Partagez | 

 Où l'on parle d'origines, de frangin(e)s, de famille, de racines...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

Vinou
Factrice suprême et fourbe

Messages : 7309
Inscrit le : 22/03/2010
Localisation : Un esprit sain dans un porcin.

Disponibilité : MP-tisez-moi au besoin, la magie de la boîte mail me téléportera à vous même en cas d'absence sur le forum

MessageOù l'on parle d'origines, de frangin(e)s, de famille, de racines...   Publié le : Dim 18 Déc 2011 - 14:56

Suite à un début de discussion que j'ai trouvé intéressant et prenant, mais dans un topic de commentaires de texte ça faisait flood, je prends ton idée Jaysher d'ouvrir un topic ici. Je voulais répondre un peu à tout ton message d'où un titre de topic assez... Vaste, mais c'est possible qu'on trouve moyen de le renommer. Et si tu veux ouvrir un sujet bien orienté sur les frères/soeurs, je t'invite à le faire (on pourra éventuellement fusionner si besoin).
Donc voilà, un topic qui n'intéressera peut-être pas beaucoup de monde mais je voulais répondre à Jaysher et je pensais que le sujet pouvait mériter plus que juste un post noyé dans le topic de flood, alors je me suis permis de l'ouvrir ici.

Pour le début de la discussion, je renvoie les intéressés sur le topic de commentaires de l'OS de Jaysher. Bien sûr tout le monde peut participer, ne vous empêchez pas de venir parler en pensant que c'est une conversation exclusive entre Jaysher et moi-même

Donc Jaysher, pour répondre à ton message :

Jaysher a écrit:
Le garçon, qui n'avait que douze ans à l'époque, dormait encore dans la chambre de ses parents, cette situation n'était guère saine et je ne me suis pas privé pour leur dire.
Ca ça ne me choque pas. Perso je ne dormais pas dans la chambre de mes parents (mais à vrai dire on n'avait pas vraiment de chambres « fixes », on dormait un peu en vrac entassés dans l'appartement j'ai d'ailleurs quelques souvenirs flippants de ma cousine somnambule qui hurlait dans son sommeil x_x). Je dis pas que c'est bien mais c'est pas forcément mal non plus (sauf si le gosse n'aime pas ça).

Jaysher a écrit:
ma mère s'était permise d'insulter la patronne en vietnamien, ce fut bien marrant
Tu m'étonnes que c'est marrant, moi ça me fait toujours beaucoup rire la vulgarité occasionnelle de ma propre môman (elle est toute petite avec une voix suraigüe, c'est excellent de la voir se lâcher même si c'est rare -souvent sur des automobilistes d'ailleurs-, je sais pas comment c'est possible d'arriver à impressionner autant avec son gabarit).

Jaysher a écrit:
L'aînée avec qui le courant est passé rapidement car bizarrement, je trouve que les aînés se reconnaissent très vite.
Je suis 100% d'accord, du moins ça marche bien dans les familles asiatiques. Bizarrement j'ai énormément de mes ami(e)s asiat qui sont... Des aîné(e)s au final on se comprend bien et quand on se plaint on sait qu'il y aura de l'écho, c'est peut-être la clé du mystère... (J'ai parfois l'impression qu'on est tous une bande de stéréotypes sur pattes mais au final c'est un peu réconfortant).

Jaysher a écrit:
Je pars du principe que les frères et soeurs ne sont pas nos enfants et que nous avons droit, nous aussi, à la découverte de nos propres erreurs.
Ainsi, nous pouvons faire la distinction entre ce qui est bien ou mal, se forger un caractère et justement, ne pas répéter les erreurs en question.
Oui, je suis d'accord aussi. Mais je pense que tu es bien placé pour savoir que parfois, quand l'histoire est un peu compliquée, si on s'autorise à faire des erreurs on laisse les cadets de côté. En fait on ne nous laisse pas vraiment le choix : si ce n'est pas l'aîné qui prend la charge sur les épaules, personne ne le fera. Et quand on a un semblant de cœur c'est insoutenable de se dire que les petits trinqueront pour les grands.

