quand même claire et nette, il n'y a pas à tergiverser...

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Edofanart
Maîtresse fouetteuse

Messages : 3681
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : pour les courageux... C'est ici.
Localisation : Dans un rouleau de printemps

Disponibilité : Restreinte

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Sam 1 Mai 2010 - 1:39

Beaucoup d'arguments ont déjà été exposés, je ne vois pas trop quoi dire de plus...
Je suis pour l'euthanasie, contrôlée bien entendu, parce que malheureusement certaines personnes sont capables d'en abuser à des fins financiers ou autre.

Sur un point de vu médical, je ne comprends pas que l'on puise laisser souffrir une personne en phase finale de maladie ou bien complètement paralysée. Je pense que tout ceux qui ont eu le malheur de voir un être cher décéder d'une longue maladie pourra témoigner de la souffrance que celle-ci peut générer, et donc, du besoin de libération qu'éprouve le malade.

Comme dit Le_Hamster, on le fait pour les animaux, il y a quelques semaines, le vétérinaire me disait "c'est le dernier acte d'amour que vous pouvez faire pour lui", mais un humain qui meurt, lentement, en souffrance, c'est plutôt "crève en silence"... je ne comprends pas.

J'ai vécu ça, je ne le souhaite à personne, même si je sais que c'est malheureusement courant. Personnellement, on a "aidé" ma mère à partir malgré l'interdiction de l'euthanasie en France, je ne sais pas qui l'a fait, mais je lui en suis reconnaissante aujourd'hui encore.

L'être humain est une espèce bien moins évoluée que ce qu'elle veut faire croire, nous sommes barbares et contradictoires. Les médecins vous bassinent comme quoi la souffrance est une chose anormal et qu'ils peuvent la soulager, mais quand vous êtes proche de la mort, quand vous avez besoin qu'on vous aide à partir, à ne simplement plus souffrir... il n'y a plus personne.

_________________________________________________
Bras droit de la dictatrice è_é
Bras gauche et soeur de Dam-Vinou, le chinois fourbe. Gỏi cuốn tôm est mon nom !
Tôi có bàn tay đầy ngón tay --- Ebi desu !
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://jaakunakokoro.forums-actifs.com/

avatar

Flam'Assassin
Plume d'oie

Messages : 137
Féminin Inscrit le : 27/04/2010
Localisation : Sud de la France


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Sam 1 Mai 2010 - 2:12



Moi je suis pour dans le sens ou je n'ai pas peur de la mort, mais je crains énormément la souffrance.

Or, en France, il y a des gens qui souffrent énormément, des douleurs intenables qu'ils doivent soigner à grands coups de codéïne et de substituts de morphine (je le sais, je l'ai vécu longtemps), il y a des gens qui ne peuvent pas mener le cour normal d'une existence classique. Ils ont le moral en berne, ils ne se suicident pas parce que dans notre société il y a encore beaucoup d'appréhensions autour de la "Selbstmörd" (se donner la mort soi-même en allemand).

Disons le, en France il y a des gens qui mènent une existence de chien, qui ne demandent qu'à mourir en toute dignité mais la justice le leur refuse.

Par contre je comprends que le débat soit un véritable soucis pour les parlementaires car moi-même, j'ai dix huit ans et je suis persuadée que je serai mieux morte à l'heure actuelle et depuis que j'ai neuf ans et demie. Or, si je me pointe la bouche en coeur en disant "Bon, le début du bal était bien marrant mais pourrait-on m'indiquer la sortie?" (pour rester le plus politiquement correct qui soit), je suis sûre que les gens n'apprécieraient pas.

Dans notre société occidentale, vouloir la mort est une maladie, une tare qu'il faut parvenir à guérir. Si la société tolérait l'euthanasie quelque part, elle accepterait aussi le fait qu'elle ne peut pas palier à toutes les souffrances humaines, à toutes les catastrophes, et ce serait un signe de faiblesse. Or, notre société ne peut actuellement pas se permettre d'être faible en vue des nombreux problèmes qui la frappent.

Aussi, je pense que pour admettre l'euthanasie il faut poser de nouveaux postulats au suicide, ça la rendrait moins horrible, cette fameuse euthanasie, si on disait que la mort peut être digne (contrairement à ce que pense Dr House) quand on la choisit et quand on ne la cache pas...

Je pense que dans un futur assez proche, l'euthanasie sera toléré en France, au même titre qu'une union égale entre homosexuels et hétérosexuel, et je pense que le débat de la peine de mort va lui aussi être posé une bonne fois pour toutes. Mais actuellement notre société, notre état sont trop préoccupés avec d'autres problèmes et je pense que les mentalités ne sont pas assez aguerries, pas assez fortes pour affronter des sujets aussi complexes pour l'esprit humain.
D'autre part il ne faut pas oublier que ce que l'on pense bon pour soi, les autres ne l'admettent peut-être pas pour eux ou pour les gens autour d'eux, leurs familles, leurs enfants, leurs parents.
Dans ma famille les choses sont claires mais c'est parce que nous pensons tous de la même façon, je sais par contre que dans la famille de mes amis la mort est un sujet tabou.

Flam'Assassin

_________________________________________________
"La mort est un destin que nous partageons tous. Personne n’y a jamais échappé. Et c’est bien ainsi, car la mort est probablement ce que la vie a inventé de mieux. C’est le facteur de changement de la vie. Elle nous débarrasse de l’ancien pour faire place au neuf." S.JOBS
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://flaque230.livejournal.com/

avatar

Elsanfus
Assistant

Messages : 217
Masculin Inscrit le : 11/04/2010
Localisation : Nulle part et partout


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Sam 1 Mai 2010 - 7:35

Je suis "pour".

Chaque individu est libre de mener sa vie comme il l'entend sans que cela blesse autrui.

_________________________________________________
"Justice and love will always win."
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bellusagi
Auteur de Best-seller

Messages : 1292
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : Bellusagi
Localisation : Mondragon


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Mer 19 Mai 2010 - 17:46

Je remarque qu'il n'y a pas de contre..... (pour l'instant).
Serions nous tous d'accord!

Je suis donc pour, vous l'aurez compris.
J'estime que quelqu'un qui n'a plus d'espoir à le droit de mourir comme il l'entend et pas comme le destin l'a décidé. Pourquoi être cruel et égoiste et l'obliger à rester sur terre?! Juste pour qu'on ne soit pas malheureus tout de suite?

Je parle de destin mais j'aurais pu dire Dieu ou n'importe quoi d'autre; bref le truc qui fait que nos vie sont comme elles sont!
Je suis d'ailleurs d'accord avec le fait qu'il n'y ait pas de raison qu'on soit plus barbare avec nous, êtres humains, qu'avec les animaux.
Je ne dirais pas que c'est un suicide assisté car pour moi le suicide est plus qu'n appel au secours qu'autre chose (mais c'est un autre débat). C'est une manière de montré qu'on a encore le moyen de décidé ce qu'on veut faire de sa vie, de montrer qu'on la maîtrise encore.

