Partagez

 Série de one-shot autour de Destins parallèles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageSérie de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:11



Dernière édition par Lexyann le Ven 3 Sep 2010 - 19:51, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:15

Classée : G

Genre : Romance

Époque : Peu de temps après que Sirius se soit évadé d'Askaban

Requiescat In Pace!

C'est bizarre de se retrouver ici, dans un cimetière. Tout est calme. Personne n'ose troubler tous ces gens dans leur dernier sommeil. Mais ce qui est le plus étrange, c'est de se retrouver ici, devant ta pierre tombale douze ans après ta mort. Désolé mais je n'ai pas pu venir avant. Tu sais très bien pourquoi. Mais bon… L'important, c'est que je sois là maintenant. Pour te dire adieu une dernière fois puisque je n'ai pas pu venir avant aujourd'hui…

Je m'approche de ta pierre tombale. Il y a énormément de bouquets de fleurs, fanés pour la plupart. J'en dépose un de plus, destiné à fané comme tous les autres. Contrairement à ce que tu aurais bien pu penser, il ne représente pas mon amour pour toi. Car mon amour, jamais il ne fanera. Je m'assieds face à ta pierre tombale et l'observe attentivement. Il y a beaucoup de lierre que je m'empresse d'enlever pour y découvrir des inscriptions. Je les lis attentivement.

Ci-gît Leonora Heather McKinnon

17 mai 1958 au 14 juin 1982


Carpe diem

La vie est vengeresse.

Oui. La vie n'a de cesse de se venger continuellement. Elle nous offre un peu de bonheur, juste assez pour y croire, et nous l'enlève aussitôt. C'est comme ça pour moi. J'étais heureux avec toi, ma douce lionne, ma Leo et tu m'as quitté. Pourquoi certaines personnes ont-elles droit continuellement au bonheur alors que d'autre, seulement à des illusions? Qu'ai-je dont fait de mal? Est-ce parce que j'ai demandé à James de prendre Peter à la place? Est-ce cela? J'aimerais tant qu'on me réponde! Que tu me répondes! J'ai besoin de toi. J'ai besoin de toi plus que tu ne le penses. J'aimerais tant sentir à nouveau ta douce peau si pâle. Passer ma main dans tes merveilleux cheveux d'or. Sentir à nouveau ton regard de jade posé sur moi. Ah! Ma douce Leo, tu me manques tellement! J'ai cru mourir lorsqu'on m'a annoncé que tu t'étais suicidée. Pourquoi, ma douce Leo, pourquoi m'as-tu abandonné?

Une légère brise fraiche se lève soudainement. Étrange... il fait subitement plus frais. Je sens une présence derrière moi.

-Je ne t'ai pas abandonné, mon amour. Je ne t'ai jamais abandonné. Cette pierre tombale, ce n'est qu'une illusion.

Je fais volte-face et... je n'en crois pas mes yeux. Ça y est! J'hallucine! Tu te tiens devant moi en... en chair et en os et... tu as l'air bien vivante.

-Ne fais pas cet air. C'est bel et bien moi. Ta douce Leo, comme tu aimes à m'appeler.

Je suis trop éberlué pour répondre. Comment est-ce possible? Le Ministère ne m'aurait quand même pas... menti?

-Le Ministère t'a menti, Sirius. Je ne sais pas pourquoi il a fait ça. Pourtant, je suis bel et bien vivante.

Le silence s'installe.

-Mais j'ai pensé au suicide. J'ai pensé quitter une bonne fois pour toute ce monde d'injustices. Ce monde qui nous offre seulement des illusiones du bonheur et qui nous les enlève tout de suite après.

-Tout ça est à cause de Peter et de Voldemort.

-Je sais. Vivement qu'il disparraissent, tous deux.

Je m'approche de toi. Oh! Comme tu m'as manqué!

-Je suis là, maintenant.

Je sursaute. Je n'avais pas remarqué que je pensais à voix haute. Une question traverse mon esprit.

-Comment as-tu su que j'étais innocent?

-C'est Etamine qui m'a mise au courant.