Jaysher a écrit:
Je me suis déjà rendu au Vietnam pour y accompagner ma grande-tante lors de son dernier voyage (on a accompagné sa dépouille jusqu'à ce pays, car c'était sa dernière volonté).
Bizarrement, je me suis senti à ma place. Sûrement à cause de mes origines.
Le Viêt Nam c'est un immense paradoxe. Moi-même je suis né là-bas et je suis très attaché à ce pays, mais d'un autre côté je lui reproche beaucoup de choses... Ce n'est pas pour rien non plus que ma famille en est parti comme des milliers d'autres à la même époque. On pourrait parler de la politique mais au final ce n'est même pas ce qui me dérange le plus. On pourrait parler de la sensation désagréable de n'être qu'un « étranger» : d'avoir une tête de Viet, un nom de Viet, de parler viet et être né viet, mais d'être toujours considéré par certains comme un rebus parce que boat people. Sauf si on a du fric à mettre dans la machine économique, là on oublie le Viêt kiêu.
En fait, ça fait des années que je me dis « je rêve de retourner là-bas et m'y installer », mais tu vois paradoxalement, moi 100% vietnamien je ne m'y sens pas toujours à ma place. Et en France, je ne suis pas réellement à ma place non plus. C'est très difficile à expliquer mais je crois que tu saisis la chose. Je pense que sur ce coup tu as l'avantage du « visage européen » justement, parce que toi tu dois être perçu comme « français » avant tout alors que moi avec ma gueule et mon nom je n'ai pas « d'excuse » si je fais un faux pas... Au VN je suis un lâcheur et en France je reste un "chinetoc". Un peu confus ce que je dis. Enfin je me comprends.

Jaysher a écrit:
A la base, je suis très calme et je tente d'aborder les soucis avec le plus de tranquillité d'esprit possible.
Il se passe des tas de choses bien plus grave autour de soi qu'on ne va pas péter un plomb juste parce que la plume ne veut pas écrire aujourd'hui, par exemple.
Oui, mais pour parler de choses plus graves qu'une plume qui n'écrit pas, quand tu vois qu'une mère ne verse pas une larme à la mort de son fils et qu'elle ne va voir le problème que dans des choses matérielles, je peux te dire que tu te poses des questions... Je trouve que la retenue a des limites et chercher à les repousser sans cesse fait plus de mal qu'autre chose. Le "sourire éternel" est quand même un brin hypocrite parfois. Je me suis vraiment rendu compte qu'on se contenait beaucoup chez moi la seule fois où j'ai vu mon père pleurer quand j'étais gamin. Je te jure que ça m'a fait un choc immense. Mais c'est une scène qui m'a énormément marqué. Paradoxalement mon père n'a jamais retenu sa colère, mais sa tristesse je ne l'ai vu qu'une fois. Ouais, paradoxal, je crois que ça résume vraiment tout.

Jaysher a écrit:
De toute façon, je pense que lorsque tu es fils ou fille de personnes issues de métissage, tu passes une majorité de ta vie à savoir qui tu es réellement.
Il n'est même pas nécessaire d'être métissé pour le ressentir d'ailleurs. Moi je le ressens parce que je suis constamment en grand écart entre la France et l'Asie (et je suis pas très souple alors c'est un peu difficile). Mais je connais des gens « 100% français » (ça veut pas dire grand chose mais je pense qu'on me comprend sur l'expression) qui ne se sentent pas français non plus. Moi en tout cas ça fait bientôt 35 ans que je me demande bien qui je suis...

