Partagez | 

 Et si on se baladait?

Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivantAller en bas
AuteurMessage

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageEt si on se baladait?   Publié le : Dim 23 Mai 2010 - 19:30

Adossé à un lampadaire, les bras croisés, un casque sur les oreilles, battant la mesure du pied, le regard vague, le jeune homme observait les passants. Comme tous les samedis il y avait un flot presque continu de familles ou de groupes de jeunes. Le parc semblait être l'endroit le plus vivant de la ville, on y retrouvait tout types de gens, l'entrée du parc faisant office de lieu de rendez-vous géant. C'est pourquoi lorsqu'il vit que l'heure de son rendez-vous avec Mikan approchait Baptiste se mit à la guetter parmi la foule. La petite taille de cette jeune femme, d'une vingtaine d'années environ, n'arrangeait pas sa recherche.
Dès qu'il aperçut la petite tête brune fendant la foule vers lui, son cœur s'emballa. Les boucles parfaites, la frange légèrement décalée par le vent, elle était toujours aussi jolie. Et lui toujours aussi heureux, comme à chaque fois qu'il la voyait. Quand elle fut à portée de voix il la salua, bizarrement il ne remarqua pas la moue qu'elle fit en entendant le surnom ridicule qu'il utilisait.


-Mimi !


Baptiste était un garçon très tactile, il ne pouvait pas se contenter de faire la bise à quelqu'un pour le saluer. (Et encore moins quand ce quelqu'un était Mikan) Il prit donc la jeune femme dans ses bras, l'étreinte vouait à confusion et pouvait autant être prise comme celle entre un frère et une sœur qu'entre deux personnes fortement liées par un sentiment beaucoup plus difficile à cerner. Au début quand Baptiste la prenait de cette façon Mikan avait tendance à le repousser, mais à présent elle savait que ce n'était pas utile et se laissait faire pour éviter de le froisser.

-Tu arrives pile. J'ai déjà acheté les entrées, on peut passer direct.

Il était impossible de ne pas penser que Baptiste était content, il n'arrivait même pas à dissimuler ses dents sous ses lèvres béates. Ses yeux fixés sur la beauté qui l'accompagnait, il commença à la suivre vers l'intérieur du parc.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 4:24

Suite de La chambre de Mikan

_________-oO•*°*°*•Oo-_________

Mikan courait presque pour ne pas arriver en retard, jetant sans cesse des regards nerveux à sa montre. Il devait déjà être arrivé. La jeune femme pressa le pas pour ne pas le faire attendre d'avantage, d'autant qu'ils allaient devoir faire la queue pour acheter leurs billets d'entrée. Cette pensée la découragea légèrement ; vu l'heure, il y avait certainement déjà du monde, et elle ne pouvait pas se permettre de leur passer devant, elle allait devoir attendre et cela ne l'enchantait guère. Elle se maudit intérieurement d'avoir oublié ce rendez-vous, à cause d'elle ils allaient perdre une partie de l'après-midi dans une file d'attente plutôt que de profiter des attractions du parc.

Sa destination en vu, elle accéléra encore en se faufilant dans la foule des visiteurs de plus en plus dense. « Devant l'entrée » c'était bien gentil mais encore fallait-il le trouver parmi cette marée humaine. Elle allait saisir son portable pour l'appeler quand elle entendit sa voix grave l'interpeller par ce surnom qu'elle détestait.

« Mimi! »

Elle aimait beaucoup le jeune homme mais elle devait bien avouer que cette manie qu'il avait de lui donner des petits surnoms idiots l'agaçait prodigieusement. Elle n'eut toutefois pas le temps de protester qu'il la serrait déjà contre lui dans une étreinte des plus vigoureuses, manquant presque de lui casser une côte. Il était toujours très expansif dans ses saluts aussi Mikan ne prit pas la peine de lui faire remarquer que son enthousiasme débordant avait manqué d'envoyer la chef d'État à l'hôpital et se contenta de lui sourire, après tout, elle était heureuse de le retrouver, elle passait toujours de très bons moments avec lui et elle était certaine de pouvoir oublier ses fiches de lecture l'espace de quelques heures, simplement grâce à son rire si chaud et communicatif qu'elle aimait tant. Elle ne s'était jamais vraiment posé la question de ses sentiments pour le jeune homme, il avait grandi avec son frère et elle avec eux, elle l'avait toujours considéré comme un second grand-frère, l'un autoritaire, l'autre prévenant, mais elle devait bien avouer que même s'il était brutal, son cœur battait plus fort lorsqu'il la prenait dans ses bras.

« Tu arrive pile. J'ai déjà acheté les entrées, on peut passer direct. »

Mikan sourit de cette attention, elle qui se plaignait quelques minutes plus tôt le remercia avec un sourire chaleureux. Et pourtant c'était un peu idiot de sa part, ses parents étaient domestiques au palais, le jeune homme n'avait pas beaucoup d'argent, c'était plutôt à elle de payer les entrées. Et pourtant Baptiste ne s'était jamais soucié de ce problème, il l'invitait à chaque fois qu'ils sortaient et lui répondait que c'était bien normal qu'il le fasse lorsqu'elle lui faisait remarquer qu'elle pouvait payer.

Enthousiaste à l'idée de l'après-midi qui l'attendait, Mikan entra dans le parc, rayonnante de bonheur, tenant le bras de Baptiste pour ne pas le perdre dans la foule sans remarquer le soudaine teinte rouge de ses joues. Elle se tourna vers lui les yeux brillants d'excitation.

« Dis, par quoi on commence ? »

Le jeune homme la regarda avec hésitation, mais elle connaissait déjà sa réponse ; il allait certainement lui dire qu'ils iraient où elle voudrait. Sans plus attendre, Mikan lui agrippa le bras un peu plus fort, trépignant d'impatience.

« On va au grand huit dis ? S'te plait ! Ils viennent de l'installer j'ai envie de l'essayer ! »

Elle prit son silence pour une acceptation sans voir l'appréhension naïtre dans ses yeux tant elle avait hâte de monter dans les wagons. Tenant fermement sa main, elle le conduisit vers le nouveau manège.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 8:41

À peine Mikan et Baptiste c'étaient-ils salués que la jeune fille prit son ami, qui était tout émoustillé par son éclat, par la manche et l'entraîna dans le parc. En passant au guichet Baptiste eut tout juste le temps de montrer les billets à l'hôtesse d'accueil qui ne pu lui répondre que par un large sourire. Les facéties de la princesse étaient connues sur toute l'île il était donc normal que cette femme n'en soit pas surprise. Tout en le forçant à courir Mikan avait demandé où il souhaitait aller mais, il n'eut pas le temps de lui donner une réponse.



« On va au grand huit dis ? S'te plait ! Ils viennent de l'installer j'ai envie de l'essayer ! »


- Heu Mimi je dois t'avouer que je n'ai jamais tester ce genre d'attraction... Et le truc, c'est que j'ai déjà le mal des transports donc, si tu tiens à tes vêtements... Il tentait de faire de l'humour pour se décrisper, mais l'idée de monter dans un engin pareil le rebutait vraiment trop. Je pense que je devrais rester en bas et t'attendre pendant que tu y vas.

La jeune femme et lui s'étaient arrêtés de courir ils se trouvaient juste à l'entrée du grand huit. Baptiste remarqua que même si elle n'avait plus à le tenir pour le tirer Mikan ne lui avait pas lâché la main. Il espérait qu'elle n'aurait pas vu l'état dans lequel cela le mettait, il fixait leurs mains collées l'une à l'autre sans pouvoir en détacher son regard. Si seulement il arrivait à lui dire ce qu'il ressentait, à quel point sa beauté, sa joie de vivre et tout ce qui la constituait évoquait en lui un seul et unique sentiment. Ce sentiment si complexe qui l'effrayait, jamais il n'oserait lui avouer, le risque était trop grand. Baptiste redoutait qu'un aveux tel que celui là les éloigne, si Mikan ne pouvait supporter l'idée que lui éprouve des sentiments si forts pour elle... Si jamais elle n'était pas dans le même état d'esprit que lui et qu'elle lui demandait de stopper tout contacts. Si elle se mettait à lui en vouloir, d'avoir été son confident toutes ces années et de connaitre ses secrets. Comment ferait-il pour vivre en étant le meilleur ami de Killy, mais en ne pouvant plus jamais regarder Mikan dans les yeux ?

Baptiste était plongé tellement profondément dans ses pensées qu'il n'entendit pas la réponse que Mikan lui avait adressé.

Il dû donc encore une fois reconnaitre qu'il était un éternel tête-en-l'air face à elle et lui demander de répéter ce qu'elle venait de dire.


Dernière édition par Baptiste Munroe le Mer 2 Juin 2010 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 10:00

Mikan ne s'arrêta que lorsqu'ils eurent atteint le grand huit où une file d'attente impressionnante s'était déjà formée. C'est alors qu'elle entendit son ami bafouiller qu'il avait le mal des transports et qu'il préférait ne pas monter avec elle. La jeune femme se retourna, déçue qu'il lui propose une telle alternative ; ils étaient là pour passer l'après-midi ensemble et non pas pour que l'un regarde l'autre s'amuser. Elle allait répliquer quand elle remarqua un étrange éclat dans ses yeux, il avait l'air troublé et fixait le sol d'un air pensif.