Je cligne des yeux d'ébahissement. Une petite partie de ma raison me dit que c'est insensé. Mais je ne l'écoute pas. Tu es bien là, en chair et en os… j'envoie valdinguer ma raison. Je m'approche de toi et t'enlace. Il s'en suit alors un doux et passionné baiser. Tu laisses pousser un soupir de bonheur. Je m'éloigne légèrement de toi pour te laisser reprendre ton souffle. Main dans la main, nous sortons du cimetière et nous nous dirigeons vers un endroit inconnu. Tu guides nos pas. Tu sembles savoir l'endroit où tu nous emmènes. Nous entrons dans un petit boiser et nous montons sur un petit belvédère où nous observons le coucher du soleil. Tu adores les couchers de soleil. Cette admiration ne t'a pas quittée avec les années. Peu à peu, nous nous endormons, enlacés, amoureux comme au premier jour. J'ai l'impression de revenir à l'époque de nos études où nous étions si insouciants et où nous avions que nos examens à réussir comme seul tracas. Maintenant, nous sommes plus âgés. Nos préoccupations sont plus grandes… Mais notre amour ne fait que se développer davantage, car ne dit-on pas que c'est lors d'événements majeurs que se créent les liens les plus forts?

Je me réveille en sursaut, dans la pénombre d'une chambre. Je suis seul, immensément seul, comme toujours… Mais ton fantôme et celui d'Etamine veillent sur moi… Je sais bien que vous êtes mortes. C'était un rêve. Je soupire. Et retourne dans les bras de Morphée… Ou devrais-je dire… de Leonora…


Dernière édition par Lexyann le Sam 4 Sep 2010 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:23

Classé : AP

Genre : Romance, "Angst", Drame

Époque : Peu de temps après que Barty Croupton Jr ait reçu le Baiser du Détraqueur.

Cœur sans âme, âme sans cœur

Lorsque Alshaïn Rookwood, fille d'Augustus Rookwood, s'était faite apposer la marque du Seigneur des Ténèbres, elle s'était jurée que jamais, au grand jamais elle ne mettrait les pieds à Askaban. Mais c'était il y a dix-sept ans.

Aujourd'hui, quelques jours après le retour du vénéré Lord Voldemort, la jeune femme n'avait pas envie de célébrer. Pour elle, c'était jour de visite.

Narcissa Black Malefoy l'accompagnait, l'épouse d'un ami de son père.

-Ça va aller, Shaïn? demanda Narcissa.

-Cissy! ça fait la cinquième fois que tu me le demandes! Il y a douze ans déjà que je fais ces visites.

-Oui, mais aujourd'hui, c'est différent…, marmonna Narcissa.

Les deux femmes continuèrent leur route en silence, puis s'arrêtèrent devant une des cellules les mieux gardées d'Askaban. Durant les heures de visite, les Détraqueurs se tenaient à l'écart. Un bruit de chaînes se fit entendre et une main décharnée s'agrippa aux barreaux de la petite fenêtre de la porte.

-Ma fille! Tu viens fêter avec nous!

-Père, fut tout ce qu'elle répondit.

Le visage d'Augustus Rookwood apparut à la fenêtre, un visage neutre tout à coup.

-Encore entichée de ce Croupton, hmm? On l'a vu revenir, récemment. Il s'est fait embrasser.

-Je suis au courant.

Le silence s'installa entre le père et la fille. Un peu plus loin, Narcissa discutait avec sa sœur et ses deux beaux-frères.

-Comment va le petit Dragon? demandait Rabastan Lestrange.

-Tu vas aller le voir, je parie, déclara Rookwood père au bout de quelques instants.

-Je le croyais mort, père! persifla la jeune femme.

Des sanglots commençaient à percer dans sa voix.

-Et… lorsque j'apprends qu'il est vivant, il n'a plus d…d'âme!

La main décharnée de Rookwood vint se poser sur la joue de sa fille.

-Allez va, Alshaïn. Ne gaspille pas ton temps de visite auprès de ton vieux père.

Une ébauche de sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme.

-Je reviendrai.

Sur ces mots, elle s'approcha de Cissy et se pencha vers elle.

-J'y vais. Je vais… le voir.

-Je te rejoins Alshaïn.

Bellatrix Lestrange tourna alors son visage, qui n'était plus que l'ombre de lui-même.

-Mais c'est la petite Shaïn! Alors on va voir le légume?

-Ferme-là, Bella. Je te ferai payer cet affront lorsque tu sortiras de prison.

Un sourire mesquin se dessina sur les lèvres de Bella.