_________________________________________________
Bellusagi sur fanfic.fr
Mariefandetwilight sur ff.net
"Au nom de la lune je vais vous punir!"


Profil Fanfiction.net Profil fanfic-fr.net
Chorezik (Mon site internet)
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Killy
Iznogood

Messages : 1362
Masculin Inscrit le : 22/03/2010

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Jeu 20 Mai 2010 - 7:23

Je ne voterai ni pour, ni contre. Je m'explique.

L'euthanasie, c'est un bien joli concept : abréger la maladie des souffrants, afin de leur assurer une mort digne, pour ne plus qu'ils aient à souffrir alors qu'ils approchent de leur phase terminale, ok.

Mais une légalisation de la pratique reviendrait à prendre de trop gros risques, et à tout les coups on assisterait très rapidement à quelques abus. Et cet abus ne concerne pas suffisamment n'importe quoi pour qu'on puisse vraiment le laisser à disposition des gens. Vous allez peut-être me trouver pessimiste ou n'ayant pas une bonne vision de la sagesse de l'être humain mais certains cas suspect ont déjà été découvert dans les pays pratiquant légalement l'euthanasie. Si c'est le cas dans ces pays, le risque est également possible en France.

Et puis une famille trop désireuse, par appât du gain, de s'approprier la fortune de la vieille grand-mère gâteuse, pourrait très bien réussir à lui faire signer un papier comme quoi elle souhaiterait se voir euthanasier. On pourrait tout à fait créer un système qui permettrait de réduire considérablement ses risques, avec bien entendu une forte réglementation, mais là encore l'être humain n'étant pas exempte de failles, des abus se feraient voir à coup sûr.

Il s'agit donc d'un problème trop important pour que l'on légalise de nos jours cette pratique. Moi j'y serai favorable le jour où l'on aura une évolution des mentalités suffisamment positive pour permettre cette pratique.

Le_Hamster a écrit:

Il n'y a pas que les maladies graves, il y a aussi par exemple les paralysies totales. Je trouve absolument aberrant de laisser vivre une personne dans un tel état. Il devrait y avoir une carte comme pour le don d'organe : "Je souhaite être euthanasié" dans le cas où ce serait la dernière et/ou seule solution.

Ce n'est pas à nous d'en décider, certains préfèrent vivre cloué au sol quitte à tout perdre.

Le_Hamster a écrit:
Et puis, on euthanasie bien les animaux pour abréger leurs souffrances. Pourquoi refuser cette pratique sur les êtres humains ? Pourquoi serait-on plus "humain" envers les animaux et si "barbare" envers les hommes ? (là c'est une question qui mériterait une autre débat...) Notre espèce qui se croit si supérieure aux autres serait plus clémente avec elles plutôt qu'avec ses propres congénères ? C'est tellement illogique... L'Homme est un paradoxe vivant... mais je m'égare.

C'est un autre débat en effet mais la question des rapports humains/animaux mériteraient approfondissement. Chaud pour lancer un débat ?

Vinou a écrit:
Ah bah j'étais tenté de lancer le sujet, merci d'avoir pris les devants, Killy

De rien

Vinou a écrit:
Moi je suis clairement et à 100% pour, du moment qu'il y a un minimum d'encadrement de la pratique. Il faut pouvoir distinguer euthanasie et suicide, car si dans le deuxième il y a un acte de violence envers soi-même, la première n'est ni plus ni moins qu'une envie de délivrance la plus douce possible.

Les deux sont à distinguer, en effet, mais le suicide n'est pas forcément un acte de violence.

Vinou a écrit:

Pourquoi ne pas directement accepter que certains ont de vraies raisons de ne plus vouloir vivre ? Quel sens peut avoir la vie de quelqu'un qui ne peut plus vivre que dans son imaginaire ?
Justement parce que le politiquement correct sacralise la vie humaine à outrance, allant jusqu'à un résultat contraire à tout ce qu'on considèrerait naturellement comme éthique : on fait souffrir volontairement les gens en leur refusant ce droit.

Tu n'as pas tort à propos du 'politiquement correct', c'est aussi une donne que l'on enseigne à nos médecins : la vie avant tout, à n'importe quel prix. C'est une question de mentalité, et de ce fait la masse semble peu encline à vouloir changer d'avis à ce sujet.
Cependant, je ne suis pas d'accord avec toi : en s'éveillant, l'humain a tendance à perdre, à voir mourir en lui certaines conceptions qu'il avait en étant enfant : n'est ce pas une sorte de 'première mort' intérieure, d'un point de vue mental ? Passé un certain stade, ne perds t'on pas, peu à peu, les rêves que l'on s'était fait étant jeune ? Dans ce cas, c'est peut être l'humanité toute entière qui devrait recourir à l'euthanasie, puisque d'après toi l'imaginaire à lui seul ne semble pas suffit à pouvoir être une raison valable de vivre. Je n'ai pas envie de centrer le débat sur ce que je ressens, mais si je n'avais pas mon petit monde à moi, je crois que dans ce cas je regretterai de vivre.
Après comme je le disais c'est une question de mentalité : c'est dommage aussi, de l'autre côté, que chaque hommes n'arrivent pas à se soutenir vraiment les uns et les autres (on croirait un discours de paix lol) et à s'inculquer entre eux certaines valeurs, comme 'tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir'. Peut-être que la manière dont j'ai grandi me font passer dans le camp de ceux que tu désignes comme les adeptes de la 'vie humaine à outrance' mais je pense sincèrement qu'en réalité on peut tous trouver malgré tout quelques raisons de vouloir vivre. Même pour de mauvaises raisons, mais après c'est à chacun de voir.

Vinou a écrit:
Je vois en le refus de la légalisation de l'euthanasie une forme d'hypocrisie se voulant bien pensante : on n'a pas le droit de tuer quelqu'un, parce que la vie est sacrée, et tout le tralala.
Pourquoi ne pas faire preuve d'un minimum d'empathie à l'égard de ces demandes ? Quand on se retrouve en service de soins palliatifs, on sait très bien que le patient en a tout au plus pour trois mois à vivre et parfois les derniers instants sont empreints d'une énorme souffrance, tant physique que psychologique, sans compter la peine et la douleur pour les familles de voir un être cher se dégrader jusqu'à des états incroyables... Certains patients d'en accommodent très bien et finissent leurs jours naturellement, mais si on prend le cas récent de Chantal Sébire, qui souffrait le martyre et qui en plus n'était pas écoutée, franchement je ne sais pas ce qu'il faut de plus.
Pourquoi vouloir à tout prix maintenir une vie "organique" à quelqu'un qui de toute évidence ne veut plus qu'une chose : qu'on le laisse partir en paix, et avec un minimum de calme et de dignité, sans avoir à supporter des souffrances parfois intolérables (parce que là je n'hésite pas à dire qu'on torture physiquement et psychologiquement ces gens, qui s'empêtrent dans des démarches qui ne finissent jamais, qui se dégradent et n'attendent plus qu'une chose : mourir le plus vite possible pour en finir enfin).