« Mais te mets pas dans cet état pour un manège ! C'est rien tu verras. »

Elle ne voulait pas le contraindre à faire quoi que ce soit, mais elle en avait tellement rêvé de ce grand huit ! Quand elle avait signé les papiers pour l'autorisation de la construction, elle n'avait pu s'empêcher de se le figurer grâce aux nombreux plans qu'on lui avait fournsi. Elle l'attendait depuis des mois et elle n'avait pas envisagé cette journée sans un seul tour de grand huit. Elle regarda plus attentivement son ami qui ne semblait pas l'écouter, toujours perdu dans ses pensées, avait-il peur à ce point ?

Mikan grimaça à cette idée, tiraillée par un terrible dilemme ; elle ne pouvait pas laisser son ami seul en bas de l'attraction, mais elle avait tellement envie de l'essayer qu'elle bouderait sans doute pour le reste de l'après-midi si elle repartait sans y être montée. Elle était tellement contrariée, qu'elle ne se rendit pas tout de suite compte qu'elle tenait toujours la main du jeune homme, et Baptiste semblait trop absorbé par son appréhension pour s'en apercevoir.

Soudain, elle saisit le bras de son compagnon, le fixant avec l'expression la plus douce possible.

« Baptiiiste. Tu veux même pas essayer pour me faire plaisir ? Tu s'ras p't-être pas malade. »


Ledit Baptiste sembla se réveiller à cet instant, remarquant que la jeune femme s'était complètement collée contre lui et le regardait avec des yeux suppliants, la tête sur son épaule. Avec un petit sourire désolé, il lui avoua qu'il était perdu dans ses pensées et qu'il n'avait pas entendu ce qu'elle lui demandait. Avec un soupir dépité, Mikan s'éloigna un peu.

« Allez viens, j'suis sûre que ça va te plaire. C'est dans ta tête tout ça, tu verras c'est terriblement excitant! »

Sans attendre sa réponse, elle l'entraina dans la file d'attente qui s'était encore étoffée au grand désespoir de la jeune femme.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 12:23

Au sortir de ses pensées qui ne le ravissaient pas plus que ça, Baptiste se trouva face à la mine déçue de Mikan. Elle voulait vraiment qu'il accompagne, l'idée d'y aller seule lui faisait peut-être peur et elle voulait qu'il soit la pour avoir moins d'appréhension? Non ce n'était pas le style de Mikan elle devait juste ne pas avoir envie de le laisser seul. Pourtant, la pour une fois l'idée de ne pas être avec Mikan durant quelques minutes ne le gênaient pas bizarrement. Il fut de nouveau entraîné par la jeune femme cette fois-ci pour se mettre dans la file pour le grand huit. La file avait augmenté et Mikan eut l'air d'en être vraiment attristée.

-Mikan je ne suis vraiment pas sûr que ce soit une bonne idée de... Son regard tomba dans celui suppliant de la princesse, il ne pu qu'abdiquer. Bon on le fait qu'une seule fois et après on ne fait pas d'autres attractions du genre.

Baptiste avait parlé avec un ton dure pour être sûr que la jeune femme comprenne que sa demande n'étais pas à prendre à la légère. La peur qui commençait à lui faire mal au ventre le menait même à se dire qu'il devrait laisser Mikan juste avant l'entrée dans l'attraction, il cherchait même des excuses bidons, mais n'en trouvait pas de valable. Dans le même temps ses yeux cherchaient une solution, mais cela ne l'aidait pas à réfléchir, car dès qu'il voyait Mikan le fil de ses idées étaient totalement perturbé.
Il soupira longuement, regardant la queue de gens qui commençait à rapetisser.


"Si j'arrive à m'esquiver elle m'en voudra et si je n'y arrive pas je risque de ne pas survivre à un truc pareil... Pourquoi, faut que la fille que j'aime soit si casse-cou ? J'aurais dû demander à Killy d'avoir une autre petite soeur"



Dernière édition par Baptiste Munroe le Dim 22 Aoû 2010 - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 13:29

Alors que la file s'amenuisait peu à peu, Mikan trépignait d'impatience tout en suivant des yeux les wagons qui parcouraient les rails. La queue n'avançait pas suffisamment vite à son goût et elle se surprit à sautiller sur place tant elle avait hâte de monter sur le manège et de vivre la même expérience que les chanceux qui y étaient déjà. Elle fut toutefois interrompu dans son observation par les protestations de Baptiste qui semblait vraiment ne pas vouloir l'accompagner. Elle se retourna vers lui avec une moue boudeuse, déçue par son manque de bonne volonté. Néanmoins, le jeune homme céda rapidement devant ses yeux suppliants, comme elle l'avait escompté. Il n'était pas question qu'elle le laisse en bas pendant qu'elle s'amusait, et puis elle ne prendrait aucun plaisir à faire cette attraction toute seul ; il ne pouvait pas dire qu'il n'aimait pas sans avoir essayer.

Tandis qu'ils avançaient doucement, Mikan saisit le bras de son ami de manière à s'assurer qu'il ne lui fausserait pas compagnie tout en tentant de le rassurer. Il n'aurait qu'à fermer les yeux s'il avait vraiment peur, quand on ne voit rien, ça devient tout de suite beaucoup moins impressionnant.

Alors qu'ils avaient presque atteint les barrières d'entrée de l'attraction, Mikan sentit une main se poser sur son épaule. Surprise, elle se retourna pour se retrouver face à un jeune homme brun, quelques mèches folles retombant devant ses yeux gris.

« Salut ma belle.
-Mathys, lui répondit-elle avec un sourire, heureuse de le retrouver. »


Avec un sourire charmeur, le nouveau venu enserra la taille de la jeune femme d'un bras tout en lui demandant de lui présenter son ami. Mikan fit rapidement les présentations pour reporter son attention sur Mathys qu'elle n'avait pas vu depuis plusieurs semaines et qui lui manquait toujours beaucoup. En riant, ils se remémorèrent plusieurs nuits passées dehors alors que la jeune dictatrice faisait le mur pour sortir de chez elle et le rejoindre sous le regard indéchiffrable de Baptiste qui arborait un sourire crispé. Le temps passa soudainement beaucoup plus vite alors qu'ils racontaient comment ils s'étaient retrouvés à échanger un premier baiser quelques années plus tôt. Ils entraient à peine dans l'adolescence et des couples semblaient se former partout autour d'eux, s'embrassant à pleine bouche sans jamais s'en lasser. Intrigués, les deux jeunots avaient voulu tenter l'expérience avant d'être interrompus par un Killy hors de lui de voir sa sœur de douze ans avec un garçon.

Ils continuèrent à rire ainsi jusqu'à arriver enfin à l'entrée de l'attraction où un wagon n'attendait qu'eux. C'est alors que Mikan vit soudainement une opportunité de soustraire Baptiste à ce qu'il avait l'air de considérer comme une corvée au vu de son expression.

« Tu sais Baptiste, si tu veux vraiment pas monter reste là, j'y vais avec Mat et je te rejoins tout à l'heure. »

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mer 2 Juin 2010 - 15:25

L'arrivée soudaine de ce Mat agaçait vraiment Baptiste. Il savait déjà tout ce qui concernait Mathys et Mikan, car elle lui racontait tout. Être son confident avait d'ailleurs parfois été difficile, mais au moins il était prévenu. Il ne fallait surtout pas que Mikan et ce nouveau venu prennent seuls le manège.
Ils étaient presque arrivés au fatidique instant de s'installer dans un wagon quand Mikan proposa à Baptiste de ne pas monter avec elle puisque Mathys pouvait le remplacer.


- Nan, c'est bon.
Il rejoignit alors sans la savoir la pensée de Mikan. Je ne peux pas dire que je n'aime pas si je n'ai jamais essayé.

C'est donc avec l'enthousiasme le plus introuvable possible que Baptiste s'installa en premier Mikan à sa droite et Mathys à droite de Mikan.

"Mais qu'est-ce que je fous qu'est-ce que je fous ! ? Je suis totalement taré ?"


Avant même que les sécurités se soient abaissées le visage de Baptiste avait perdu toutes ses couleurs.
Pourtant, après le trou noir qui constitua tout le moment ou le wagon se déplaça (car il avait suivi le conseil et fermé les yeux) le jeune homme réussi à battre son record en devenant translucide. Le fait d'ouvrir les yeux pour sortir de l'attraction le déstabilisa au plus haut point. Après ces quelques minutes dans le noir total, la lumière trop forte le força à partir en courant, laissant Mikan et Mathys seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Jeu 10 Juin 2010 - 11:54

Alors qu'elle allait se retourner pour entrer dans le wagon avec Mathys, Baptiste se décida enfin à la suivre pour le plus grand plaisir de la jeune femme. Elle s'installa donc entre ses deux amis, un grand sourire aux lèvres. Après un sifflement retentissant, le wagon se mit enfin à bouger. Mikan prit une profonde inspiration, ressentant l'excitation jusque dans son ventre : depuis le temps qu'elle attendait, elle pouvait enfin profiter de cette nouvelle attraction. Elle vit à peine Baptiste fermer les yeux tant elle riait de joie au rythme des accélérations du wagon. À l'instar de ses camarades, elle leva les bras lors d'une descente en piquet, emportée par l'euphorie générale. Elle se laissa porter par les courbes du circuit dont les virages malmenaient les estomacs. Arrivé dans la boucle du huit, le wagon pencha dangereusement vers l'intérieur du virage mais tint bon grâce à sa vitesse avant de se redresser pour une nouvelle descente.