-Je suis emprisonnée à vie, petite, se moqua-t-elle.

-Le Seigneur des Ténèbres ne te laissera pas pourrir en prison, furent les dernières paroles d'Alshaïn avant qu'elle ne se retrouve devant sa cellule.

On la laissa entrer. L'état où il se trouvait n'inquiétait guère ses geôliers. Il était assis sur son lit défoncé, le regard vide, sans la moindre expression. Un rat lui mordillait le bout des doigts, mais il ne faisait aucun geste pour les retirer. Une odeur putride flottait dans la salle, mélange d'excréments et de pourriture. Alshaïn eut un haut-le-cœur et s'efforça d'inspirer le moins possible. Elle donna un coup de pied au rongeur et déposa les deux mains du prisonnier sur ses cuisses. Ce fut à peine s'il réagit à son contact. Ses mains dans les siennes, Alshaïn s'agenouilla devant l'homme.

-Barty chéri, C'est moi, ta chatte! Tu me reconnais?

Le regard toujours fixe, Bartémius Croupton Jr ne bougea pas d'un poil. Les yeux d'Alshaïn commencèrent à lui chauffer. Mais il ne fallait surtout pas qu'elle pleure. Son orgueil était en jeu. Elle leva alors sa main chaude et la posa sur la joue creuse de son amour.

-Barty, écoute-moi : je sais qui t'a condamné à cet état déplorable. Je te jure qu'il ne vivra pas longtemps. Tu te rends compte? Je t'ai cru mort durant toutes ces années et le jour où j'apprends que tu es vivant, tu n'es plus qu'un corps sans âme, une coquille vide…

Prise d'une idée soudaine, Alshaïn se leva, un éclat étrange dans son regard.

-Mais tu sais quoi, Barty? Je m'en contrefiche! Je n'ai qu'à dire qui je suis réellement et… et ils me feront subir la même chose que toi! Et puis nous…

Alshaïn s'interrompit et se laissa tomber aux côtés de Barty.

-Mais qu'est-ce que je raconte? Ce n'est pas parce que… tu es dans cet état qu'il faut que je me laisse aller à de telles pensées. Notre maître a besoin de tous les alliés dont il dispose. N'est-ce pas Barty? Il a besoin de moi, hein?

Mais le prisonnier était toujours aussi apathique. C'était à peine s'il tressaillait aux changements d'humeur de la jeune femme.

-Barty… dis-moi quelque chose! Je t'en prie! murmura Alshaïn, un trémolo dans la voix.

Un soupir de la part du jeune homme la fit sursauter.

-Tu as dit quelque chose, mon cœur? Hein? Tu as dit quelque chose?

Elle se leva à nouveau.

-Barty parle-moi, j'en ai de besoin!

Elle se tut une minute, puis l'impatience commença à poindre.

-Rah! Toi aussi tu m'abandonnes? Suis-je à ce point désagréable?

Aucune réponse, évidemment. Alshaïn leva la mit et se mit à compter sur ses doigts, le ton montant dangereusement.

-D'abord ma mère : Devona Rookwood, à la santé si fragile. Santé fragile mon œil! Elle prenait continuellement des potions. Une dose de trop, - c'est facile ça! – et paf! Décédée! Ohhh! Mais ce n'est pas tout! Après ce fut mon grand-père! Mon grand-père si inoffensif… Eh bien tu sais quoi? Décédé lui aussi! Crise cardiaque! Enfin… selon les dires des Médicomages! Puis Regulus a trahi le maître! Il s'est fait tuer évidemment! Je m'en suis chargée! Le maître a disparu par la suite, à cause de cet idiot de Potter. Et puis la trahison de Karkaroff qui a fait emprisonner mon père… Il y a eu par la suite ton procès, ton emprisonnement, ta « mort, » ton retour… et ça! C'est trop pour moi!

Alors la jeune femme à bout de nerfs se tourna vers la porte de la cellule.

-Vous entendez, vie de chien, hommes ingrats? Alshaïn Rookwood capitule! Elle en a marre et elle veut tout laisser tomber! Tant pis pour ceux qui comptaient sur elle! VOUS ENTENDEZ? J'en ai ras le chaudron!

La porte de la cellule s'ouvrit sur Narcissa.

-Alshaïn! Qu'est-ce qui te prend?

