Partagez | 

 Le Chateau de mon Enfance [G]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

Iburo
Tache d'encre

Messages : 44
Inscrit le : 22/03/2010

MessageLe Chateau de mon Enfance [G]   Publié le : Mar 23 Mar 2010 - 6:34

J'adresse cette petite histoire à mes Lutins et Louveteaux:
Naïla, Carmen, Julie, Malorie, Raphaël, Martin,
Nikola, Léo, Gregory, Ryan et Pierre.

_ En avant mes fidèles compagnons ! Le Grand Dragon arrivera bientôt. Préparons-nous.
Dans le grand Château Rouge, au milieu de la jungle, les petits Chevaliers du Temps seront bientôt prêts. Ce ne sont pas des adolescents, le plus vieux, Math, a 11 ans. Dans la cours, derrière le Grand Château, les parents mangent encore. Les petits Chevaliers, eux, ont déjà mangé pour prendre des forces car ils ne vont pas tarder à affronter leur pire ennemi, le Dragon Noir qui se rapproche inévitablement.
_ Faisons vite, hurle Mathieu dit « le Brave » à ses amis. Le Grand Gzidil ne tardera pas.
_ Tu as raison, mon ami, répond alors Jean dit le Grand. Il faut nous dépêcher, sinon notre belle Cité sera détruite.
Cependant, peu sont vraiment à l’œuvre : Alexandre le Mince court encore après la jolie Florentine car elle ne veut pas lui rendre son Épée de l’Eau, Nasta la Douce discute avec les frères Georges le Simple et Alfred le Sage, tandis que d’autres jouent encore avec leurs parents. Le soleil tape fort, aujourd’hui ; finalement, Georges le Simple et Alfred le Sage retournent dans les forteresses monter la garde en tournant par les quatre couloirs principaux, c’est à dire celui de l’Est pour l’Eau, du Nord pour la Terre, du Sud pour le Feu et de l’Ouest pour l’Air, et Jérémie le Bel appelle Nastasia pour qu’elle l’aide à monter la garde en bas.
Johanna, la Magicienne du Clair-Obscur, est la seule à rester avec ses parents, elle les regarde manger. Alors qu’elle va pour prendre juste une seule petite bouchée de pomme de terre – qui ont savamment été cuites avec de la viande de bœuf vert venant directement du Royaume de PurLand – Mathieu vient la voir :
_ Vite, Johanna, il faut nous dire si le grand Gzidil va venir bientôt, ou si on a le temps de se préparer ! C’est urgent !
_ J’arrive, fait la petite fille de cinq ans avant de prendre tout de même une bouchée de pomme de terre.
Voyant qu’elle ne viendra pas d’elle-même, le gamin tire son amie à l’intérieur de l’immense bâtisse, en passant dans la Tour du Feu, où Nasta regarde au loin.
_ Attention, crie Georges en bousculant ses deux camarades.
Arrivés au milieu de la longue passerelle qui offre la vue sur le ciel, Math s’arrête, imité par la fillette, qui regarde à son tour, et en fermant un œil, au loin. Elle ne dit rien, tout simplement parce qu’elle se concentre, révélant ainsi par son silence le brouhaha vrombissant que font les autres, en bas, non loin, ainsi que celui des parents qui parlent entre eux.
_ Je vois… commence-t-elle.
_ Qu’est-ce que tu vois ? Demande l’enfant à ses côtés, impatient d’avoir de bonnes nouvelles.
_ Je vois le Dragon. Mais il est loin, très loin encore. Il vole avec lenteur, parce que le Vent est contre lui. Vous avez le temps de vous préparer.
Elle ouvre ses petits yeux verts pour découvrir ceux d’un Mathieu tout content qu’ils puissent se préparer à cet assaut, qui sera le dernier pour le Dragon. Il n’avait pas à chercher bagarre. Il est heureux de savoir que les Éléments sont avec eux. C’est très bon signe. Alfred sort son gros révolver à rayons laser destructeurs de métal, et fait un clin d’œil à Math alors que Johanna demande avec espoir :
_ Je peux y retourner, maintenant ?
_ Ouais, vas manger avec tes parents, répond son ami.
La petite est ravie, elle vient d’entendre ce qu’elle avait envie d’entendre ; alors elle se précipite en bas, en bousculant la pauvre Nasta qui s’écrie alors :
_ EH ! Fais gaffe où tu vas !
« Oups » est la seule réponse de la petite fille aux cheveux roux qui retourne voir ses gentils parents manger. Ces dernier la regardent – comme d’habitude – tel un bijou tout en avalant quantités de ce liquide noir appelé OstaRoka ; sa mère se penche sur elle et lui fait un baiser sur le front.
_ Alors ma chérie ? Demande-t-elle en tendant à sa fille son bœuf. Comment se passe cette histoire ? Vous vous en sortez ?
_ On va tuer le grand Gzidil, répond la gamine en prenant une grande bouchée sur son pain refermant le bœuf vert. Ouah ! Il est trop bon ce bœuf !
Ses parents se regardent en souriant. Qu’elle est jolie leur petite, avec ses airs de grande. C’est normal, c’est Leur petite !
_ Bon, coupe la gamine. Il faut que j’y retourne !
Avant même que ses alleux aient eut le temps de dire ou faire quoi que ce soit, la petite s’en va, toute pimpante, et retourne s’équiper auprès de ses copains.