Les trois tours de circuit passèrent bien vite pour la jeune femme qui regrettait presque que l'attraction ne comporte pas un seul looping. Encore sous le charme de son expérience, ivre de joie, Mikan ne remarqua pas tout de suite l'inquiétante pâleur de son ami. Elle ne comprit alors son erreur que lorsqu'elle vit Baptiste se précipiter hors du wagon puis disparaître dans la foule : elle n'aurait peut-être pas dû tant insister pour qu'il l'accompagne dans le grand huit.

« Sensible ton pote, remarqua Mathys en sortant à sa suite. On va où maintenant ?
-Ben... hésita-t-elle. Je pense que je vais aller le chercher. On peut se retrouver plus tard. »


Mathys haussa les épaules en lui disant qu'il avait son portable sur lui et qu'elle pourrait toujours le joindre si elle le cherchait. Elle acquiesça avant de le laisser devant une autre attraction à sensations fortes qui lui était désormais interdite : après le fiasco du grand huit, elle n'allait pas trainer ce pauvre Baptiste dans une centrifugeuse. Mikan s'enfonça dans dans la foule regardant de tous côtés dans l'espoir d'apercevoir son ami. Il était suffisamment grand pour se démarquer au milieu de cette marée humaine, mais elle était trop petite et ne voyait pas assez loin, aussi se résolut-elle à faire le tour du parc à pieds. La tonalité métallique de son portable résonnait à son oreille mais elle n'obtint aucune réponse malgré ses nombreuses tentatives. Il n'avait tout de même pas fait un malaise ?

Mikan s'arrêta un instant de marcher, de plus en plus inquiète pour Baptiste. Elle prit une profonde inspiration pour calmer son cœur affolé ; elle allait certainement le retrouver, paniquer ne l'avancerait à rien. Pourtant elle ne pouvait s'empêcher de penser que c'était de sa faute s'il était descendu du wagon si mal en point. Comment pourrait-elle se faire pardonner ? Au moment où ces pensées la traversait, la jeune femme passa devant un stand de souvenirs du parc. Elle pourrait peut-être lui acheter quelque chose. Songeuse, elle s'approcha de l'étalage en se demandant de quoi pourrait avoir envie son ami. Alors qu'elle allait faire demi-tour, peu attirée par ces marchandises, elle avisa un amusant tee-shirt bleu marine au centre duquel trônait une grosse mandarine d'un orange éclatant.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Jeu 10 Juin 2010 - 13:36

Le ciel passait du violet au noir, des sortes d'étoiles bougeaient tout en absorbant la lumière ne laissant pas à Baptiste la possibilité d'y voir clair. Il venait de sortir en trombe de l'attraction, son visage décoloré lui valut même un "vous allez bien jeune homme" de la part d'une femme qui tenait la main de son fils. Il marmonna que ce n'était rien et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter.

"Qu'est ce qui m'a pris je suis timbré ? Punaise j'y vois plus rien faut qu'j'me pose"

Heureusement pour lui le parc regorgeait de petits bancs de-ci de-là, il n'eut presque pas de mal à en trouver un dès qu'il réussi à voir de nouveau. Sa bouche était pâteuse et un goût très peu appétissant lui dérangeait les papilles. Il faisait pour se retenir il ne fallait pas qu'il vomisse. Même s'il venait de gâcher toutes ses chances avec Mikan en la laissant en plan avec un sale type, tant qu'il n'aurait pas vomis il n'aurait pas atteint le fond.
Il tenta de faire le vide d'oublier ce que son estomac venait de subir, mais un courant d'air vint lui apporter de l'un des stands tout proche une horripilante odeur de barbe à papa, tout ce qu'il avait mangé durant la mâtiné semblaient vouloir sortir. La nourriture digérée en lui avait acquis la vie et voulait le torturer pour l'avoir mâchée puis avalée. Pris d'un soubresaut par réflexe il gonfla ses joues et se pencha en avant, mais ce n'était qu'un hoquet qui n'avait pas réussi sa tentative pour laisser s'échapper les nutriments prisonniers.

Les coudes sur les genoux le regard vers le sol, le jeune homme mal en point essaya de faire le vide pour pouvoir rejoindre son amie, à qui il avait déjà gâché l'après-midi.
Tout en restant dans cette position qui semblait lui faire du bien, il chercha de sa main gauche son téléphone dans une des poches de son pantalon.


- Nan putain !

Impossible de retenir sa colère contre lui-même dans son empressement de fuir cette machine infernale il avait perdu son portable. Avec un effort extrême il se releva pour refaire le chemin inverse en scrutant le sol, il ne pouvait pas l'avoir perdu, pas le téléphone tout sauf ça, la seule chose le maintenant en contact avec les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 8:11

En possession du superbe tee shirt, Mikan tenta une nouvelle fois d'appeler son ami, espérant qu'il finirait par répondre.

« Baptiste s'te plait rappelle moi je m'inquiète là. Bisous »


Avec un soupir, elle lança un regard circulaire autour d'elle ; où avait-il pu passer ? Peut-être les passants l'avaient-il croisé ? Elle aborda alors un groupe d'adultes qui se figèrent voyant leur dirigeante s'approcher d'eux. Surpris de la voir s'adresser à eux, ils l'écoutèrent décrire son ami perdu l'air légèrement paniquée. Depuis une demi heure qu'elle le cherchait, il n'avait pas une seule fois décroché son téléphone ; lui en voulait-il à ce point pour l'avoir fait monter sur le grand huit ? Pourtant elle lui avait bien dit qu'il n'était pas obligé d'y aller. Cependant, personne ne semblait avoir croisé de jeune homme malade. Elle interrogea plusieurs personne sans succès ; avec le monde présent dans le parc, elle avait peu de chance de le retrouver. Elle avançait, trainant des pieds quand elle heurta un petit objet qui, sous le choc, glissa sur le bitume à quelques centimètres devant elle. Un téléphone portable. Elle s'en approcha pour le ramasser ; il valait mieux l'emmener aux objets trouvés, son propriétaire devait le chercher. Par simple curiosité, elle regarda l'écran où l'information « cinq appels en absence de Mimi » apparaissait en gros. Ainsi donc Baptiste avait perdu son téléphone ; c'était pour cela qu'il ne lui répondait pas.

Elle allait reprendre sa route quand ses yeux se posèrent sur la photo choisie en fond d'écran. Elle s'arrêta net sous le coup de la surprise ; c'était elle, serrant le pingouin en peluche qu'il lui avait offert à son anniversaire. Elle avait l'air d'une vraie gamine sur cette photo, mais il la trouvait adorable. Elle sourit en pensant qu'il devait vraiment la voir comme sa petite sœur, lui qui était fils unique s'était trouvé une fratrie auprès de la famille Phoenix. L'entente entre Killy et Baptiste avait été immédiate, ils avaient grandi ensemble et pour elle, le jeune homme faisait vraiment partie de la famille. Pourtant, sans savoir pourquoi, elle était parfois contrariée de penser qu'il ne la voyait que comme une petite soeur, elle avait parfois l'impression qu'il ne l'avait pas vue grandir ; pour preuve, cette peluche qu'il lui avait offert pour ses vingt ans. Certes elle avait apprécié l'attention et l'animal trônait fièrement sur son lit, mais ça restait un jouet. Avait-il remarqué qu'elle n'était plus une enfant ?

Le téléphone et le tee-shirt en main, elle se dirigea vers l'entrée du parc où se trouvait l'accueil et donc, le bureau des objets trouvés en espérant que son ami ait l'idée de s'y rendre pour y chercher son portable. Un léger sourire étira ses lèvres ; elle se rendait aux objets trouvés en espérant y voir son ami perdu.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 10:20

Baptiste marchait en scrutant le sol, son portable ne se montrait toujours pas. Il arrivait à la sortie du grand huit sans avoir trouvé le téléphone.
Le gérant de l'attraction le reconnu et l'aborda pour savoir s'il allait mieux.