Je vais paraître peut-être très direct, mais pour ceux qui veulent vraiment en finir, il restera toujours le suicide. Avec assistance, si besoin... C'est une alternative, certes peut-être à condamné, moralement, mais après tout, l'euthanasie, ce n'est pas en quelque sorte la légalisation du suicide ? Tu vas me dire qu'on joue un peu sur les termes, mais en tout cas je pense que celui qui désire vraiment en finir avec la vie dispose quand même d'une manière de le faire.

Vinou a écrit:
Et puis, il ne faut pas se leurrer : l'euthanasie en milieu médical est bien plus courante qu'on ne le pense. Beaucoup de praticiens admettent sans honte (et ils ont bien raison) avoir "aidé" leurs patients à mourir lorsque la demande était parfaitement légitimée.

C'est vrai et je pense qu'on ne devrait pas forcément les poursuivre pénalement. Du moins vérifier si ils ont vraiment fait cela selon la volonté de leur patient...Toujours très délicat à faire, surtout que les morts ne parlent plus.

Vinou a écrit:
En clair, je résume vite fait : avec un bon encadrement on offrirait à des patients dont la demande est "légitime" le droit d'avoir une fin de vie digne et douce, refuser ce droit ne sert à rien si ce n'est rajouter à la souffrance des gens et de leur entourage, en leur "prouvant" en plus que leur peine n'a rien de légitime et qu'ils sont stupides et fous de vouloir mourir, les gens finissent toujours par avoir un recours illégal, mais souvent c'est la justice qui tombe sur le dos des aidants (voir le cas de Vincent Humbert)...

Je suis d'accord, cela n'a rien de fou et de stupide que de vouloir mourir, c'est une mentalité à combattre. Mais l'inverse est également vrai : pour moi ce n'est pas non plus une normalité, on devrait vraiment pouvoir tout faire pour éviter d'avoir recours à ce genre de méthode. (ne serait-ce que, par exemple, un peu de soutien moral à la personne).

Vinou a écrit:
Alors voilà, je reviendrais sans doute approfondir ma pensée sur ce sujet qui me touche beaucoup et sur lequel j'aimerais dire plus (mais là je n'en ai pas le temps).
Il faut juste se rappeler d'une chose : "euthanasie" signifie littéralement "bonne mort".

Hâte d'en savoir plus, si tu peux nous apporter une vision encore plus poussée, je suis preneur, perso ^^

Flam'Assassin a écrit:


Dans notre société occidentale, vouloir la mort est une maladie, une tare qu'il faut parvenir à guérir. Si la société tolérait l'euthanasie quelque part, elle accepterait aussi le fait qu'elle ne peut pas palier à toutes les souffrances humaines, à toutes les catastrophes, et ce serait un signe de faiblesse. Or, notre société ne peut actuellement pas se permettre d'être faible en vue des nombreux problèmes qui la frappent.

Légaliser l'euthanasie, un désavoeux de la société ? C'est un point de vue très intéressant, je n'avais pas vu ça sous cet angle, merci de m'ouvrir l'esprit ^^

Flam'Assassin a écrit:

Je pense que dans un futur assez proche, l'euthanasie sera toléré en France, au même titre qu'une union égale entre homosexuels et hétérosexuel, et je pense que le débat de la peine de mort va lui aussi être posé une bonne fois pour toutes. Mais actuellement notre société, notre état sont trop préoccupés avec d'autres problèmes et je pense que les mentalités ne sont pas assez aguerries, pas assez fortes pour affronter des sujets aussi complexes pour l'esprit humain.
D'autre part il ne faut pas oublier que ce que l'on pense bon pour soi, les autres ne l'admettent peut-être pas pour eux ou pour les gens autour d'eux, leurs familles, leurs enfants, leurs parents.


A priori on ne révisera plus la question de la peine de mort, son interdiction étant entré dans la constitution, mais là n'est pas la question.
Sinon on est d'accord concernant les mentalités, inadaptées de nos jours pour pouvoir prétendre à l'euthanasie légalisée. Quand à notre société, malheureusement elle préfère s'occuper de sujets secondaires (rappellez-vous l'ancien débat national sur l'identité française...) que de s'occuper de véritables affaires. L'évolution des mentalités n'est pas pour maintenant, malheureusement, et pour l'état ça semble être pas plus mal, du moment qu'une poignée d'homme peut ainsi dominer la masse. Mais c'est encore un autre sujet.
J'aime bien ta conclusion, elle va dans le sens de ce que je pense.

_________________________________________________
Cauchemar de la dictatrice è_é
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://shinigami-note.actifforum.com/

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Jeu 20 Mai 2010 - 10:42

Killy a écrit:
Et puis une famille trop désireuse, par appât du gain, de s'approprier la fortune de la vieille grand-mère gâteuse, pourrait très bien réussir à lui faire signer un papier comme quoi elle souhaiterait se voir euthanasier. On pourrait tout à fait créer un système qui permettrait de réduire considérablement ses risques, avec bien entendu une forte réglementation, mais là encore l'être humain n'étant pas exempte de failles, des abus se feraient voir à coup sûr.

Il s'agit donc d'un problème trop important pour que l'on légalise de nos jours cette pratique. Moi j'y serai favorable le jour où l'on aura une évolution des mentalités suffisamment positive pour permettre cette pratique.

Je n'avais plus pensé à cet aspect, j'ai écrit mon texte un peu à la va-vite... Je suis d'accord sur le principe de précaution, et malheureusement l'être humain est loin d'être toujours bienveillant et plein de bonnes attentions envers son prochain...

Concernant l'imaginaire, je me suis mal exprimé (désolé je suis vraiment passé en coup de vent ce jour-là mais je voulais laisser mon opinion ^^"). Bien sûr, l'imaginaire c'est ce qui nous raccroche à nos vie, et franchement je serais hypocrite de dire le contraire. Ce que je voulais dire, c'est que quand on n'arrive même plus à avoir envie de rêver tellement on souffre, là il y a problème... Il arrive que le niveau de souffrance soit tel que tout ce qu'on a en tête, c'est cette souffrance.

Killy a écrit:
Peut-être que la manière dont j'ai grandi me font passer dans le camp de ceux que tu désignes comme les adeptes de la 'vie humaine à outrance' mais je pense sincèrement qu'en réalité on peut tous trouver malgré tout quelques raisons de vouloir vivre. Même pour de mauvaises raisons, mais après c'est à chacun de voir.