Sans mot dire, sous le regard inquiet de Narcissa et celui désintéressé de Bartémius, Alshaïn se laissa glisser lentement sur le sol, en pleurs. Narcissa se précipita sur sa protégée et la serra contre elle.

-Là, là, ma belle… On va rentrer à la maison. On va se calmer, on va prendre un bon repas et on va oublier cette désastreuse visite… D'accord?

Sanglotante, Alshaïn acquiesça. Narcissa l'aida à se relever et la soutint tandis qu'elles sortaient du cachot. La porte se referma sinistrement derrière les deux femmes. Dans l'humide noirceur de la pièce, on put entendre des sanglots…
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:28

Classé : G

Genre : Action, Ironie

Époque : Au moment de la bataille au Département des mystères, à la fin de la cinquième année de Harry Potter.

Le défi

« Cap ou pas cap? lançait Bellatrix » Et son regard décidé brillait d'un éclat moqueur. Et son menton relevé illustrait tout le défi et l'arrogance que contenaient ces quatre mots porteurs de lourdes conséquences. Mais à sept ans, huit ans, on ne pensait pas à cela. On répondait cap avait toute la volonté d'humilier l'autre et d'être couvert de lauriers. Une gloire éphémère, qui se renouvelait sans cesse et dont sa recherche devenait l'ambition ultime des petits bouts d'homme et de femme qu'étaient à cette époque Sirius et Bellatrix.

Ce printemps-là, ça avait été de sauter dans le loch à peine libéré des glaces. Bellatrix était entrée en trombe dans la chambre que partageaient ses deux cousins. Elle avait sauté sur le lit de Sirius et l'avait réveillé.

« On saute à l'eau, Sirius! Cap ou pas cap? »

Ces simples mots devenaient les meilleurs des réveille-matin. Sirius s'était redressé, avait souri, son regard avait brillé d'intérêt et d'excitation.

« Cap! Évidemment!

-Alors habille-toi! »

Ils étaient sortis. Regulus, Andromeda et Narcissa les avaient suivis, poussés par la curiosité, chacun prenant parti tantôt pour l'un, tantôt pour l'autre. Ils furent frappés par la fraîcheur matinale, mais cela ne refroidissait en rien leur ardeur et leur volonté. Sirius avait alors couru en dévalant la petite butte et avait grimpé sur le quai. Bellatrix était encore loin derrière. Il avait sauté à l'eau. Et il en avait été quitte pour la pneumonie du siècle.

Mais à trente-six ans, la situation est complètement différente. Et les enjeux sont beaucoup, beaucoup plus élevés. Autour de Sirius, les sorts fusent de partout. Il neutralise un Mangemort et grimpe sur un socle de pierre. Bellatrix ne tarde pas à le rejoindre. L'expression qui joue sur son visage est à peu de chose près celle qu'elle avait toute jeune, alors que les deux cousins se lançaient leurs défis qui perdaient en innocence au fur et à mesure que le temps passait. Cap ou pas cap? Sirius resserre sa baguette et la brandit. Cap! Bellatrix éclate de rire et ouvre le bal des sorts. C'est avec une facilité déconcertante qu'il les pare et riposte ensuite, redoublant d'intensité. Ils sont dans leur univers, coupés de la réalité. Ils n'ont plus conscience de ce qui les entoure. Même lorsque les combats cessent avec l'arrivée d'Albus, eux continuent à s'échanger des sorts.

Sirius se baisse alors afin d'éviter de justesse un jet de lumière rouge. Il se redresse, l'expression plus moqueuse que jamais. Il est confiant. Ce pari ultime, si c'est tout ce que Bellatrix a dans le ventre, il le gagnera les doigts dans le nez. Et il éclate de rire.

« Allons, tu peux faire mieux que ça! » Sa voix résonne dans la salle. Piquée par l'arrogance de son cousin, Bellatrix brandit à nouveau sa baguette et réitère son sort. Trop occupé à se moquer d'elle, Sirius n'a rien vu venir. Il réalise trop tard que le vent a tourné et qu'il a perdu. Ses yeux s'agrandissent sous le choc et il se met à chuter. Non! Son cœur se met à battre plus vite. Non! C'est impossible! La peur l'empêche de faire tout mouvement. Il ne peut plus rien faire. Pourquoi a-t-il fallu qu'ils se battent si près du voile? Qu'il finisse sa vie en chutant dans un puit à la profondeur abyssale dont nul sorcier n'en a jamais vu la fin? La dernière chose qu'il perçoit du monde des vivants est le cri de triomphe de Bellatrix.