- Jeune homme, vous allez bien? Mademoisielle Phoenix est partie vous chercher vous vous êtes trouvés?
- Je vais bien merci, mais je n'ai pas croisé la princesse. Auriez vous trouvez m!on portable je l'ai fait tombé, mais je ne sais pas où.
- Non je suis désolé, mais vous devriez aller jeter un œil à l'accueil ils récupèrent les objets trouvés. Mademoiselle Phoenix était vraiment inquiète pour vous, essayer de la retrouver rapidement si vous le pouvez.
- Je vais essayer, je pense qu'en trouvant mon téléphone je pourrais la retrouver plus vite merci beaucoup au revoir.
- Au revoir et bonne chance

Le gérant retourna alors à ses occupations pour ne pas faire attendre plus les prochains passagers du grand huit.
Baptiste courut à l'accueil, il arriva rapidement au petit bâtiment qui regorgeait de plan du parc et de petits panneaux désignant les directions à prendre pour chaque attraction. Le bâtiment étant rond, Baptiste ne vu pas tout de suite quel était le comptoir pour les objets trouvés. La multitudes de panneaux n'aidant pas, il fit lentement le tour pour ne pas louper l'hôtesse à laquelle il devait s'adresser.
Son regard s'attardant sur toutes les affichettes *bon repas* *comptoir de change* *réservation hôtel ou spectacles* *visite guidée* *section enfants* *objets trouvés*.
Il arrivait juste devant le bon panneau, et donc le bon comptoir, quand il reçu un choc plutôt violent dans les côtes.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 12:07

Connaissant le parc sur le bout des doigts pour y avoir passer des après-midi entiers, Mikan n'eut aucun mal à se diriger vers l'accueil. Une fois arrivée, elle scruta la foule de ses yeux verts, guettant un grand brun près des bureaux à l'entrée. Il était là, à deux pas des objets trouvés. Une large sourire illumina le visage de la jeune femme qui se précipita vers son ami pour le serrer dans ses bras.

« Baptiste ! J'me suis tellement inquiétée, j'ai eu peur que tu ais fait un malaise. »


Après une heure, elle l'avait enfin retrouvé ! Malgré sa joie, elle s'écarta pourtant vivement de lui lorsqu'il lui rendit affectueusement son étreinte, sentant son cœur s'emballer à ce contact. Avec une moue coupable, elle s'excusa d'avoir tant insisté pour qu'il monte dans le grand huit et lui promit qu'ils ne feraient plus un seul manège à sensations fortes de l'après-midi. Une lueur malicieuse dansant dans ses yeux, elle lui tendit son cadeau en guise d'excuse.

« J'le trouvais rigolo. »

Le jeune homme sortit le tee-shirt du sac, puis la remercia avec un faible rictus forcé, assurant que le bleu foncé était sa couleur préférée et qu'il aimait beaucoup les oranges.

« C'est une mandarine, corrigea-t-elle déçue qu'il ne saisisse pas l'allusion. Mikan ça veut dire mandarine, mes parents aimaient les langues étrangères. »

Il était rare qu'elle lui fasse des cadeaux, aussi avait-elle vraiment espéré que celui-ci le ferait sourire, d'autant qu'elle était certaine qu'il connaissait la signification de son prénom tellement son frère et lui s'était moqués d'elle pour cela durant leur enfance. Ne s'en souvenait-il pas ? Ce n'était qu'un détail après tout, mais ça la décevait. Certes le tee-shirt n'était pas d'un goût exquis, et elle ne doutait pas que Killy ne manquerait pas de lui faire remarquer, mais elle ne l'avait acheté que dans l'optique d'offrir un petit souvenir amusant à son ami. Elle lui tendit son téléphone portable, précisant qu'elle l'avait trouvé par terre et qu'elle lui avait laissé un message.

À présent qu'ils étaient de nouveau ensemble, ils allaient pouvoir profiter du reste de leur journée. Mikan n'avait pas beaucoup de temps libre ces derniers temps, elle voulait donc en profiter au maximum. Elle saisit son ami par le bras puis se hissa sur la pointe des pieds pour déposer un léger baiser sur sa joue.

« J'suis contente que tu aille bien. Ou est-ce qu'on va maintenant ? »

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 13:07

La surprise de se prendre une Mikan en pleine poitrine coupa le souffle de Baptiste. Lorsqu'il comprit ce qui arrivait son cœur se mit à battre la chamade, c'était l'un des rares contacts physique avec elle. Elle s'était inquiétée pour lui et ça le faisait se sentir coupable, avait-il eu raison de partir aussi vite? Il en avait même perdu son téléphone. Même en pensant vaguement a cela ce qu'il vivait durant ce temps lui donnait d'autres émotions. Ce qu'il ressentait était difficilement descriptible. (ou peut-être censuré allez savoir^^)
Elle sembla s'en être rendue compte lorsqu'elle s'écarta vivement de lui pour passer directement à un autre sujet.
Leur retrouvailles ayant été soudaines Baptiste ne s'était pas rendu compte que Mikan avait les mains prises.

- J'le trouvais rigolo.

Ce tee shirt bleu foncé portant en son centre une orange le fit sourire également, mais il commit une erreur.

- Classe tu t'es souvenu que j'aimais beaucoup le bleu, l'orange est sympa aussi.
- C'est une mandarine, corrigea-t-elle déçue qu'il ne saisisse pas l'allusion. Mikan ça veut dire mandarine, mes parents aimaient les langues étrangères.
- Ah pardon, d'un coup des souvenir de lui avec Killy se moquant de la petite fille qu'elle était lui revinrent, je suis désolé.

Cet oubli ajouta un mal aise chez Baptiste, au final il ne s'était jamais excusé pour ces jeux de mauvais goût. Il espéra qu'elle ne lui en tenait pas rigueur, bien qu'en la voyant être déçue de sa faute, il sut que c'était quand même le cas.
Mikan lui tendit la main, il la regarda assez surpris de penser qu'elle puisse lui demander de tenir sa main. Puis rapidement il se rendit compte qu'il s'était encore fourvoyé, Mikan lui donnait son téléphone. Elle l'avait trouvé quand elle le cherchait lui, et l'avait d'ailleurs retrouvé grâce à cela.

- J'suis contente que tu aille bien. Ou est-ce qu'on va maintenant ?


En prenant le tee-shirt d'une main et le jeune fille de l'autre, Baptiste voulu se rattraper. il entraina Mikan un peu plus loin de l'accueil dans un coin ombragé. Il retira le haut qu'il portait actuellement, ce qui laissa à Mikan l'occasion d'entrevoir la musculature de son torse avant qu'il ne mette le tee-shirt qu'elle venait de lui offrir. La tête sortant du tee shirt était affublée d'un sourire éclatant, bien que son regard trahissait sa culpabilité d'avoir mal réagit, autant à la sortie du grand huit qu'à la vue de la mandarine qu'il n'avait pas reconnue.

-On ira où vous le voudrez très chère. Il y a de nombreuses attractions moins violentes à disposition et si vous voulez vous arrêter à un stand, je serais ravi de vous acheter un gadget ou un glace si l'envie vous en dit.


Plein d'espoir et le cœur battant, il voulait à tout prix sauver leur après midi après l'avoir aussi salement gâchée juste avant.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 15:04

Surprise, Mikan se laissa entrainer par Baptiste un peu à l'écart de la foule, se demandant bien ce qu'il avait en tête. Toutefois, elle n'eut pas à s'interroger longtemps ; à peine s'étaient-ils arrêtés que le jeune homme ôta son tee-shirt, dévoilant son torse sculpté sous le regard troublé de la dictatrice qui ne put s'empêcher de remarquer à quel point il cachait bien son jeu sous ses vêtements larges ; il était indéniablement bien bâti et musclé, elle était même presque tentée de tâter du biceps. Le rouge aux joues, elle se ressaisit alors qu'il enfilait le tee-shirt à la mandarine avec un sourire. Finalement il lui plaisait et elle en était heureuse, bien que contrairement à ce qu'elle aurait pensé, cette mandarine la troublait : lui faire arborait ainsi cet agrume lui apparaissait à présent comme un signe de possession, mais après tout, c'était SON Baptiste, qu'une autre fille ose venir le détourner de leur après-midi et elle serait reçue ! Elle stoppa ses pensées qui commençaient à prendre une drôle de tournure et elle ne comprenait pas bien ce qui lui arrivait. Pourtant, pour quelques heures, elle avait l'impression que le jeune n'était qu'à elle et que le reste du monde ne devait pas exister. Une fois rhabillé, il s'approcha d'elle et lui adressa un regard complice.

« On ira où vous le voudrez très chère. Il y a de nombreuses attractions moins violentes à disposition et si vous voulez vous arrêter à un stand, je serais ravi de vous acheter un gadget ou une glace si l'envie vous en dit. »

Mikan sourit de son ton si solennel tout à coup. Ils avaient toujours été familiers l'un avec l'autre, mais Baptiste aimait parfois utiliser plus de déférence lorsqu'il s'adressait à la jeune femme et ça la faisait toujours rire. Cette fois ne fit pas exception. Elle n'avait pas faim, pas encore, aussi décida-t-elle de faire une nouvelle attraction. Après un rapide examen du plan du parc, Mikan avisa le bateau des pirates, se disant qu'il pourrait être plaisant d'aller y faire un tour, si son ami n'avait pas le mal de mer. L'attraction n'avait rien de dangereuse et ne consistait qu'à aller et venir sur un authentique galion au fil des salles qui relataient l'histoire de la piraterie. Elle regarda rapidement sa montre ; s'ils optaient pour cette option, ils pourraient même assister au spectacle aquatique donné à 16h après quoi, ils pourraient s'offrir une bonne pâtisserie autour d'un tasse de thé sur l'une des terrasses en altitude d'où l'on pouvait voir tout le parc.