Oui, je te rejoins là-dessus. Mais c'est comme tout, nos histoires personnelles sont directrices de nos idées, et surtout quand il s'agit d'un sujet aussi intime, on ne peut pas arriver à en exclure nos expériences... Depuis qu'on se fréquente via fofo interposés, je crois connaître un Killy très optimiste et très ouvert sur les autres. Moi, je suis quelqu'un de profondément pessimiste à la base, même si depuis quelques années je me bats pour arrêter de ne voir que du noir dans ce qui m'entoure... Niveau éducation on va dire que j'ai reçu plusieurs sons de cloches, j'ai toujours eu du mal à pencher d'un côté plus que d'un autre...
Mon point de vue sur l'euthanasie est vraiment lié à mon vécu, c'est pour ça que mon avis est si tranché sur la chose.

Alors peut-être aussi qu'inconsciemment on ne supporte pas de voir la véritable déchéance de l'être humain, parce que naître et mourir ce sont bien deux des aspects les plus animaux de notre nature, et on a bien souvent la prétention consciente ou non de nous penser au-dessus de cette nature et de ses lois. Les morts ne reviennent pas pour témoigner, peut-être ces derniers instants n'ont pas été pénibles pour eux même si nos appareils médicaux bien beaux et clinquants de modernisme nous démontrent avec précision la souffrance profonde qui animent parfois ces derniers instants...
Il y aussi le profond orgueil de la médecine : un mort, c'est un échec.

Enfin, je ne suis pas d'accord lorsque tu dis, Killy, que si on veut vraiment mourir on trouvera toujours le moyen de le faire. C'est là qu'il y a un amalgame "souffrance suicidaire" et "envie d'abréger les souffrances par l'euthanasie".
Bien souvent, pour se suicider sans se rater (si on me permet cette expression assez ignoble), il faut user de méthodes violentes envers soi-même. Là je n'ai aucun exemple en tête de technique de suicide qui n'impliquerait pas une souffrance physique ou un risque de raté qui engendrerait une souffrance.
Un prétendant à l'euthanasie cherche à en finir avant tout avec la souffrance, pas avec la vie. Malheureusement, quand le cas est incurable, les souffrances conduisent irrémédiablement à la mort, alors autant court-circuiter le chemin et limiter ce qui est le plus pénible si c'est le souhait réel de l'intéressé.
C'est bien pour ça qu'on injecte un anesthésiant avant la solution létale, pour limiter au maximum la souffrance physique induite par la substance qui doit arrêter le coeur (désolé d'entrer dans les détails sordides mais c'est la réalité).

Alors bien sûr, je crois avoir aussi soulevé la chose dans mon premier post et je te rejoins entièrement là-dessus : si légalisation il y a, il faudra un encadrement optimal. Après sinon on part dans le délire "vidons nos maisons de retraite, ça fera de la place" et autres horreurs du même cru.
Je ne sais pas comment il faudrait penser le système, mais j'espère vraiment qu'on pourra le voir émerger un jour.

En fait, le débat sur l'euthanasie soulève des dizaines de questions qui touchent directement à ce que nous avons de plus intime : notre propre corps.
Dans quelle mesure nous appartient-il ?
Est-ce qu'on peut parler d'un droit de mourir, comme on parle d'un droit à la vie ?
Où est la limite pour considérer qu'une situation porte atteinte à la dignité humaine, surtout quand on voit la subjectivité que ça implique ?...

Je pense aussi que beaucoup des problèmes que pose l'euthanasie trouveraient des réponses ou au moins seraient amenées à être mieux débattues par l'Etat si on n'avait pas cette vision taboue de la mort et de ce qui l'entoure.
En France, on ne parle pas de ça. Rien que dire "Monsieur Robert est mort" paraît insultant aux yeux de certains, on préfère le terme "décédé" à celui de "mort", en général d'ailleurs on dira plus volontiers "il s'en est allé"...

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Edofanart
Maîtresse fouetteuse

Messages : 3681
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : pour les courageux... C'est ici.
Localisation : Dans un rouleau de printemps

Disponibilité : Restreinte

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Jeu 20 Mai 2010 - 12:14

Une fois de plus, je rejoins entièrement l'avis de Vinou, sur tous les points.
Je pense que notre opinion sur ce sujet vient avant tout de notre vécue.

Vinou a écrit:

Enfin, je ne suis pas d'accord lorsque tu dis, Killy, que si on veut vraiment mourir on trouvera toujours le moyen de le faire. C'est là qu'il y a un amalgame "souffrance suicidaire" et "envie d'abréger les souffrances par l'euthanasie".
Bien souvent, pour se suicider sans se rater (si on me permet cette expression assez ignoble), il faut user de méthodes violentes envers soi-même. Là je n'ai aucun exemple en tête de technique de suicide qui n'impliquerait pas une souffrance physique ou un risque de raté qui engendrerait une souffrance.
Un prétendant à l'euthanasie cherche à en finir avant tout avec la souffrance, pas avec la vie. Malheureusement, quand le cas est incurable, les souffrances conduisent irrémédiablement à la mort, alors autant court-circuiter le chemin et limiter ce qui est le plus pénible si c'est le souhait réel de l'intéressé.
Je suis particulièrement d'accord avec ça.

Ma question va être directe Killy, mais as-tu connu quelqu'un pour qui la mort assistée était le dernière espoir de mourir dignement et le plus "doucement" possible ?
Je ne te demande pas une réponse, ça ne me regarde pas. Mais pour avoir vécue ça, pour avoir vu quelqu'un mourir de longue maladie, pour l'avoir vu souffrir de façon absolument inhumaine, je ne peux pas rejoindre ta propre opinion.

Je comprends le problème des abus, il est certains que des personnes voudront abuser des malades ou des personnes âgées pour une histoire d'argent. Pourtant, avec une bonne réglementation, ce genre de problèmes pourraient être quasi inexistant.
Je trouve que le nombre de personnes qui souffrent horriblement et qui ont le DROIT sur leur propre vie est bien plus conséquent que le risque minime d'abus avec un bon procédé mis en place et respecté.
Doit-on laisser des personnes agoniser, sans pouvoir les soulager alors que c'est trop souvent leur voeux le plus cher ?
Au nom de quoi ? De l'optimisme ?
Vous êtes malades, vous savez que vous allez mourir dans peu de temps, vous souffrez, mais restez optimiste car il risque d'y avoir des abus si on autorise l'euthanasie !
Sincèrement, même si je comprends tes arguments et que je respecte ton opinion, c'est une chose que, personnellement, je suis incapable d'accepter.