Ce jeu absurde qui avait débuté par des paroles en l'air un soir au coin du feu a finalement eu raison de Sirius Black...
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:32

Classé : AP

Genre : Romance

Époque : Pendant l'été qui suit la mort de Sirius Black.

C'est dans tes yeux que je me vois le mieux

Les flammes de la cheminée crépitaient joyeusement. Je les fixais avec une telle intensité qu'on aurait pu croire que j'étais hypnotisée par le feu… et c'était presque le cas. Je ne pouvais m'empêcher de les regarder et les événements de la soirée repassaient en boucle dans ma mémoire. Mais qu'avais-je fait? Qu'allait-Il penser de moi, maintenant? Bon d'accord… ce n'était pas très différent de mon comportement habituel mais bon… Durant toute l'année passée j'avais démontré avec une telle ferveur que je n'étais plus intéressée par Lui mais voilà que mes sentiments à Son égard refont surface après un an… Et plus, quand j'y pense… J'ai commencé à sortir avec Anthony à la fin juin de ma troisième année.

Et mes frères qui n'arrêtent pas de m'énerver avec ça…

Une chance qu'on était au beau milieu de la nuit… Mais une réalité traversa soudainement mon esprit. Et s'Il se réveillait par un de Ses sempiternels cauchemars à propos de Vous-Savez-Qui? Il viendrait sûrement s'asseoir près du feu, comme je l'avais fait… Oh, damnation! Étais-je donc maudite en amour?

Des bruits dans l'escalier… Oh non! Pas Lui! Je priai en silence pour que ce soit n'importe qui sauf Lui… Malheureusement, le ciel ne semble pas s'intéresser à mes petites prières bénignes et Il apparut sur le pas de la porte du salon, ses cheveux noirs en bataille, ses magnifiques yeux vert émeraude cachés derrière ses lunettes… Je déglutis difficilement. Il me fixa d'un air surpris. Je m'obligeai à Lui adresser la parole.

-Euh… B…bonsoir! balbutiai-je.

-Salut… Je peux m'asseoir?

Pourquoi me regarde-t-il comme ça?

-B…bien sûr! Le sofa est à tout le monde!

L'ombre d'un sourire apparut sur Ses lèvres, mais il disparut aussitôt lorsqu'Il s'assit.

-Ça ne va pas? C'est encore ces cauchemars, c'est ça?

Il acquiesça gravement.

-Mais c'est pire…, marmonna-t-Il. Il n'y a pas que ça! Il y a aussi la culpabilité… Et se retrouver ici, ça n'arrange rien du tout… Cette place est maudite! Et après ce qui est arrivé en juin dernier, je ne sais plus si c'est la réalité ou un simple cauchemar.

-Oh Harry… tu ne t'es toujours pas remis de sa mort, c'est ça? Mais il faudra bien te rendre à l'évidence! Tout ce que tu pourrais dire ou faire n'arrangera rien. Il… il ne reviendra pas!

Il releva brusquement la tête. Oh non… Ai-je commis une bourde?

-Je le sais! Mais c'est trop difficile… à accepter. D'abord, mes parents, puis Diggory, et maintenant, Sirius… Je porte malheur!

Je posai une main sur son bras.

-Mais non… Regarde, moi, tu me portes bonheur!

Il me fixa d'un air incrédule. Oh non! Je n'ai pas dit ça! Si?

-Je te porte bonheur? Vraiment?

Si… Enfer et damnation! Je suis maudite! Mau-di-te! Je me sens rougir… Qu'est-ce que j'ai comme choix? M'enfuir? Non. S'enfuir serait la plus belle preuve d'amour envers lui. Je soupirai intérieurement. Eh bien, répondre, je crois…

-Euh… oui, murmurai-je.

Ouah! Bravo! Et le prix de la fille la plus tarte est décerné à… Ginevra Weasley! Applaudissez bien fort! Pourtant, mes pitreries ont un certain effet sur lui… Et, je ne peux m'en empêcher, je souris. Mon sourire semble contagieux car un vrai se dessine sur ses lèvres également.

-Tu es sincère? Ginny?