Des étoiles plein les yeux et priant pour que rien ne vienne entacher le reste de l'après-midi, Mikan proposa ce nouveau programme à son ami.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 16:03

Mikan proposa un petit planning parfait pour continuer la journée. Profitant d'être encore proche de l'accueil, Baptiste demanda a la dictatrice de l'attendre et couru rapidement vers le comptoir. Il demanda un stylo et saisi un programme pour y composer le menu de la journée et être sur de ne pas oublier quoi que ce soit et avoir les horaires précis.
En remerciant l'hôtesse il lui rendit le crayon et revint près de Mikan tout content de lui.


- Ok j'ai fait le programme, t'as une montre? Parce que quand tu m'as rendu mon portable j'ai vu que level batterie j'vais avoir du mal à finir la journée donc faudrait que je l'éteigne.

En parlant de son téléphone il tiquât.

*Merde elle a dut voir mon fond d'écran en vérifiant que c'était bien le mien, quel crétin... J'dois lui donner l'air d'être con. En plus en général les filles ça aime pas qu'on ai des photos d'elles.*

Elle lui souri et le tira par la main pour l'emmener à la première chose qu'il avait entouré sur le petit dépliant. Pour une fois elle ne l'avait pas prit par la manche ou le poignet elle avait mit ses doigts dans la main du jeune homme. Ce dernier s'en trouvait complètement chamboulé au point d'éviter de justesse un passant.
L'attraction se passa sans problème, dans l'embarcation Baptiste avait tenter un rapprochement stratégique sans avoir l'impression de pouvoir arriver à ses fins. Mikan semblait tellement absorbée par ce qui se trouvait autour d'eux qu'elle ne lui jeta pas un regard. Un peu résigné il s'intéressa donc à ce qui se passait autour, en essayant de temps en temps d'attirer l'attention de Mikan tout autant sans succès.
À la sortie du galion le garçon se ressaisit, en ne se fixant que sur elle il avait louper une partie du tour et esperait que Mikan ne lui demande pas ce qu'il avait pensé des moment où il n'était pas vraiment attentif.


- Si je suis le planning il est 15h45 on a donc un quart d'heure avant le spectacle aquatique. Toujours pas de petit creux? Heu tu peux vérifier l'heure on sait jamais si la bateau a prit du retard on a peut-être pas un quart d'heure total.


Et en effet la montre de Mikan n'indiquait pas 15h45 mais 15h40 ce qui leur laissait du temps libre en plus. Content de cela Baptiste forçat la jeune femme à le suivre car même si elle n'avait pas faim lui mourrait d'envie pour une barbe à papa gout fruits exotiques. Sa barbe en main il en proposa à Mikan et se servit ensuite. Il cheminèrent donc vers la dôme aquatique pour avoir de bonnes places.
Le spectacle commença tout se passait vraiment bien, Baptiste et Mikan se partageaient la barbe à papa et ils étaient littéralement collés l'un à l'autre.
Malheureusement cela ne dura pas, vers la fin du spectacle, une orque saluat le publique par un énorme souffle d'eau. Et Ayant choisis des place très en avant le couple de jeunes gens reçu presque un litre d'eau sur la tête. Les deux mandarines étaient trempées et le reste de barbe à papa avait totalement fondu. Mikan hurla de s'être prit de l'eau congelée sur le corps entier.
Il sortirent du dôme pas vraiment heureux d'avoir choisi leur si bonnes places...


-Tu veux mon tee shirt? je l'avais mit dans mon sac il est sec.


Dernière édition par Baptiste Munroe le Dim 20 Juin 2010 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 16:41

Pour son plus grand bonheur, le jeune homme accepta tout ce qu'elle avait proposé, il ne semblait avoir ni le mal de mer, ni le vertige. Ils s'apprêtaient à prendre le chemin du navire lorsque Baptiste regarda son portable pour constater qu'il n'avait plus beaucoup de batterie. Un sourire un coin, Mikan le vit écarquiller les yeux tout en fixant son fond d'écran ; bien sûr qu'elle l'avait vu, et il devait bien s'en douter mais elle préféra ne pas faire de commentaire voyant qu'il était déjà assez mal à l'aise. Elle glissa sa main dans celle de son ami pour le conduire à l'attraction. Elle tentait de garder un air détaché et indifférent, mais elle ne pouvait nier les battements de son cœur qu'elle avait presque l'impression de pouvoir entendre.

Ils s'engouffrèrent dans la file des passagers pour monter sur le galion, s'émerveillant de tant de splendeur. Malgré son âge, le navire paraissait incroyablement bien conservé. Ils larguèrent les amarres et les groupes se séparèrent, suivant leur guide dans telle ou telle pièce, guide des plus mignons d'ailleurs, nota la jeune femme. Elle lui adressa un sourire alors qu'elle buvait ses paroles ; la piraterie devenait soudainement beaucoup plus intéressante. Elle ne fit guère attention à son ami, trop occupé à détailler l'homme qui leur relatait divers histoires de pirates. Outre leur guide, elle ne pouvait détourner son regard des hublots qui dévoilaient de somptueux paysages maritimes.

« Baptiste, regarde comme c'est beau ! S'extasia-t-elle sans noter que le jeune homme préférait une tout autre vue »

Une fois le bateau revenu au port, ils descendirent sur le quai.

« Si je suis le planning il est 15h45 on a donc un quart d'heure avant le spectacle aquatique. Toujours pas de petit creux? Euh tu peux vérifier l'heure on sait jamais si le bateau a prit du retard on a peut-être pas un quart d'heure total. »

Il était en réalité 15h40, ils avaient donc largement le temps de se rendre au bassin où avait lieu le spectacle. Elle refusa une nouvelle fois de prendre un encas, n'ayant toujours pas faim, mais Baptiste, à l'inverse, semblait réellement tenir à déguster quelque chose. Il opta pour une barbe à papa dont la jeune femme refusa un morceau. Il n'y avait rien d'autre que du sucre, ça n'avait pas de goût et en plus c'était tout collant, elle n'avait pas envie de se retrouver à se lécher les doigts.

Ils s'installèrent ensuite dans les gradins, heureux de trouver de bonnes places pour ne pas manquer une miette du spectacle. Comme il insistait pour qu'elle goûte, Mikan prit un bout du bonbon auquel elle ne trouva pas de goût particulier sinon celui du sucre. Les gradins se remplissant peu à peu, les jeunes gens durent se coller l'un à l'autre, toutefois, cette soudaine proximité n'eut pas l'air de les déranger.

Après l'entrée en scène des dresseurs, les animaux vinrent effectuer leurs numéros pour le plus grand plaisir des spectateurs émerveillés. Mikan riait de bon cœur devant les facéties des phoques ou poussait de grands « woua » face à la grâce des dauphins. Cependant, alors que tout allait si bien, le final qui aurait dû être époustouflant laissa un arrière goût salé au couple. Après une pirouette fort bien exécutée, l'orque retomba lourdement dans le bassin, déversant des trombes d'eau sur les spectateurs des premiers rangs.

Trempée, Mikan poussa un hurlement de surprise de sentir ce liquide glacial sur sa peau. Voilà un désagrément qui n'était pas signalé dans le descriptif. Son maquillage devait être foutu ! Ses vêtements et ses cheveux étaient trempés et ses chaussures et chaussettes étaient imbibées d'eau. Pourquoi fallait-il que cette grosse bestiole vienne lui gâcher en quelques secondes le plaisir qu'elle avait eu à les regarder pendant une heure ?

« Tu veux mon tee shirt? je l'avais mis dans mon sac il est sec. »

Mikan se retourna vers son ami. À cette aimable proposition elle ne put s'empêcher de repenser à son torse musclé dissimulé sous son nouveau tee-shirt.

« Mais euh, et toi ? Tu devrais le garder pour toi, je peux m'acheter d'autres vêtements à un stand, merci. »


Elle lui lança un sourire espiègle qu'elle espérait qu'il ne déchiffrerait pas.

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Dim 20 Juin 2010 - 17:38

- Mais euh, et toi ? Tu devrais le garder pour toi, je peux m'acheter d'autres vêtement à un stand, merci.

Elle était si attentionnée pour lui il en fut touché surtout quand c'était accompagné d'un si jolie sourire. Il ne pouvait pas la laisser dépenser son argent par sa faute. Après tout être torse nu ne le dérangeait pas.

- Nan mais tu devrais prendre mon haut j'en ai pas besoin puis ca serai bête de dépenser l'argent pour ça, rentrons au château et on continuera l'aprem là-bas. Ou pour me faire pardonner on va dans la boutique de fringue et je nous achète un pantalon chacun et je te paie le thé après pour te réchauffer.


Tout en disant cela il était en train d'ôter son tee shirt mandarine trempé pour le mettre dans une pochette de son sac (faudrait pas mouiller le reste de ses affaires). Même sans le tee-shirt Baptiste était tout de même trempé. Il regarda le plan pour trouver l'emplacement de la boutique, bien que la petite carte soit imbibée d'eau il réussi a distingué l'endroit. Il pris Mikan par les épaules et l'entraina dans le magasin.
Quelques minutes plus tard il trouva son bonheur avec un beau bermuda bleu foncé et noir.

-Mikan regarde, dit-il en sortant d'un cabine d'essayage, tu me trouves comment?