_________________________________________________
Bras droit de la dictatrice è_é
Bras gauche et soeur de Dam-Vinou, le chinois fourbe. Gỏi cuốn tôm est mon nom !
Tôi có bàn tay đầy ngón tay --- Ebi desu !
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://jaakunakokoro.forums-actifs.com/

avatar

Killy
Iznogood

Messages : 1362
Masculin Inscrit le : 22/03/2010

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Jeu 20 Mai 2010 - 17:20

Vinou a écrit:

Concernant l'imaginaire, je me suis mal exprimé (désolé je suis vraiment passé en coup de vent ce jour-là mais je voulais laisser mon opinion ^^"). Bien sûr, l'imaginaire c'est ce qui nous raccroche à nos vie, et franchement je serais hypocrite de dire le contraire. Ce que je voulais dire, c'est que quand on n'arrive même plus à avoir envie de rêver tellement on souffre, là il y a problème... Il arrive que le niveau de souffrance soit tel que tout ce qu'on a en tête, c'est cette souffrance.

Ah, merci, dans ce cas là oui on est d'accord ^^

Vinou a écrit:
Oui, je te rejoins là-dessus. Mais c'est comme tout, nos histoires personnelles sont directrices de nos idées, et surtout quand il s'agit d'un sujet aussi intime, on ne peut pas arriver à en exclure nos expériences... Depuis qu'on se fréquente via fofo interposés, je crois connaître un Killy très optimiste et très ouvert sur les autres. Moi, je suis quelqu'un de profondément pessimiste à la base, même si depuis quelques années je me bats pour arrêter de ne voir que du noir dans ce qui m'entoure... Niveau éducation on va dire que j'ai reçu plusieurs sons de cloches, j'ai toujours eu du mal à pencher d'un côté plus que d'un autre...
Mon point de vue sur l'euthanasie est vraiment lié à mon vécu, c'est pour ça que mon avis est si tranché sur la chose.

C'est vrai que mon avis ne se base que sur de la théorie, je n'en ai pas vu assez pour l'appuyer par des exemples personnels, d'où l'intérêt de ces débats justement, pour avoir d'autres points de vue. Et le fait que tu soit plutôt hésitant à pencher pour un côté ou pour un autre fait de toi quelqu'un qui connaît très bien chaque aspect du problème, d'où l'intérêt de tes posts que j'adore lire ^^ Sinon tu as raison pour ton analyse sur moi, on dirait que l'on est deux frères dont l'un constitue une thèse et l'autre son antithèse =D mais bon je stoppe mon flood là ^^

Vinou a écrit:
Alors peut-être aussi qu'inconsciemment on ne supporte pas de voir la véritable déchéance de l'être humain, parce que naître et mourir ce sont bien deux des aspects les plus animaux de notre nature, et on a bien souvent la prétention consciente ou non de nous penser au-dessus de cette nature et de ses lois. Les morts ne reviennent pas pour témoigner, peut-être ces derniers instants n'ont pas été pénibles pour eux même si nos appareils médicaux bien beaux et clinquants de modernisme nous démontrent avec précision la souffrance profonde qui animent parfois ces derniers instants...
Il y aussi le profond orgueil de la médecine : un mort, c'est un échec.

Tu n'as pas tort, en effet, on a trop tendance à l'oublier d'où on vient et où on s'en va tous. Etonnant cette égalité qui nous unis tous, c'est une réalité pourtant insignifiante aux yeux du monde, mais là encore c'est un autre débat donc je ne m'y risquerai pas ici.

Vinou a écrit:
Enfin, je ne suis pas d'accord lorsque tu dis, Killy, que si on veut vraiment mourir on trouvera toujours le moyen de le faire. C'est là qu'il y a un amalgame "souffrance suicidaire" et "envie d'abréger les souffrances par l'euthanasie".
Bien souvent, pour se suicider sans se rater (si on me permet cette expression assez ignoble), il faut user de méthodes violentes envers soi-même. Là je n'ai aucun exemple en tête de technique de suicide qui n'impliquerait pas une souffrance physique ou un risque de raté qui engendrerait une souffrance.

Peut être une injection mortelle foudroyante ? La prise de cachet fatals avant de dormir ? Un excès de somnifère ? Un meurtre par balle dans la tête quand la personne dort (avec son consentement bien sûr au préalable). Non, je n'ai pas trop lu de romans policiers (quoi que...)

Vinou a écrit:
Un prétendant à l'euthanasie cherche à en finir avant tout avec la souffrance, pas avec la vie. Malheureusement, quand le cas est incurable, les souffrances conduisent irrémédiablement à la mort, alors autant court-circuiter le chemin et limiter ce qui est le plus pénible si c'est le souhait réel de l'intéressé.
C'est bien pour ça qu'on injecte un anesthésiant avant la solution létale, pour limiter au maximum la souffrance physique induite par la substance qui doit arrêter le coeur (désolé d'entrer dans les détails sordides mais c'est la réalité).

Je comprend la subtilité de l'amalgame mais dans le fond cela revient un peu au même. Une euthanasie sans mort, ça reviendrait à un remède miracle... En tout cas merci pour les détails, j'avoue que je ne les connaissais pas.

Vinou a écrit:
Alors bien sûr, je crois avoir aussi soulevé la chose dans mon premier post et je te rejoins entièrement là-dessus : si légalisation il y a, il faudra un encadrement optimal. Après sinon on part dans le délire "vidons nos maisons de retraite, ça fera de la place" et autres horreurs du même cru.
Je ne sais pas comment il faudrait penser le système, mais j'espère vraiment qu'on pourra le voir émerger un jour.

Attention à ne pas donner d'idées à Sarko pour nos propres retraites...

Vinou a écrit:
En fait, le débat sur l'euthanasie soulève des dizaines de questions qui touchent directement à ce que nous avons de plus intime : notre propre corps.
Dans quelle mesure nous appartient-il ?
Est-ce qu'on peut parler d'un droit de mourir, comme on parle d'un droit à la vie ?
Où est la limite pour considérer qu'une situation porte atteinte à la dignité humaine, surtout quand on voit la subjectivité que ça implique ?...

C'est vrai qu'on peut aller plus loin dans le problème en soulevant toutes ces questions. Cela dit c'est le but du débat, enchaîner sur d'autres questions liées au sujet initial alors on peut se lancer.

Pour moi notre corps nous appartient à 100 %, personne n'a le droit d'y toucher ou d'en disposer sans consentement. Ca peut paraître bête ou évident mais il y a différents cas, même bénins, ou cela n'est pas respecté (pensez par exemple au nombre de fois où l'on vous bouscule). Il est déjà bien plus délicat de parler de droit de mourir, puisque l'on ne décide pas vraiment d'une date fixe pour cela. Remarquez on ne décide pas non plus de naître... Il me semblerait étrange qu'un droit de mourir puisse être reconnu légalement, cela semblerait aboutir à un parfait non-sens, la majorité des morts n'étant pas décidées à l'avance.
Quand à la dernière question elle me semble méritée tellement de détails qu'on pourrait en faire un sujet à part entière, mais si tu es inspirée pour y répondre ici même, je serai curieux de te lire.