Je me repris en main. Fini les petites filles gênées. Je vais avoir quinze ans le douze septembre, quand même…

-On ne peut plus sincère!

-Tu es vraiment une fille géniale, Gin'. Je suis content que tu sois mon amie.

Je baissai les yeux et je sentis mes joues s'empourprer de nouveau. Pourquoi en ce moment? Hein? Pourquoi? Juste au moment où je voulais me reprendre en main… Maudit gène Weasley…

-Tu sais, je suppose qu'on peut tout se dire, n'est-ce pas? demanda-t-il.

-Bien sûr, dis-je d'un ton légèrement plus aigu que la normale.

-Il y a une fille extraordinaire que je connais et que tu connais sûrement aussi! Et… je ne sais pas comment te dire ça…

-Laisse parler ton cœur…

Harry laissa échapper un petit rire. Qu'est-ce que j'ai dit encore?

-C'est que… si je laissais parler mon cœur, tu serais surprise de ce qu'il dirait… ou plutôt ferait. De toute façon, cette fille est déjà prise, enfin je crois!

-En autre mot, tu l'aimes c'est ça? Mais tu ne sais pas comment lui dire?

Ouf! J'ai retrouvé ma voix normale. Harry plongea son regard dans les miens.

-En plein ça!

C'était trop! Je détournai le regard. Pas que je n'aimais pas ça! Bien au contraire! C'est juste que… J'avais peur de ce qu'il y lirait. C'était bien trop éloquent que ce que je ressentais pour lui y était inscrit. De toute façon, il parlait d'une autre fille que, apparemment, je n'égalerai jamais. Ou peut-être que… ou peut-être qu'il parlait de moi! Non! Ne prends pas tes rêves pour réalité, ma pauvre Ginny. Après tout, c'était Harry Potter! Pourquoi s'intéresserait-il à toi? Il était sorti avec Cho Chang! Alors, tu sembles être une fille dénuée d'intérêt comparée à la plus belle fille de Poudlard! Elle est tout ce que tu ne seras jamais. Belle Asiatique de Serdaigle, Attrapeuse… Belle, intelligente, sportive… Ce que tu n'es pas! Hé! Attends une minute! Je suis sportive! J'ai été Attrapeuse! Et je veux tenter ma chance pour devenir Poursuiveuse! Mais ça change rien… Je me rends finalement à l'évidence. Moi, je suis… ordinaire. Tout ce qu'il y a de plus ordinaire. La petite dernière d'une famille nombreuse, la petite fille à sa maman. On n'attend rien de moi. Après tout, mes frères aînés ont déjà fait tout le boulot. Bill a été préfet en chef. Charlie, attrapeur et capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor, Percy, préfet en… oups! c'est vrai! Il ne faut pas en parler. Fred et George, les farceurs invétérés, Ron… Même Ron a fait des choses exceptionnelles! Le petit héros de Poudlard avec Harry et Hermione. Il ne reste plus que moi… Qu'est-ce qu'il me reste à faire? Rien… À moins que… Après tout, ça ne coûte rien d'essayer!

-En fait Harry, débutai-je, je ne peux pas vraiment t'aider car je suis à peu près dans la même situation que toi…

Il me regarda d'un air interrogateur.

-En fait, ce n'est pas trop difficile à deviner… C'est un garçon extraordinaire que tu connais sûrement également. Il est merveilleux et, s'il se voyait comme moi je le vois, je suis sûre qu'il serait beaucoup plus confiant en lui… même si je suis certaine qu'il n'a pas trop de misère à avoir confiance en lui. C'est juste que… il aimerait sûrement être vu d'une autre manière que ce que le monde le voit actuellement. Je ne sais pas si tu me comprends…

-Non, non! Je te comprends parfaitement. Ce garçon a de la chance d'être aimé par une fille comme toi. Je l'envie.

Oh… Mais quel idiot! Il n'a même pas deviné que je parlais de lui! À moins qu'il ne fasse exprès. Il a dit : Je l'envie! Je souris et secouai la tête d'un air légèrement moqueur.

-Qu'est-ce qu'il y a? demanda Harry.

-Oh rien! C'est juste que… non rien! Je me demande comment tu fais!

-Comment je fais quoi?

Mais ma parole! Il ne fait pas exprès!

-Ça!

-Ça quoi?