*ce serait trippant une réponse du genre "trop beau craquant et tout", chuis con mais j'le revendique... Mais quand même j'espère qu'elle me trouve pas moche ?*


Comme d'habitude, il pensait a plein de choses incongrues qui pourraient se passer entre eux alors qu'elle dirait surement "ouais ça fera l'affaire". Alors il devait se préparer et trouver un bon compliment à lui faire lorsque ce sera elle qui sortira d'une cabine.

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Lun 21 Juin 2010 - 12:38

Attendri, le jeune homme la remercia de s'inquiéter ainsi pour lui, mais lui assura qu'il pouvait rester torse nu. Il mit alors son tee shirt sec dans les mains d'une Mikan aux joues rouges ; il allait lui offrir une vue sur ses abdos jusqu'à la fin de l'après-midi ? Elle le remercia avec un sourire réjoui avant de se rendre compte que s'il restait ainsi, d'autres pourraient en profiter ; voilà qui n'était pas pour lui plaire. Aussitôt dit, aussitôt fait, le jeune homme retira son vêtement mouillé pour le placer dans une pochette en plastique sans soupçonner qu'à quelques centimètres de lui, une paires d'yeux verts se régalait de la vue.

Après consultation du plan, ils repérèrent une boutique dans laquelle ils pourraient remplacer leur pantalon trempés. Mikan se raidit alors qu'il la saisissait par les épaules, surprise d'un tel geste mais se laissa guidée par son ami. Comme ce devait être agréable d'être serrée contre ce torse, mais elle n'allait pas se jeter sur lui sans raison. Perdue dans ses pensées elle ne remarqua pas tout de suite qu'ils étaient arrivés à la boutique. Depuis quand ressentait-elle une telle attirance pour lui ?

Ils choisirent leurs vêtements avant d'entamer une séance d'essayage.

« Mikan regarde, dit-il en sortant d'un cabine d'essayage, tu me trouves comment ? »

La jeune femme leva la tête vers Baptiste qui sortait de la cabine vêtu d'un bermuda bleu foncé. « T'es beau comme un dieu » pensa-t-elle, toutefois, elle se retint de lui révéler ses véritables pensées, ou même de lui dire qu'elle aimerait bien voir ce que ça donnerait sans le pantalon pour lui dire ce qui lui allait le mieux.

« Euh, oui il est bien celui-là, et il est assorti à ton nouveau tee-shirt. »

À son tour, Mikan entra dans une cabine pour revêtir le tee shirt de son ami. Ça lui faisait tout drôle de porter un vêtement à lui, qu'une fille emprunte les fringues de son copain était monnaie courante, mais eux, ils n'étaient pas ensemble. Quoi que les événements de la journée tendaient irrémédiablement à les rapprocher.

Pour accompagner le tee-shirt noir, elle avait choisi un leggin blanc et une paire de ballerines. Heureusement que le parc comptait un magasin de ce genre. Elle pensa avec un sourire que vue son emplacement près des jeux d'eau, il avait été implanté pour pourvoir à leurs désagréments, bonne stratégie commerciale. Alors qu'elle se déshabillait, elle eut la désagréable impression de voir le rideau bouger derrière elle pour s'écarter légèrement. Néanmoins, les pans du tissus étaient revenus bien à leur place dès qu'elle se retourna. Baptiste n'aurait tout de même pas l'indélicatesse de l'épier en sous-vêtements ? Certes elle ne s'était pas gênée pour le regarder, mais lui s'était changé devant elle, elle n'avait pas volontairement joué les voyeuses. Elle s'habilla rapidement pour éviter toute nouvelle tentative, si toutefois elle n'avait pas rêvé. Elle boucla une grosse ceinture qui retombait sur ses hanches avant de sortir de sa cabine fusillant le jeune homme du regard. Elle ne lui laissa pas le temps de lui faire le moindre compliment tant elle était en colère.

« C'est toi qui a bougé le rideau pendant que je me changeais ? »


_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Lun 21 Juin 2010 - 14:02

En effet Baptiste avait bien vu elle trouva juste la couleur du bermuda accordée à celle du tee-shirt qu'elle venait de lui acheter. Il n'avait pourtant pas vraiment fait exprès, la couleur lui plaisait il l'avais pris dans le rayon sans même faire attention à la taille, de toute façon en général tout lui allait. Maintenant qu'il avait choisi ce qu'il allait prendre il attendait, non sans impatience de voir ce qu'aurait choisi Mimi et aussi quelle effet liu ferait la vue de son propre tee-shirt sur elle.
En y repensant, lui prêter son tee-shirt c'était un truc de couple, est-ce qu'inconsciemment il avait insisté pour voir si elle comment elle le prendrait? Lorsqu'elle sorti il fut éblouit même avec un vêtement relativement trop large pour elle, elle gardait tout sa classe et sa prestance. Il ne pu lui faire par de cette pensée.


- C'est toi qui a bougé le rideau pendant que je me changeais ?
- Heu nan, nan ne t'énerve pas. J'ai pas fait exprès, laisse moi t'expliquer. Quand j'ai fini de me changer et que t'es entrée dans la cabine, je me suis approché pour la garder en t'attendant. Fin tu sais j'avais peur que quelqu'un s'approche trop, t'es quand même la dictatrice. Comme je me suis retourné, mon coude c'est prit dans le rideau mais je l'ai remit directement.
*Pourquoi il m'arrive toujours des pépins pareil... Et pourquoi tout les autres mecs se débrouillent pour nous donner une image d'obsédés, c'est pas qu'on en est pas, mais faut pas exagérer quand même.*


Baptiste était devenu totalement rouge. Elle l'aurait vu de dos Mikan aurait presque pu voir une goutte de sueur ruisseler sur son dos. Mikan gardait un air énervé, croyait-elle aux dires du jeune homme, ou se disait-elle qu'il lui mentait. La garçon redoutait que cette faute ne lui fasse préjudice. Quand même d'où pouvait bien lui venir une telle idée? Elle le connaissait bien pourtant et en plus elle le prenait pour son grand frère, un grand frère ca ne fait pas ce genre de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mar 22 Juin 2010 - 5:56

Elle écouta le jeune homme mal à l'aise s'expliquer sans l'interrompre pourtant elle ne savait pas si elle pouvait réellement lui faire confiance. Certes leur relation était fraternelle, et un frère n'épierait pas sa soeur pendant qu'elle se déshabille, mais il restait un homme, et Mikan savait que les intentions de la gente masculine n'étaient pas toujours louables. Elle décida toutefois de lui accorder le bénéfice du doute, après tout, tous les hommes n'étaient pas forcément des pervers ; et puis elle connaissait assez bien Baptiste pour penser que jamais il n'agirait de la sorte ; ses parents l'avaient très bien élevé, c'était un garçon convenable aux bonnes manières et c'était d'ailleurs la raison pour laquelle les enfants royaux avaient eu le droit de le fréquenter. Elle le gratifia d'un sourire pour le remercier d'avoir protégé sa cabine puis se dirigea vers les caisses.

Cependant, une fois devant la vendeuse, une dispute s'engagea pour savoir lequel des deux paierait leurs achats. Baptiste ayant déjà payé les entrées pour le parc, Mikan insista lourdement pour régler la note, après tout, elle achetait plus de choses que lui. Il pouvait bien la laisser payer pour une fois, inutile de gaspiller son argent. Le jeune homme ne l'entendait toutefois pas de cette oreille ; la galanterie voulait qu'il paie pour son amie et il n'avait pas l'intention de passer pour un rustre. Derrière sa caisse la vendeuse les regardait sans un mot, perplexe, ne sachant pas à qui présenter la note.

« Ben puisque c'est comme ça je t'ordonne de me laisser payer ! Hurla la dictatrice à court d'argument. »

Le temps sembla soudainement se figer ; il n'était pas courant que l'on désobéisse lorsque la chef d'État donnait un ordre, pourtant, on sentait que le jeune homme qui l'accompagnait rangeait son porte feuilles à contre cœur. Avec un sourire triomphant, Mikan se tourna vers la caissière qui n'eut d'autre choix que de saisir la carte de crédit qu'elle lui tendait. Elle ne donnait pas souvent d'ordre à son ami, mais cette fois-ci elle n'avait pas vu de meilleur moyen pour le faire plier à sa volonté. Quelle idée il avait de toujours vouloir tout lui offrir ! Entre amis les frais sont toujours partagés, une fois l'un une fois l'autre, c'était encore un truc de couple de laisser l'homme inviter sa dame. Les jeunes gens sortirent de la boutique, chacun perdu dans ses pensées. Décidément depuis le début de l'après-midi Baptiste se comportait de façon bien étrange avec elle, ou alors était-ce elle qui ne voyait plus les choses de la même manière ? Elle fut tirée de ses réflexion par la sonnerie de son portable.