Vinou a écrit:
Je pense aussi que beaucoup des problèmes que pose l'euthanasie trouveraient des réponses ou au moins seraient amenées à être mieux débattues par l'Etat si on n'avait pas cette vision taboue de la mort et de ce qui l'entoure.
En France, on ne parle pas de ça. Rien que dire "Monsieur Robert est mort" paraît insultant aux yeux de certains, on préfère le terme "décédé" à celui de "mort", en général d'ailleurs on dira plus volontiers "il s'en est allé"...

Vrai qu'on ne manque pas de subterfuges en France, de ce côté là. Remarquez, c'est le cas aussi en Angleterre ('pass away', je crois, non ? ) et probablement dans d'autres pays. Je ne vois pas trop d'ailleurs pourquoi on ne devrait pas être plus 'crû' en parlant de la mort de quelqu'un, sachant que ça ne le ramènera pas, et qu'en plus on ne se gêne pas pour être tout aussi crû sur bien d'autres sujets.

Edofanart a écrit:

Ma question va être directe Killy, mais as-tu connu quelqu'un pour qui la mort assistée était le dernière espoir de mourir dignement et le plus "doucement" possible ?
Je ne te demande pas une réponse, ça ne me regarde pas. Mais pour avoir vécue ça, pour avoir vu quelqu'un mourir de longue maladie, pour l'avoir vu souffrir de façon absolument inhumaine, je ne peux pas rejoindre ta propre opinion.

En effet, je n'ai pas vraiment eu de deuil à porter jusqu'à maintenant. Donc comme je l'ai dis un peu avant je manque de vécu de ce côté là. Je ne dis donc pas que mon opinion ne changera jamais sur la question.

Edofanart a écrit:
Je comprends le problème des abus, il est certains que des personnes voudront abuser des malades ou des personnes âgées pour une histoire d'argent. Pourtant, avec une bonne réglementation, ce genre de problèmes pourraient être quasi inexistant.

C'est vrai que je demeure pessimiste là dessus, pour moi ce serait une porte ouverte pour d'abominables abus, disons que dans une réalité parfaite, donc utopique, je serai pour, sans hésiter.

Edofanart a écrit:
Je trouve que le nombre de personnes qui souffrent horriblement et qui ont le DROIT sur leur propre vie est bien plus conséquent que le risque minime d'abus avec un bon procédé mis en place et respecté.

Là je ne suis pas d'accord : Moi je suis pour le risque zéro, je ne souhaite pas que l'on donne le feu vert à l'euthanasie si cela permet d'abréger les souffrances de 99 hommes, et d'en tuer un, par abus. Une vie est une vie, et si la personne pouvait être sauvée, alors on ne pourra jamais dire que l'euthanasie s'est déroulée dans les meilleurs des conditions. 1% d'erreur c'est déja beaucoup trop de risques à mes yeux, imagine que l'on ai ce pourcentage d'erreur sur 100 000 cas d'euthanasiés par an, et tu verras que le côté conséquent de ce que tu avances entraînerait un désastre humain.

Edofanart a écrit:
Doit-on laisser des personnes agoniser, sans pouvoir les soulager alors que c'est trop souvent leur voeux le plus cher ?
Au nom de quoi ? De l'optimisme ?
Vous êtes malades, vous savez que vous allez mourir dans peu de temps, vous souffrez, mais restez optimiste car il risque d'y avoir des abus si on autorise l'euthanasie !
Sincèrement, même si je comprends tes arguments et que je respecte ton opinion, c'est une chose que, personnellement, je suis incapable d'accepter.

C'est vrai que je n'ai pas l'expérience nécessaire pour pouvoir en avoir un avis vraiment fiable. Je ne me base que sur du théorique, à 100 %. Mais d'une certaine façon on est tous condamné à l'avance, en venant au monde, alors l'euthanasie risquerait fort de ressembler à une énorme vague de suicide qui pourrait brusquement se montrer incontournable pour toute une partie de la populace. Quand je vois des jeunes de 14 ans qui se foutent en l'air, ça me fait mal, perso. Comment peut on mettre fin à ces jours ci jeune ? L'espoir doit donc voué à disparaître dès l'adolescence ? Le restant de leur vie n'aurait pas pu leur apporter de bonnes choses ? Si l'on avait 10 jours à vivre, avant de devoir mourir, en connaissance de cause, ne voudrions nous pas, enfin pour certains, apporter un peu de joie à d'autres, ou à en prendre un peu pour soit avant de partir ? Alors pourquoi un malade ne pourrait avoir droit à trouver encore un peu de plaisir à vivre même si à côté cela lui cause beaucoup de souffrances ?

_________________________________________________
Cauchemar de la dictatrice è_é
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://shinigami-note.actifforum.com/

avatar

Edofanart
Maîtresse fouetteuse

Messages : 3681
Féminin Inscrit le : 22/03/2010
Profil d'auteur : pour les courageux... C'est ici.
Localisation : Dans un rouleau de printemps

Disponibilité : Restreinte

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 21 Mai 2010 - 12:00

Killy a écrit:

Peut être une injection mortelle foudroyante ? La prise de cachet fatals avant de dormir ? Un excès de somnifère ? Un meurtre par balle dans la tête quand la personne dort (avec son consentement bien sûr au préalable). Non, je n'ai pas trop lu de romans policiers (quoi que...)
J'ai l'impression que tu ne te rends pas compte de ce que tu suggère. Dans ces moments là, tu as besoin qu'on t'aide à partir, le faire soit même doit être atrocement difficile. De plus, crois-tu vraiment qu'un malade en phase terminale a des médicaments à dispositions ? A part si la personne peut en récupérer, c'est mort.
Une balle dans la tête ? Pas violent déjà. Bien plus que si c'est un médecin qui aide la personne à partir tranquillement. Même si la personne a ce qu'elle veut, la personne qui reste et qui a commis l'actes ne s'en remettra pas.
Est-ce un moyen détourner de dire que l'euthanasie est un acte de violence ? Je trouve que c'est de ne pas le faire qui en est un.