-Oh… et puis laisse tomber… Après tout, on est toujours les derniers à remarquer les sentiments qui nous animent.

-Je ne te suis pas…

-Moi non plus à dire vrai! Je vais me coucher, il se fait tard… Au fait, je m'excuse pour ce soir…

-Tu t'en vas déjà?

Il n'a rien dit à propos de mes excuses!

-Oui, il est plus de minuit et…

-Mais minuit est une heure magique!

Je fronçai les sourcils, debout en face de la cheminée. Où voulait-il en venir?

-Reste, ajouta-t-il.

Je soupirai. Il se leva et me regarda tendrement. Je sentis un frisson parcourir mon échine. Ce qu'il était beau! Et avec cet éclairage nocturne tamisé par les flammes dansantes du feu de foyer… J'entrouvris ma bouche. C'est à cet instant précis que je réalisai soudainement que Harry avait parlé de moi, quelques minutes plus tôt. Je suppose qu'il avait deviné la même chose puisqu'il se pencha et déposa ses lèvres sur les miennes. Jamais je n'avais ressenti quelque chose d'aussi puissant, d'aussi… merveilleux. Même pas avec mon ex-petit ami. Je sentis ses mains jouer dans mes cheveux en j'en profitai pour enlever ses lunettes. Je rompis alors le baiser, un sourire taquin aux lèvres. D'abord surpris, puis amusé, Harry tenta de reprendre ses lunettes de mes mains, mais je les tenais à hors de portée. Il me poussa sur le divan et s'approchait dangereusement de moi lorsque je posai les deux doigts appartenant à ma main libre sur sa bouche.

-Arrête! chuchotai-je. Je voulais te voir sans tes lunettes. Et tu es pas mal!

-Rends-les-moi.

Je secouai la tête.

-Tu devras me passer sur le corps avant!

Une lueur malicieuse s'alluma dans ses yeux.

-Avec plaisir, susurra-t-il.

Et il me couvrit de baisers lascifs dans le cou, sur les lèvres, un peu partout. Je finis par céder sous la torture ma foi fort agréable! Je lui rendis ses lunettes, à bout de souffle d'avoir tant ri.

-Merci, déclara-t-il d'un ton solennel, ce qui fit redoubler mes fous rires.

-Ben quoi? ajouta-t-il.

Et je repartis à rire de plus belle devant sa désinvolture. Lorsque je me fus calmée, je me collai contre lui.

-Je t'aime, Harry Potter, murmurai-je.

-Je t'aime aussi, Ginevra Weasley, me répondit-il.

Je souris et fermai les yeux. Je crois que je dormis puisque, lorsque je rouvris mes paupières, presque toute ma famille et Hermione nous observaient d'un air taquin, en ayant l'air d'avoir fait un très mauvais coup… Je me relevai aussitôt et vit… que je m'étais endormie sur Harry. Ça n'avait pas été un rêve! Je croisai deux émeraudes et je pus y voir de l'amusement. C'est alors que nous éclatâmes de rire, Harry et moi. Fred avait un appareil-photo à la main et me fit un clin d'œil. Je roulai des yeux et embrassai Harry, qui fut surpris de mon initiative, mais sûrement pas fâché. J'entendis le bruit caractéristique de l'appareil photo qui se mettait en marche et je sus d'hors et déjà que cette histoire d'amour avait un bel avenir devant lui…
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:37

Classé : G

Genre : Romance

Époque : À la fin de la sixième année de Harry Potter et cie.

*À noter qu'il s'agissait alors, au moment de l'écriture de cette fanfiction, d'une traduction libre de la scène entre Tonks et Remus dans le sixième tome.

Un loup n'aime qu'une fois

Ketza avait toujours voulu le bonheur de Remus. Même aux tous derniers souffles de sa vie elle le lui avait répété : « Remus, je ne veux que ton bonheur. Je comprendrais si jamais, bien des années après mon départ, tu trouves le réconfort dans les bras d'une autre. »

Ces paroles, Remus les avait reléguées au fin fond de sa mémoire. À l'époque, il ne voulait pas se faire à l'idée qu'un jour, peut-être, il aimerait une autre femme que Ketza. C'était seulement maintenant que ses paroles lui revenaient, alors que Nymphadora lui criait dessus.

-Tu vois? Elle veut toujours l'épouser, même s'il a été mordu! Ça ne la dérange pas!