« Allo.
-Ah, Mat ! T'es où ?
-Hum... Nan je pense pas, Baptiste aime pas ces manèges. On va aller boire un thé tu veux venir avec nous ?
-Je sais que t'aimes pas le thé, mais tu prendras autre chose, on s'est pas vu depuis longtemps, tu veux pas me faire plaisir ?
-Bon tant pis. Mais ce soir je pourrais pas. Je te rappelle demain alors. Bisous »


Elle raccrocha avec une moue boudeuse ; il n'en faisait vraiment qu'à sa tête celui-là, ne pas l'accompagner simplement parce que la présence de Baptiste les empêcherait d'être seuls ! Enfin, il avait été absent plusieurs semaines, c'était normal qu'il veuille passer un peu de temps avec elle, et elle avait une vague idée de ce qu'il attendait. Pourquoi pas ? Mais malheureusement elle avait encore une fiche de lecture à terminer pour le lendemain et elle ne pourrait pas s'y soustraire cette fois. Si elle ne la rendait pas, son frère irait encore fouiner pour savoir ce qu'elle avait fait de sa soirée, et il valait mieux qu'il ne découvre jamais cet aspect de sa relation avec celui qu'elle présentait comme son meilleur ami. Baptiste non plus d'ailleurs. Alors qu'elle lui avait toujours tout dit, elle ressentait l'inexplicable besoin de lui cacher cela, craignait-elle qu'il n'en parle à Killy ? Oh peu importait après tout, cette partie de sa vie ne regardait qu'elle.

Elle sortit tout à coup de ses pensées pour se rendre compte que son ami s'était emmuré dans un silence glacial. Les mains dans les poches, il avançait avec elle mais avait l'air contrarié. Était-ce parce qu'elle lui avait donné un ordre ? Elle l'attrapa par le bras avec la ferme intention de tirer cela au clair, ils avaient encore le temps de s'amuser à condition qu'aucun ressentiment passager ne vienne noircir les quelques heures qui leur restait.

« Tu boudes ? »

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mar 22 Juin 2010 - 13:33

Mimi eut l'air de croire Baptiste ce qui le rassura grandement, premierement parce que ce voulait dire qu'elle avait confiance en lui et ensuite parce que ça signifiait qu'il n'avait pas trop l'air d'un gros pervers...

*Bas j'aurais du vraiment regarder, ça aurait rien changé pour elle, chuis vraiment trop gentleman.*

Tout en se perdant dans ses pensées plus ou moins lugubres, Baptiste suivait inconsciemment Mikan vers la caisse. Et là le drame se présenta. Suite au fait que ce soit lui qui ai proposer les achats, Baptiste pensait qu'il allait de soit qu'il paie les vêtements achetés. Après tout Mikan avait déjà dépensé de l'argent pour lui offrir le tee-shirt mandarine, de son point de vue, il était légitime pour lui de vouloir payer. Pourtant la jeune femme ne le voyant pas de cet avis, argumenta de toutes les façons qu'elle pu. Le garçon retrouvait alors ce qu'il c'était dit plus tôt, il était un gentleman et ca ne se faisait pas de la laisser payer. Il rétorqua à chacun des arguments de Mikan, il ferait tout pour qu'elle n'ai pas à sortir son porte feuille de son sac. La caissière se montra douée de patience, mais ne put réprimer un sursaut plutôt violent lorsque la dictatrice hurla.

- Ben puisque c'est comme ça je t'ordonne de me laisser payer !

La fierté de Baptiste en prit un coup, se faire ordonner de ne pas être un homme galant par une femme, plus jeune qui lui et dictatrice de surcroit... Il serrait les poings, cette jeune femme avait vraiment trop d'emprise sur lui. Étant un éternel susceptible, il comptait éviter tout nouvel échange de parole avant un moment et si possible le moment après celui où elle se serait excusée. Et la connaissant il savait que les excuses mettraient du temps à arriver. Ils avançaient vers leur prochaine destination. Le grognon regardait au loin quand le téléphone de Mikan sonna.

*Encore de Mathys ! Il est collant, en plus elle veut qu'il vienne ? Elle doit plus vouloir rester seule avec moi après la scène qu'elle vient de faire. Bon au moins il aime pas le thé ça lui fait un mauvais point. Docn égalité pour les manège a sensation... Mais qu'est ce que je fais à penser ce mec comme un rival?*

- Tu boudes ?

Interrompu dans ses pensées Baptiste mis un certain temps à comprendre que cette question lui était adressée. Pourtant le fait de lui attraper le bras comme ça ne pouvait pas signifier autre chose et puis elle n'avait plus le portable dans les mains. Il tourna son regard dur vers la jeune femme, ne montrant aucunement son hésitation à lui répondre. Et en homme qu'il il ne pu la laisser dans l'attente très longtemps.


- Bon je vais être franc, j'ai vraiment été déçu pour plusieurs parties de cette après-midi. Me fais pas ces yeux là s'te plait. Déjà ce Mathys, ok tu l'avais pas vu depuis un bail mais ca faisait aussi pas mal de temps qu'on était pas sortis... Oui je suis monté dans se manège en sachant que je me sentirais mal après parce que j'avais pas envie que tu soit seule avec lui, j'avoue. Mais ca m'a vraiment énervé de la voir à te tourner autour comme ça, et voir que t'as pas l'air de t'en rendre compte. Ça m'a agacé mais j'ai rien dis, t'façon je pouvais pas je préférai pas prendre le risque d'ouvrir la bouche.
Bref, quand on s'est retrouvé ca s'est super bien passé j'ai même pas eu le mal de mer alors qu'en général je tien pas longtemps sur des trucs qui flottent. Mais pareil sur le bateau t'as même pas fait attention à moi je pouvais ne pas être là ca t'aurais rien changé. Et le coup des vêtement m'a achevé, tu te rend compte je te propose de payer des fringue sèches pour pas arrêter notre aprem, t'es ok et quand je m'apprête à payer tu fais une scène dans le magasin. Tu sais pourtant que le regard des autre j'y fais énormément attention et là tu fait la dictatrice dans un magasin devant tout le monde parce que tu veux pas que je joue mon rôle de mec accompagnant une fille qui en plus à une grande valeur pour moi. Ça ne se fait vraiment pas, c'est décevant venant de toi.


Il prit une pause après avoir parler presque d'une seule traite pour reprendre de plus belle.

- Et là comble du chiant l'autre squatteur te téléphone et tu trouves rien de mieux à faire que de lui dire de venir. Je suis bien content qu'il ai dit non pour quelque raison que ce soit... Mais en plus quand il te dit qu'il ne peut pas venir, tu caches même pas que t'es déçu. Autant dire directement que tu veux pas finir l'aprem avec moi parce que j'ai pas l'estomac solide. J'aurais pas du rechercher mon téléphone t'aurais passé une bien meilleur après midi... Perso je m'en vais et tu devrais en faire autant sinon ton frère t'engueuleras en plus parce que t'auras pa fait ton bouleau et que je ne te servirai pas d'alibi.


Il se tu de nouveau, il s'était lâché, bien que pas totalement mais aller plus loin serait trop mal placé et il y risquerait beaucoup trop gros. Et il l'espérait, pour la jeune femme cela devrait être suffisant pour lui faire réaliser à quelle point il avait été vexé par son comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mar 22 Juin 2010 - 14:07

Elle l'écouta bouche bée sans savoir quoi dire pour répondre à ce flot de reproches. Depuis quand il lui parlait comme ça ? Elle n'avait pas pensé mal faire en payant les fringues et pis merde quoi, y'avait pas écrit Baptiste sur son front, ils avaient jamais convenu qu'ils resteraient exclusivement seuls s'ils croisaient des amis durant l'après-midi. D'autant qu'elle venait de refuser de rejoindre Mathys à une attraction pour rester avec lui, et môsieur s'en plaignait.

« Alors d'abord, je t'ai pas forcé à monter sur le grand huit, et je veux pas savoir pourquoi tu l'as fait quand même ! T'es adulte et responsable, si tu supporte pas les manèges tu monte pas dessus point barre, on se serait retrouvé à la fin du tour. Ensuite, il est hors de question que je m'excuse d'avoir voulu passer du temps avec mon copain, ni de t'avoir payé des vêtements secs, si t'es trop bête pour prendre ça mal c'est un peu tant pis pour ta gueule j'dirais ! Après ouais ok, j'ai p't-être pas été très attentive envers toi sur le bateau, mais au cas où tu ne l'ais pas remarqué, on nous apprenait pas mal de choses intéressantes »

Une fois sa tirade terminée, Mikan dévisagea le jeune homme qui ne semblait visiblement pas s'attendre à une telle réponse. Elle se rendit compte après coup qu'elle avait appelé Mathys « son copain », mais après tout, ils étaient ensemble d'une certaine manière, seulement Baptiste ne le savait pas. Voilà que cet idiot venait de gâcher le reste de leur après-midi. Sans qu'elle ne puisse s'en empêcher, ses yeux s'embuèrent de larmes qui commencèrent à couler à flot. Il n'avait pas à lui parler sur ce ton, et surtout pas pour lui faire des reproches qui n'avaient pas lieu d'être.

« T'es dégueulasse ! Si j'avais vraiment voulu passer l'après-midi avec Mathys j'serai partie avec lui. On était bien en plus après l'incident du grand huit, j'pouvais pas savoir que ça t'emmerdais à ce point que je m'amuse ! Si tu voulais que je ne fasse attention qu'à toi fallait pas m'inviter ici, et pis merde Baptiste, on est pas ensemble, alors arrête de faire comme si c'était le cas ! »

Elle n'avait plus vraiment la tête à rester dans le parc au milieu des rires et de cris de joies. Sans essuyer ses larmes, elle tourna les talons et se dirigea vers la sortie du parc. Sans se soucier de savoir si Baptiste l'entendait toujours, elle composa le numéro de Mathys, elle avait grand besoin de le voir.