_ Ma chérie, appelle sa mère alors qu’elle peut encore l’entendre. Tu ne voudrais pas ton joli…
_ Non merci maman ! Répond l’enfant avant que sa mère n’ait fini en regardant Nasta lui sourire. Pas besoin de ce genre d’équipement ! J’ai déjà du solide !
_ Alors à plus tard, ma puce !
A ces mots – qui sont ceux du père de son amie – Nastasia la Douce éclate de rire, un rire si beau et cristallin que tous s’arrêtent un court instant pour l’entendre, au moins une seconde, puis repartir. La plus vieille s’approche de la plus jeune et lui donne une petite tape sur l’épaule.
_ Ils n’arrivent toujours pas à se faire que tu es une Super Guerrière ! Quand on aura tué le Dragon, ils comprendront à quel point t’es forte, et ils verront aussi que t’as pas besoin de leur matos, même s’il est joli.
_ Ouais, t’as raison !
Les deux copines rigolent ensemble, et attiré par cette douce mélodie, Alfred stoppe sa tournée dans le tuyau des meurtrières, entre la Tour Nord et la Tour Ouest. Il les observe, surtout Nasta, qu’il aime bien. Florentine arrive à son tour ; les filles parlent, rigolent ; au dessus, Alfred les regarde… lorsque quelque chose le percute de plein fouet sur le côté !
_ Mais fais attention où tu vas Georges, crie-t-il.
_ Oh ! Désolé ! Mais t’es pas sensé tourner, toi aussi ? allez, au travail !
A contrecœur, le petit retourne dans sa tournée, laissant alors les trois filles à leurs discussions, aussi passionnantes soient-elles.
_ Bon, les amis, crie Math. On va s’entraîner, maintenant. Je vous appelle au fur et à mesure, et les autres continuent de monter la garde. Alors maintenant, j’appelle Jérémie le Bel !
_ J’arrive, répond le petit en finissant de descendre la Tour de l’Ouest de l’Air. Je te préviens : j’ai tellement envie de tuer ce monstre que s’entraîner ne servira à rien.
_ S’entraîner sert toujours, rétorque avec le sourire Nasta.
Les deux gamins s’entraînent alors que leurs amis tournent autour, et montrent la garde. Pour sa part, Johanna les regarde. Ça dure une dizaine de minutes, pendant lesquelles les parents observent avec tendresse leurs petits Chevaliers faire leurs manœuvres ; les oiseaux chantent, la forêt danse, le Dragon se rapproche…
_ J’appelle Jean le Grand.
_ Je suis là ! Lance son meilleur ami remplacé par Jérémie dans sa tournée…
Encore dix minutes passent, au bout desquelles le gamin appelle Georges, Alfred, Alex. C’est à ce moment que la mère de ce dernier arrive :
_ Mon chou, il faut y aller.
_ J’arrive, maman. Attends juste quelques secondes.
Alex fait un clin d’œil à son ami et lui rend son arme magique. Le Glaive de la Foudre servira plus tard.
_ Tu reviendras ? Demande alors Math ?
_ Bien sur ! Il ne faut pas que Gzidil meure sans moi !
Les uns après les autres, les enfants rejoignent leurs parents ; tous jusqu’à Math, le dernier de la bande. Il va déposer les armes dans l’armoire prévue à cet effet, puis retourne auprès de sa mère qui l’attend, toutes les affaires sous le bras. Elle lui prend la main et ils tournent finalement le dos à ce grand Château qui les a accueillis.
Ce dernier commence d’ailleurs à devenir de plus en plus petit, les couleurs rouillées commencent à être remplacées par celles de la peinture qui ressort ; puis apparaissent à nouveau les tables, les chaises, les cris des oiseaux sont remplacés par ces vrombissements que nous connaissons tous.
_ C’était bien mon cœur ?
_C’était génial ! Répond Math avec entrain. J’avais entraîné quasiment tous mes soldats ; il ne manquait plus que les filles.
_ Ça sera pour plus tard.
_ Ouais ! De toutes façons, le Dragon n’est pas prêt d’arriver d’après Johanna, notre magicienne.

Non loin, le jeune homme qui nettoie la cour du château observe, en balayant, le petit garçon et sa mère partir. Ils ont oublié encore un des bâtons, qui reste par terre, terne et sec. Il se penche pour le ramasser, le prend délicatement et va le ranger avec tous les autres. Le vent souffle doucement dans les cheveux du gamin qui s’amuse avec ses mèches.
« Les enfants » pensent en même temps la mère et le serveur, « ils devraient rester comme ça toute leur vie. »
_ Maman, dit-il. Samedi prochain, on retournera à Macdonald ?
_ Oui, mon cœur. On y retournera.


merci mes petits choux de me faire vivre tant d'aventures inoubliables !
Merci du fond du Cœur !


Iburo
Achevé le 25.04.08



Ici les commentaires :
http://www.phoenixfictions-forum.com/fictions-originales-f20/commentaires-le-chateau-de-mon-enfance-t148.htm#1062
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur
 

Le Chateau de mon Enfance [G]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chateau de SeptFontaines au Luxembourg
» Mas Amiel et chateau Jean Faure
» chateau salomé
» Chateau en papier !
» Pierre Chateau : traducteur à la Série Noire
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Publications :: Fictions Originales :: Fictions :: Nouvelles et textes courts-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015