-C'est différent, répondit Remus encore et encore, mal à l'aise, évitant à tout prix son regard. Bill ne sera jamais un vrai loup-garou. Le cas est complètement…

-Mais ça ne me dérange pas quand même. Je m'en fous! reprit Nymphadora, saisissant le devant de la robe de Remus et le secouant. Je t'ai dit un million de fois…

Et par automatisme, refusant toujours de croiser son regard, il répondit :

-Et je t'ai dit un million de fois que je suis trop vieux pour toi, trop pauvre… trop dangereux…

Au fond de lui pourtant, il savait qu'il avait déjà capitulé. Il n'avait plus besoin des arguments de quiconque. Les paroles de Ketza venaient de trouver tout leur sens aux yeux de Remus. Bien sûr qu'il aimait Nymphadora! Le cœur d'un homme était fait pour aimer plusieurs fois! Mais le loup au fond de lui pour sa part n'aimait qu'une fois…
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Lexyann

Lexyann
Tache d'encre

Messages : 14
Féminin Inscrit le : 03/09/2010
Localisation : Somewhere over the rainbow


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le : Ven 3 Sep 2010 - 19:41

Classé : G

Genre : Humour

Époque : Quelque part entre le mariage de Drago et Asteria et la naissance de Scorpius.

La causeuse

Dans le fond, qu'est-ce qu'elle avait de particulier, cette causeuse ? Elle n'avait aucune valeur intrinsèque. En fait, elle détonnait plus qu'autre chose dans cette demeure de jeunes Sang Pur au sommet de leur gloire. Mais bon… Vous savez, la valeur sentimentale qu'on accorde à certains de nos biens transcendait souvent de loin leur esthétisme quasi inexistant.

En fait, Asteria aurait volontiers cédé une part importante (disons dix pour cent) de sa fortune si durement acquise (tu parles ! elle avait hérité d'un oncle qu'elle n'avait rencontré que trois fois en vingt-cinq ans) pour se départir de cette horreur sans nom. C'était un peu comme si une chaise provenant d'un magasin de brocante avait élu domicile au beau milieu d'un salon Louis XV ! Tout simplement inconcevable. Asteria en avait des nausées juste à y penser. Mais Drago l'avait sévèrement prévenue : s'il apprenait que par sa faute, le tissu cramoisi avait reçu une tache ou que les pattes en forme de pattes de félin s'en trouvaient dégriffées, c'était le divorce assuré.

Alors Asteria détestait cette causeuse pour mourir, car non contente de prendre une bonne partie de la place dans le salon, la causeuse commençait sérieusement à empiéter son espace vital et même, son ménage. Quand Asteria prenait place dans son beau fauteuil en cuir pour lire le dernier numéro de Sorcière Hebdo et qu'elle redressait soudainement la tête parce qu'elle se sentait observée, son regard croisait inévitablement les faux boutons dorés de la causeuse. En plissant les yeux, Asteria jurerait que les boutons clignaient. Et un frisson lui parcourait l'échine. Pour se rassurer, elle se disait que les boutons n'avaient de doré que la couleur. Encore une preuve que la causeuse n'avait rien à faire dans son salon qui, autrement, n'arborait que ce qui était vrai. En fait, Asteria n'acceptait que deux choses qui avaient le droit d'être faux : ses ongles et sa couleur de cheveux. Mais la causeuse…

Son épouse s'était encore plainte de sa causeuse, celle dont Drago avait hérité de son défunt grand-père qu'il haïssait tant. En fait, lui aussi aurait bien aimé s'en débarrasser à grands coups de pied. Mais à bien y penser, c'était cent fois plus amusant de faire enrager Asteria…
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://solenemoony.deviantart.com/

Contenu sponsorisé


Série de one-shot autour de Destins parallèles Empty
MessageRe: Série de one-shot autour de Destins parallèles   Série de one-shot autour de Destins parallèles Icon_minitimePublié le :

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre :
 

Série de one-shot autour de Destins parallèles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Série de one-shot autour de Destins parallèles
» rando autour d annonay
» Jeu : "Autour du roman"
» 7 décembre: Rennes de Noël avec la big shot!
» 10 septembre: carte big shot!
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: Publications :: Livres/Romans :: Fanfictions :: Harry Potter-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015