Killy a écrit:
Là je ne suis pas d'accord : Moi je suis pour le risque zéro, je ne souhaite pas que l'on donne le feu vert à l'euthanasie si cela permet d'abréger les souffrances de 99 hommes, et d'en tuer un, par abus. Une vie est une vie, et si la personne pouvait être sauvée, alors on ne pourra jamais dire que l'euthanasie s'est déroulée dans les meilleurs des conditions. 1% d'erreur c'est déja beaucoup trop de risques à mes yeux, imagine que l'on ai ce pourcentage d'erreur sur 100 000 cas d'euthanasiés par an, et tu verras que le côté conséquent de ce que tu avances entraînerait un désastre humain.
Ah oui ? Et que fais-tu des 99% qui ont envie de mourir ? Donc sur 100 000 cas, ça fait combien ?
Pourquoi mettre des peines de prison ? Il y a pourtant des erreurs judiciaires, et ce n'est pas 1%, pourtant, ça peut détruire une vie.
La mort peut être une délivrance, la vie peut être un véritable enfer sur terre. Mais non, souffrez, vous êtes humains, soit disant une espèce évoluée, mais nous ne vivons pas dans un monde parfait, alors tans pis pour vous ! C'est le message que je vois en lisant ça...
Mais j'ai du mal à comprendre que tu ai un avis aussi catégorique alors que tu ne sais pas ce que s'est. Avoir un avis, une opinion, c'est normal, mais sais-tu de quoi tu parles ? Visiblement non. ça ne veut pas dire qu'en connaissance de causes tu penserais différemment, mais s'il y a de très fortes chances que si. Alors sincèrement, j'espère pour toi que tu ne changeras pas d'opinion.

Killy a écrit:
C'est vrai que je n'ai pas l'expérience nécessaire pour pouvoir en avoir un avis vraiment fiable. Je ne me base que sur du théorique, à 100 %.

La théorie, c'est bien beau, mais là, on parle de vie, d'humanité, de dignité, de droit, pas de mathématiques.

Killy a écrit:
Mais d'une certaine façon on est tous condamné à l'avance, en venant au monde, alors l'euthanasie risquerait fort de ressembler à une énorme vague de suicide qui pourrait brusquement se montrer incontournable pour toute une partie de la populace. Quand je vois des jeunes de 14 ans qui se foutent en l'air, ça me fait mal, perso. Comment peut on mettre fin à ces jours ci jeune ? L'espoir doit donc voué à disparaître dès l'adolescence ? Le restant de leur vie n'aurait pas pu leur apporter de bonnes choses ?
Les gens qui se suicident ne font pas partie de ce débat. Nous ne parlons du mal être des ado, ce n'est pas le sujet. Demander le droit de mourir parce que l'on est condamné, que l'on souffre, ce n'est pas un suicide, c'est un appel au secours, une façon de partir digne est sans souffrir. Sommes nous encore à ce point des bêtes pour laisser les gens crever la gueule ouverte sous prétexte que ça pourrait faire tâche ?

Killy a écrit:
Si l'on avait 10 jours à vivre, avant de devoir mourir, en connaissance de cause, ne voudrions nous pas, enfin pour certains, apporter un peu de joie à d'autres, ou à en prendre un peu pour soit avant de partir ? Alors pourquoi un malade ne pourrait avoir droit à trouver encore un peu de plaisir à vivre même si à côté cela lui cause beaucoup de souffrances ?
Mais a-t-on un seul moment dit que l'euthanasie devait être automatique ?
T'es malade en phase terminale ? Ben on va t'achever !
On ne parle pas de ça. On parle de droit à une personne de choisir.
Un malade peut avoir le droit de terminer sa vie comme il l'entend, je dirais même qu'il devrait avoir ce droit.
Mais dis-toi que certaines maladies, celles pour lesquelles des gens demandent à partir, ne font pas simplement souffrir. PAs de la souffrance que tout le monde connait. Une souffrance que je ne souhaite à personne mais que ces personnes doivent subir, même si c'est trop, même si elles n'en peuvent plus, même si la vie n'a plus aucun sens pour elles. On ne parle pas d'optimisme, à ce stade, c'est terminé.

Je ne m'étendrais pas plus. Je suis en train de m'énerver alors que ce n'est pas le but.
Pour moi le débat est clos. Mon expérience fait que je ne changerais pas d'avis et je n'arrive de toute façon pas à m'exprimer correctement.
Je laisse la parole aux autres...

_________________________________________________
Bras droit de la dictatrice è_é
Bras gauche et soeur de Dam-Vinou, le chinois fourbe. Gỏi cuốn tôm est mon nom !
Tôi có bàn tay đầy ngón tay --- Ebi desu !
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://jaakunakokoro.forums-actifs.com/

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Ven 21 Mai 2010 - 12:41

Je rejoins Edo par rapport aux méthodes alternatives que tu proposes. C'est justement de cette violence qu'on voudrait éviter que je parlais. Tu sais, une balle dans la tête ça peut facilement rater, et si en plus il y a un intermédiaire, il devient quoi, lui ? La justice va lui tomber dessus parce que ce sera classé en homicide, parce qu'il n'y a pas d'autres catégories où ranger ça. Et je peux te dire que la boule dans la gorge tu la gardes toute ta vie face à un geste aussi violent et désespéré...
Les injections létales pratiquées hors cadre ou connaissances médicales suffisantes ce sont des tortures. Le plus simple à se procurer c'est encore une seringue vide pour injecter de l'air dans le sang, mais une embolie gazeuse n'est pas forcément mortelle instantanément.
Quant aux poisons ou autres, par exemple avec du cyanure de potassium l'effet créé n'est ni plus ni moins qu'une acidose métabolique qui entraîne, pour comparer, une sorte de point de côté puissance 1000 et dans tout le corps. Si tu as de la chance tu tombes dans le coma en deux minutes, mais ce sont deux minutes de souffrance. Alors, la personne ne meurt pas dignement et dans la paix mais dans la douleur, douleur amplifiée par la violence du geste...

Killy a écrit:
C'est vrai que mon avis ne se base que sur de la théorie, je n'en ai pas vu assez pour l'appuyer par des exemples personnels, d'où l'intérêt de ces débats justement, pour avoir d'autres points de vue. Et le fait que tu soit plutôt hésitant à pencher pour un côté ou pour un autre fait de toi quelqu'un qui connaît très bien chaque aspect du problème, d'où l'intérêt de tes posts que j'adore lire ^^ Sinon tu as raison pour ton analyse sur moi, on dirait que l'on est deux frères dont l'un constitue une thèse et l'autre son antithèse =D mais bon je stoppe mon flood là ^^

Merci de l'intérêt que tu portes à mes post, je suis content de savoir qu'ils peuvent trouvé un écho en toi Cependant, en ce qui concerne l'euthanasie je ne changerais jamais de point de vue. Il est trop insoutenable de voir des gens qu'on aime partir dans des conditions lamentables et totalement inhumaines pour que je puisse un jour me poser contre l'euthanasie.
Je comprends tout à fait les arguments contre, mais je ne peux pas y adhérer. C'est un sujet que je ressasse depuis des années, j'ai fait le tour de pas mal de choses et avec tout ça mon opinion là-dessus est très arrêtée. Ca ne veut pas dire que je ne reçois pas les arguments différents des miens, mais je suis profondément convaincu par ma vision des choses sur ce sujet.