Jaysher a écrit:
Il est dommage qu'on ne puisse exprimer nos sentiments. J'estime, qu'au contraire, c'est une force.
Je reconnais ma trop grande sensibilité et il est vrai que pour un homme, l'exprimer peut paraître étrange.
Néanmoins, lorsque je le dis à des gens que je rencontre et que je dis, c'est ma plus grande faiblesse, ils me disent de suite qu'au contraire, c'est ma plus grande force.
J'ai beau me dire que s'exprimer ouvertement sur nos sentiments est une très bonne chose, j'ai toujours un blocage là-dessus. Je sais que je suis sensible aussi pourtant, mais je crois qu'on m'a tellement invité ''gentiment'' à fermer ma gueule et ravaler mes larmes qu'aujourd'hui je m'auto-censure là-dessus. A l'écrit j'ai beaucoup moins de mal (je pense être même très expressif sur les forum), mais je suis très peu expansif in real.
J'aimerais bien arriver à vivre plus naturellement mes émotions comme tu sembles pouvoir le faire. Un jour peut-être... (Si possible pas quand j'aurais 80 ans, ça sera un peu tard).

Voilà, je voulais répondre à ton message, que je trouve touchant et parce que je pense qu'on est un peu sur la même longueur d'onde d'une certaine façon.

_________________________________________________
Frère de Kiki, beauf' d'Edo-choue, Chinois du sud-est contrefait, Mongol fier, empereur autoproclamé des Nains, floodeur invétéré, alcool frelaté
Troisième bras de la dictatrice è_é
Accessoirement vieux et fourbe.
(AKA Damdin')

Interviewer: ''So Frank, you have long hair. Does that make you a woman?''
Frank Zappa: ''You have a wooden leg. Does that make you a table?''
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Edward Smith
Romancier

Messages : 658
Masculin Inscrit le : 06/11/2010
Localisation : France


MessageRe: Où l'on parle d'origines, de frangin(e)s, de famille, de racines...   Publié le : Lun 19 Déc 2011 - 3:43

Ne pouvant que parler du déchirement que provoque en moi mes origines Lorraines dans ma région de Champagne-Ardenne - ou plutôt de mon exclusion totale venant de ma non-consommation d'alcool dans le pays du champagne -, je pense ne pas avoir beaucoup à contribuer à ce sujet. Néanmoins je vous encourage à en parler, car ces récits m'intéressent énormément. La seule chose que je pourrais éventuellement dire ici, mais qui me semble presque hors sujet, c'est ce que tu dis Vinou sur ton expressivité sur Internet par rapport à la vrai vie. Internet délie beaucoup de langues, vraiment. Les "Geek" d'ailleurs sont souvent dans la vrai vie des gens assez introvertis, et beaucoup de gens de ma connaissance qui sont aujourd'hui actif sur Internet - j'entends par là qu'ils participent à des communautés, qu'ils discutent avec des gens qu'ils ne connaissent que d'Internet - correspondaient, surtout dans leur adolescence débutante, au profil du gamin un peu exclu, introverti, qui ne parle pas de ses problèmes. Je pense qu'il y a un débat à avoir là dessus - ça par exemple ! -, sur ce qui fait que, sur Internet, tant de gens se lâchent. Il suffit d'être inscrit sur Facebook pour s'en rendre compte: du peu que j'en sais, 90% de ce que les gens disent, dévoilent sur Facebook sont des choses qu'ils n'oseraient jamais dire dans la vrai vie. Enfin c'est un autre débat... toujours est-il que je vous encourage à poursuivre celui-ci, que je suivrais attentivement bien que, de ce côté là, je n'ai vraiment rien à apporter je le crains...

_________________________________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur
 

Où l'on parle d'origines, de frangin(e)s, de famille, de racines...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le bestiaire mythologique : les origines
» Gauri parle de SRK...interview de 2000
» Shahrukh parle de son père
» Le frangin est hmmmmmm!
» Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Les folies Phénixiennes :: La culture Phénixienne :: Débats/Actualité-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015