« Mat, j'suis libre ce soir finalement, j'ai besoin de te voir. »

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mar 22 Juin 2010 - 15:18

Ne comprenant même pas ce qui venait de ce passer Baptiste n'arriva savoir ce qu'il devait faire. Elle venait d'avouer que Mathys et elle étaient en couple pour de bon? Il avait perdu la tête? Il cauchemardait, ça ne pouvait pas être réel. Elle s'en allait. La regarder s'éloigner était trop dur pour lui. Fermant les yeux un instant il tentait de se ressaisir. En les rouvrant, il ne voyait plus vraiment net, mais la silhouette de Mikan était toujours présente. C'était elle, il ne pouvait la laisser partir ainsi, il ne savait pas si elle allait rentrer chez elle, dans un état pareil. Il était plus prudent de la rattraper, pour éviter de la voir fuguer par sa faute. Et surtout pour tout faire pour qu'elle revienne un tant soit peu vers lui.

Ce garçon trop sensible faisait tout pour retenir les larme qui lui montaient, il devait être capable de parler et d'être entendu par cette femme à qui il devait des excuses et bien plus encore.
Elle marchait à vive allure, elle le fuyait, elle lui en voudrait peut-être de la rattraper. Pourquoi tant de questionnement l'amour ne devrait-il pas être simple et beau sans tout les soucis qui se présentaient ici ? Devait-il tout faire pour la conquérir ou ne voulait-elle vraiment pas de lui? Au point de couper tout contact? Son ventre se noua, il commença à courir, avec le vent, ses yeux ne réussirent plus à emprisonner ses larmes.

Courant, plus vite, il devait... Il fallait qu'il la rattrape. Il l'aimait, tout faire pour elle. Il avait faillit, la faire pleurer. Courir. Même s'il s'approchait d'elle elle restait lointaine, floue. Elle ne s'était pas retournée une fois, elle le détestait.


* " T'es dégueulasse ! ", "merde Baptiste, on est pas ensemble alors arrêtes de faire comme si c'était le cas !" Elle a raison...*


Tout se bousculait dans un esprit aussi sensible que le sien, il n'avait plsu de repère mis a par Mikan de dos. Il devait s'y accrocher.

- Mikan ! tenta-t-il de prononcer alors que sa voix ne fut qu'un murmure.

Il l'attrapa par l'épaule. Et se répéta, sa voix débordant d'émotions il ne pu dire rien de plus

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Mikan
Dictatrice au fouet d'argent

Messages : 6870
Féminin Inscrit le : 20/03/2010
Profil d'auteur : Une mandarine plume à la main
Localisation : Je suis passée par ici, je repasserai par là...

Disponibilité : Moyenne

MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Mar 22 Juin 2010 - 16:43

Ses larmes obscurcissant sa vision, Mikan continuait à avancer la tête baissée. Elle ne voulait plus voir personne, simplement rentrer chez elle et s'isoler jusqu'à l'heure de son rendez-vous avec Mathys, lui au moins il saurait la réconforter. Elle ne pensait qu'à sortir du parc, laisser derrière elle toute cette euphorie. Voilà qu'elle pleurait en public à cause d'un imbécile, et c'est lui qui lui parlait d'honneur ? Il ne se souciait visiblement pas du sien. Elle savait bien que certains la regardaient passer, se demandant bien pourquoi leur dictatrice était secouée de sanglots. Et bien entendu, dans leur grande bonté, certains ne pouvaient s'empêcher de lui demander si ça allait. Oh ben oui, bien sûr qu'elle allait bien, elle pleurait de joie ! Abruti ! Comme si elle allait s'arrêter pour raconter ses malheurs à des inconnus. Être aussi connu n'était pas toujours de tout repos et elle avait parfois l'impression que les gens pensaient avoir le droit de tout savoir de sa vie.

Elle tournait et retournait leur dispute dans sa tête, avait-elle eu tort de lui dire tout ça ? De laisser entendre qu'il y avait plus que de l'amitié entre Mathys et elle ? Ce qui n'était pas tout à fait faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Ça ne devrait pas la perturber pourtant qu'il le sache, après tout ils n'étaient pas ensemble, elle ne lui devait rien, elle n'avait pas de compte à lui rendre sur ses fréquentations. Il n'était qu'un ami. Et c'était peut-être ça le problème finalement ? Au court de l'après-midi elle l'avait regardé d'une toute autre manière, cela voulait-il dire que ses sentiments pour lui évoluaient ? Mais, à ce point ? Et en si peu de temps ? Elle continuait sa route sans plus se soucier de rien, peu importait, elle n'avait pas l'intention de faire demi tour pour se jeter dans ses bras après ce qu'il lui avait dit.

Elle était presque arrivée à la sortie du parc quand elle sentit une main la retenir. Elle se retourna pour faire face à l'importun : Baptiste. Que voulait-il encore ? Leur violent échange ne lui avait-il pas suffit et il voulait en rajouter une couche ? Le regard humide, elle ne dit rien pendant un instant, analysant à peine le murmure qui lui parvenait. Il avait l'air aussi abattu qu'elle, désolé même, peut-être venait-il essayer de recoller les morceaux ? Elle ne dit rien, elle se tut, attendant qu'il s'explique, pensant qu'il lui faudrait plus que de simples excuses pour tourner la page sur cette dispute, mais il était si important pour elle qu'elle avait l'impression de tout pouvoir lui pardonner, il lui fallait juste un peu de temps. Elle préféra garder le silence, seul le mot « abruti » lui venant à l'esprit, il valait mieux qu'elle le retienne. Réprimant un nouveau sanglot, elle releva la tête vers son ami qui ne trouvait visiblement pas ses mots.

« Je sais plus où j'en suis. J'ai pas compris ce qu'il s'était passé. »

_________________________________________________

Mon blogounet "Chaque auteur doit écrire comme s'il était le premier, il doit se réinventer une façon d'écrire." Santiago Gamboa.


Dernière édition par Mikan le Mar 18 Jan 2011 - 5:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur http://mikansama.skyrock.com/

avatar

Baptiste Munroe
Tache d'encre

Messages : 30
Masculin Inscrit le : 24/04/2010
Localisation : dans les pattes de Killy


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le : Lun 23 Aoû 2010 - 20:16

« Je sais plus où j'en suis. J'ai pas compris ce qu'il s'était passé. »

Elle lui ôtait les mots de la bouche. Tout allant si vite il ne pouvait, lui non plus, expliquer ce qui venait de se produire.
Les personnes qui passaient autour d'eux les fixaient et ne relâchaient leurs regards que lorsque leurs cous les empêchaient de continuer à regarder en marchant.
Déjà habituellement lors des sorties en compagnie de Mikan, ils étaient constamment observés, mais là le poids de toute cette attention se faisait plus fort, plus pressant.
Comment réagir à ce qu'elle venait de dire?
Il était tout aussi déstabilisé qu'elle. Il fallait qu'il se lance.
Qu'il arrête de réfléchir, ses pensées étaient instables, passant de Mikan aux personnes les entourant.
Une image lui vint, ce qu'il voyait paraissait simple et représentait juste ce qu'il espérait pouvoir faire un jour. Et si ce jour c'était aujourd'hui.

*Non, pas à cet endroit, pas avec toute cette foule qui nous scrute. Ce n'est pas possible maintenant.*

Mikan avait levé le visage vers le jeune homme, plongeant son regard si profondément en lui qu'il avait l'impression qu'elle lisait dans son esprit.
Cette sensation était puissante, finalement les gens autour ne comptaient pas , ils ne comptaient plus.
C'était elle, c'était ce moment, il fallait le saisir.
Il se lança, avança doucement son visage de celui de Mikan. Il cherchait une indice dans les yeux de la jeune femme.
Un quelque chose lui donnant une idée la réaction qu'elle aurait s'il y avait contact entre leurs lèvres, un signe l'autorisant à continuer sa démarche ou le prévenant qu'il n'avait aucun intérêt dans une action telle que celle-ci.
Mais il ne décela rien dans ce regard qui contrairement à d'habitude lui sembla trop inexpressif.

Bientot leur nez se croiseraient, elle n'avait toujours pas bouger ni coupé le contact visuel.
Baptiste stoppa son avancée, ce qu'il espérait qu'il se passe était compréhensible pour la jeune femme, mais il ne devait pas la bousculer, il lui laissait donc le choix.

*Je dois être le seul mec assez bête pour ne pas aller jusqu'au bout et risquer de la laisser tout arrêter...*


Dernière édition par Baptiste Munroe le Mar 24 Aoû 2010 - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre : Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageRe: Et si on se baladait?   Publié le :

Revenir en haut Aller en bas
Contacter le membre :
 

Et si on se baladait?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phoenix Fictions  :: S'amuser à écrire :: Jeux d'écriture :: Role Play :: Jeu :: Phoenixia-land-

Suivre Phoenix Fictions

FacebookTwitter
Myspace

Design et contenu faits pour Phoenix Fictions, merci de ne pas les utiliser sans permission
Forum propulsé par Forumactif.
Webmaster : MikanThème : Phoenix Fictions v 5.0©.
Dernière mise à jour le 03/03/2015