Killy a écrit:

Pour moi notre corps nous appartient à 100 %, personne n'a le droit d'y toucher ou d'en disposer sans consentement. Ca peut paraître bête ou évident mais il y a différents cas, même bénins, ou cela n'est pas respecté (pensez par exemple au nombre de fois où l'on vous bouscule). Il est déjà bien plus délicat de parler de droit de mourir, puisque l'on ne décide pas vraiment d'une date fixe pour cela. Remarquez on ne décide pas non plus de naître... Il me semblerait étrange qu'un droit de mourir puisse être reconnu légalement, cela semblerait aboutir à un parfait non-sens, la majorité des morts n'étant pas décidées à l'avance.
Quand à la dernière question elle me semble méritée tellement de détails qu'on pourrait en faire un sujet à part entière, mais si tu es inspirée pour y répondre ici même, je serai curieux de te lire.

Sans qu'on parte dans le débat je te donne quelques éléments de réflexion, ce serait peut-être intéressant de lancer d'autres sujets (m'enfin avec moi t'as pas fini désolé je suis hyper bavard, je lance 40 sujets à partir d'un seul *sbaaaf*).
En éthique médicale, théoriquement, oui notre corps nous appartient. Mais il y a des cas qui soulèvent de gros problèmes, par exemple la question de l'avortement : jusqu'où considère-t-on que le corps de la femme lui appartient ? Est-ce qu'on peut dire qu'il appartient aussi à l'embryon et au foetus ? Et les droits du corps de ce foetus et de cet embryon d'ailleurs ?.. Tu voies c'est vraiment un sujet beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, malheureusement... On pourrait aussi évoquer les greffes, parce que ça revient à faire sien l'organe d'un autre, ce n'est pas notre corps à la base mais comment en vient-on à dire "cet organe qu'on m'a greffé est le mien et plus celui du donneur" ?..
Pour le droit de mourir, c'est encore une tournure toute éthique... J'ai déjà entendu qu'il fallait séparer droit de mourir et droit du mourir... C'est encore autre chose, je vais saturer la limite de caractères disponibles...
Je veux bien puisque ça t'intéresse donner un peu ma vision des choses sur la dignité humaine, mais je pense qu'il faudrait que j'ouvre un topic de débat pour ça, parce que ce sujet à lui tout seul peut s'étendre à énormément de questions d'éthique...

Killy a écrit:
C'est vrai que je demeure pessimiste là dessus, pour moi ce serait une porte ouverte pour d'abominables abus, disons que dans une réalité parfaite, donc utopique, je serai pour, sans hésiter.

Tu n'as absolument pas tort quand tu dis ça, parce que malheureusement les dérives sont un fait et on ne peut pas les nier. C'est pour ça qu'une question aussi grave demande une vraie réflexion, parce qu'à lever les barrières sans prendre de précautions serait nous jeter dans un endroit qu'on ne connait pas et qu'on appréhende à peine.

Killy a écrit:
Là je ne suis pas d'accord : Moi je suis pour le risque zéro, je ne souhaite pas que l'on donne le feu vert à l'euthanasie si cela permet d'abréger les souffrances de 99 hommes, et d'en tuer un, par abus. Une vie est une vie, et si la personne pouvait être sauvée, alors on ne pourra jamais dire que l'euthanasie s'est déroulée dans les meilleurs des conditions. 1% d'erreur c'est déja beaucoup trop de risques à mes yeux, imagine que l'on ai ce pourcentage d'erreur sur 100 000 cas d'euthanasiés par an, et tu verras que le côté conséquent de ce que tu avances entraînerait un désastre humain.

Je suis d'accord sur le fond. Mais en pratique, pas vraiment. Je m'explique.
Pourquoi ne pas lever l'interdit de l'euthanasie en posant comme fondement premier le consentement éclairé du patient ? C'est le premier engagement de tout soignant, on ne pratique rien sans consentement éclairé (sauf très rares cas mais c'est encore un autre débat... Ok j'arrête de lancer des débats ^^").
Dans un cas aussi grave qu'une demande d'euthanasie, je pense qu'il serait tout à fait faisable de pouvoir soulager au moins les gens que l'on "diagnostique" en pleine possession de leurs capacités de réflexion. Ce serait déjà un début, si je puis dire. Ensuite, il faudrait étendre aux autres, à tout ceux qui sont dans le coma ou dans un tel état qu'on ne sait plus trop s'ils sont lucides ou plus tout à fait...

Killy a écrit:
Quand je vois des jeunes de 14 ans qui se foutent en l'air, ça me fait mal, perso. Comment peut on mettre fin à ces jours ci jeune ? L'espoir doit donc voué à disparaître dès l'adolescence ? Le restant de leur vie n'aurait pas pu leur apporter de bonnes choses ? Si l'on avait 10 jours à vivre, avant de devoir mourir, en connaissance de cause, ne voudrions nous pas, enfin pour certains, apporter un peu de joie à d'autres, ou à en prendre un peu pour soit avant de partir ? Alors pourquoi un malade ne pourrait avoir droit à trouver encore un peu de plaisir à vivre même si à côté cela lui cause beaucoup de souffrances ?

On devrait ouvrir un débat entier pour cette vague de souffrance adolescente, c'est un sujet qui m'intéresse...
Par contre, je ne suis pas d'accord avec ta dernière phrase. On ne parle pas du droit d'un malade à avoir encore le droit de vivre de bons moments, mais bien de celui de lui reconnaître qu'il n'attend plus rien de la vie si ce n'est la mort.
Là encore, je ne sais pas s'il est facile de se représenter la douleur que ça représente lorsqu'on ne l'a pas vécu, et bien sûr je ne te le souhaite pas... C'est bien à cause de l'implication sentimentale qu'on est obligé d'y mettre que la question de l'euthanasie est si controversée.

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Herr Doktor
Assistant

Messages : 271
Masculin Inscrit le : 22/12/2011
Localisation : Königsberg


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le : Dim 25 Déc 2011 - 16:08

Pour:

être entièrement paralyser et rester étendu sur un lit a attendre l'heure de sa mort non merci, je serais dans ce cas je demanderais aussi à mourir.
du moment qu'il s'agit de son choix il devrait être respecter, évidement ce genre de décision peut être difficile à accepter pour l'entourage.

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://images1.wikia.nocookie.net/__cb20080224123154/noncicloped

Contenu sponsorisé


MessageRe: L'Euthanasie   Publié le :

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre :
 

L'Euthanasie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Euthanasie
» Terry Pratchett S'Exprime sur l'Euthanasie
» L'Euthanasie
» L'euthanasie
» Euthanasie
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Les folies Phénixiennes :: La culture Phénixienne :: Débats/Actualité-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015